Architectures

Les manifs sont bien sûr l’occasion de faire entendre (enfin… d’essayer…) notre colère, l’occasion de retrouver des ami-e-s (surtout quand, comme nous, la « retraite » se passe à la campagne, à plus de 30 km de la grande ville 😉 ), mais aussi l’occasion de regarder la ville.

Ce mardi 10 décembre, départ depuis le métro Borderouge, pour aller jusqu’à Saint Cyprien. Un quartier tout nouveau, pas encore terminé, une nouvelle ville dans la ville… Côté architecture, on est loin de l’unité architecturale du centre ville !

Rendez-vous à Saint Cyprien, vieux quartier Toulousain… halles, anciennes maisons…

Et les anciennes douches municipales, transformées en Maison Citoyenne, mais dont on a gardé les jolies mosaïques.

Entre le boulevard qui mène à la Garonne et la porte Saint Cyprien, le musée de l’affiche « MATOU », le musée des Abattoirs, un jardin devant les anciennes fortifications (rénovées), un monument aux morts moderne entouré de maisons typiques de ce quartier, des grilles de balcon, une terrasse sur les toits…

Et Garonne. Qui, ce mardi de décembre, reflétait le bleu du ciel sur ses eaux un peu tumultueuses.

Quelques immeubles un peu fantaisie, entre Héraklès et Arnaud-Bernard, le ciel bleu au-dessus des platanes nus, reflets dans les vitres…

Et nous arrivons aux immeubles chics le long des boulevards. Balcons ouvragés, coupoles, frises, pierre blanche et brique rouge. Avec, entre deux immeubles en briques, le blanc éclatant du nouveau marché Victor Hugo… Et, presque à l’arrivée de la manif, la fontaine romantique de la place Roland.

Voilà, vous avez fait le parcours avec moi 😉 . Sans l’ambiance… Bonne soirée !

Illuminations !

Illuminations !

Décembre, mois des lumières dans nos villes et villages. Et même dans les campagnes ! On a beau parler d’écologie, d’économie, pour préparer festivités de Noël et de fin d’année, il semble difficile de ne pas illuminer ce mois de décembre. J’avoue que, dans mon petit hameau, on reste raisonnable, pas question de rivaliser avec Toulouse, pas même avec la ville de Grenade plus proche…

Je ne vous parlerai pas aujourd’hui des lumières de la ville, mais de la maison qui fabrique ces illuminations de fêtes. Savez-vous que, depuis 1973, c’est un établissement situé à Apt (84400), l’entreprise Blachère Illumination, qui fournit pratiquement toutes les illuminations des villes de France, ainsi que celles de plus de 150 pays… (même si, depuis, pas mal de filiales ont été ouvertes un peu partout).

Nous n’avons pas visité le site de fabrication, mais le petit magasin d’usine (je cite : « à la demande de nos visiteurs, nous avons rendu l’activité de l’entreprise Blachere Illumination plus visible sur ce même lieu en y installant également notre magasin d’usine ») qui proposait en novembre les décorations de fêtes pour la maison.

Guirlandes, boules, larmes, bulles, sujets en bois, compositions lumineuses, calendrier de l’Avent, illuminaient la pièce… Comme trop souvent, hélas, ces décors ne sont pas fabriqués à Apt, mais …. je cite : « les produits lumineux pour la maison et le jardin sont issus d’une production industrielle chinoise que nous maitrisons » Il ne vous reste plus qu’à vérifier que vos décorations de fêtes sont bien importées par Blachère !

Sur le site, situé en pleine zone industrielle, la Fondation Blachère, dédiée à l’Afrique (la boutique regorge de superbes objets, tissus, africains), regroupe un centre d’art, une Galerie, un magasin « la Boutik », une Librairie. Le centre d’art propose du 5 décembre 2019 au 2 mai 2020 une exposition : « Trans-fer » ( http://www.fondationblachere.org/ )

Beau mois de décembre, que vos fêtes soient lumineuses !

Cet article a été rédigé dans le cadre du collectif de blogueurs « En France Aussi ». Le thème du mois de décembre est « lumières », il a été lancé par Pierre du site Mon Grand Est.

Lubéron et Beaujolais…

Lubéron et Beaujolais…

Une petite semaine de balades, visites chez des ami-e-s, entre Alpes de Haute Provence et Beaujolais (nouveau). Pour ne pas perdre les bonnes habitudes, nous sommes passés par la Minervoise, au lieu de suivre l’autoroute… puis traversée d’Avignon, et pour finir, un ciel tout doux avant d’arriver à Céreste.

Première pause, Céreste, au pied du Lubéron. Un petit village bien tranquille en cette arrière-saison ! D’un côté le vieux village et ses ruelles caladées souvent pentues, ses vieilles maisons, ses remparts. De l’autre, une partie plus récente, avec ses maisons grimpant dans les collines. Et la route d’Apt à Forcalquier traversant la ville. Beaucoup de balades à faire dans les environs. J’en ai décrit une sur cette page : https://bborda-silvand.blog/2019/11/25/ambiance-gothique/ , mais il y a aussi le chemin des crêtes, et pour les fans de vélo une belle route cyclable d’Apt à Forcalquier. Pour les gourmands, outre la halte chez Karine et Manu, à « La rue des biscuits », il y a un restaurant très sympa dans Céreste, les fruits confits à Apt, les fromages de chèvre à Saignon, etc etc… Sans oublier les marchés !

Le mercredi, direction Apt, où nous avons failli découvrir le musée de la Fondation Blachère ( http://www.fondationblachere.org/ ). Mais… une exposition venait de terminer, la prochaine ouvre le 5 décembre, il était entre deux expositions, donc nous nous sommes contentés du beau magasin d’artisanat Africain, et de la boutique de décorations de Noël… car la maison Blachère fournit en décorations électriques toute la France ! Si, si, allez voir sur leur site https://blachere-illumination.com/ . Comme le thème de Décembre dans https://www.facebook.com/groups/EnFranceAussi/ est « illuminations », j’ai profité de cette visite pour préparer ma participation avec quelques photos de la boutique…

Jeudi matin, départ pour Blacé, chez les amis du Beaujolais. Nous avons pris le chemin des écoliers, ou plutôt la route impériale pour commencer… un vrai régal. En plus, notre « Cocotte » (surnom du GPS) nous a fait prendre des petites routes (on se demandait parfois si elle n’était pas perdue et nous avec…), bordées d’arbres aux couleurs magnifiques (non, désolée, pas de photos, j’ai simplement regardé, et c’était bien beau). Nous avons roulé entre des champs enneigés, puis presque sous le soleil, montagnes blanches en fond, villages dans la plaine…

Mais nous avons tout de même fini par retrouver un morceau d’autoroute, pour arriver enfin à Blacé. Parce que… ben oui, 3ème jeudi de novembre = lancement du « Nouveau ».

Pas de découvertes de nouvelles caves cette année. Nous étions davantage préoccupés par la santé de Gil. Mais nous ne pouvions pas ne pas aller dire bonjour aux jumeaux du Domaine Monternot, d’autant que nous avions quelques cartons de commandes à rapporter jusqu’à Launac ;-). Photos prises à la « trop-va-vite », mais c’est pour l’ambiance… toujours aussi extraordinaire dans ce caveau !

Nous ne pouvions pas non plus manquer d’aller vérifier si la production de Yannick De Vermont à Vaux-en-Beaujolais était toujours aussi réussie ! Samedi, donc, direction Vaux-en-Beaujolais… ou Clochemerle, comme vous voulez, puisque c’est là que se situe l’action du livre « Clochemerle » de Gabriel Chevallier. Un village qui mérite bien le détour… (décors par Paul Dufour, fresques « à la manière de » Dubout, sur quelques murs et façades du village).

Dans le caveau de Yannick De Vermont, une belle statue du patron des vignerons… et nous avons pu constater que tout continuait à se passer fort bien pour ce jeune viticulteur, sympathique, engagé, et ardent défenseur des valeurs locales.

Dimanche, rassurés sur la santé de Gil, nous avons pris le chemin du retour, cette fois par l’autoroute. Traversée de l’Auvergne sans neige sur les Puys (peut-être y en avait-il sur le Sancy, mais il était tout ennuagé de gris), et nous avons repris nos activités habituelles après cette petite coupure !

Dimanche 1er décembre, à Launac, c’est le marché de Noël. L’association y sera présente, pour prendre les réservations au concert de Noël du 20 décembre, et les commandes de chocolats des retardataires…

Belle fin de novembre, peut-être à dimanche ?

Ambiance gothique…

Ambiance gothique…

Cet article participe au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi créé par Sylvie du blog Le Coin DesVoyageurs. Ce mois-ci, c’est Dora du blo« Arpenter le chemin » qui nous a proposé le thème “gothique”.

Gothique : forme d’art, écriture, et un truc pour supersonique (si, si, je vous assure). Bon, quand j’ai vu le thème, bien sûr, j’ai pensé cathédrales et gothique flamboyant, méridional, vitraux, retables. Mais je n’avais pas de visite prévue à Toulouse, ou Albi. Et puis… bon sang mais c’est bien sûr, il y a aussi l’ambiance gothique… Cimetières ? le plus beau pour l’ambiance, dans mes photos, se situait à Londres, donc pas question. Et puis, en novembre, les cimetières fleuris, multicolores, ne sont pas tout à fait dans l’ambiance gothique. Ah, ça m’énervait de ne pas pouvoir participer… Jusqu’à ce que nous décidions de partir une semaine chez des amis, vers le Lubéron, à Céreste plus exactement. Et là… mais oui, pour une belle ambiance gothique, il y a le Prieuré de Carluc ! Le soir, ce doit être fabuleux. Désolée, j’y suis allée de jour. Ciel gris, d’accord. Mais les feuilles dorées des petits érables rendaient l’endroit presque gai… loin de l’ambiance souhaitée ! Tant pis, vous ferez marcher votre imagination.

Le Prieuré existe depuis le XIème siècle. Remanié, refaçonné aux XIVème et XVème siècles, il tombe en ruines au XVIIIème, puis vendu comme bien national après la Révolution. Entre 1960 et 70, des campagnes de fouilles exhument le site, qui sera classé en 1982 au titre des Monuments Historiques.

Bon, direz-vous, vu l’époque, tout cela n’a rien de gothique. Ce serait plutôt roman. Mais voilà, dans ces vestiges d’une autre époque, on trouve une galerie funéraire, une nécropole taillée dans la roche… Tout cela fait une belle ambiance gothique !

Une nécropole, des tombes creusées dans la roche, certaines un peu surprenantes par leurs dimensions : on pense plutôt à des tombes d’enfants.

Un lieu étonnant, très fréquenté en été car on est en pleine nature, avec un grand espace ouvert, des tables et bancs de pique-nique. Pour y arriver, les paresseux pourront venir en voiture jusqu’au pied de l’église… mais le mieux est de faire le circuit qui part de la chapelle à la sortie de Céreste (en direction de Reillanne), passe par le pont de la Baou, pont « dit » romain, bien que construit au XVIIIème, et grimpe dans les collines, au milieu de près, petits bois, champs de lavande, et redescend ensuite vers Céreste. La boucle peut se faire à pied ou à bicyclette (d’ailleurs il y a une belle piste cyclable dans tout le coin, d’Apt à Forcalquier si je ne me trompe).

Et quand vous arriverez au niveau du petit centre commercial, à la fin de la boucle, au retour sur la route, profitez-en pour faire une halte à « La rue des biscuits », salon de thé et biscuiterie. Karine fabrique les biscuits avec des produits de la région, Manu vous accueillera, et vous pourrez vous rafraîchir ou déguster thé ou café dans ce lieu particulièrement sympathique (oui, bon, j’ai un peu raté mes photos… mais j’ai l’excuse des quelques kilomètres faits dans la journée 😉 ). https://www.laruedesbiscuits.fr/ ou page FB.

N’hésitez pas à rester un ou deux jours à Céreste (04), dans la campagne autour il y a beaucoup de gîtes dans de vieilles fermes. De belles balades à faire, à pied ou à vélo. Et la vieille ville, avec ses ruelles caladées et ses remparts est bien agréable à découvrir.

Gnome

Je leur trouve comme un air de famille, même s’ils sont à des centaines de kilomètres l’un de l’autre ! L’un est le long de la petite route qui va de Galembrun à Pelleport, je le croise souvent. L’autre est au-dessus de la porte du campanile de Santa Maria Formosa à Venise, et je vais lui faire un petit coucou chaque fois que je peux…

Finalement, ils pourraient être le point de départ d’une page sur le thème du mois de #EnFranceAussi : gothique… gnomes, fantômes, ambiance gothique… Bonne soirée 😉 !

Gothique

Gothique

Le thème de #En FranceAussi ce mois-ci est « gothique »… Vaste sujet ! Architecture ? Civilisation des Goths ? Mais depuis les années 1970/1980, il y a aussi le « mouvement gothique » ! Je ne ferai probablement pas d’article pour illustrer ce terme, n’ayant pour l’illustrer (peut-être) que le déguisement famille Adams d’Amandine, ou cette photo prise par Guillemette ( http://www.guillemettesilvand.fr ) en février dernier à Venise (et Venise n’est pas en France…) :

Je n’ai pas assez de photos de nos belles cathédrales gothiques, Reims, Bayonne, Albi, les Augustins de Toulouse (gothique Occitan) pour pouvoir faire une vraie page. Alors tant pis, je n’écrirai probablement pas sur En France Aussi ( https://www.facebook.com/groups/EnFranceAussi/ ), puisque je vous propose de partir nous balader du côté de Highgate, à Londres. Parce que qui dit « mouvement gothique » dit aussi inspiration fantastique, roman gothique… et noir, et il semble bien que ce mouvement est parti de l’Angleterre !

En 2004 (ouaouh, je suis revenue bien en arrière dans le temps… j’avais encore un appareil argentique), j’avais accompagné Raymond au Congrès de la FIM à Londres. Bien entendu j’avais potassé le Routard, pour ne pas perdre une miette de la ville pendant les 3 journées du congrès ! Car s’il y a toujours les incontournables, parfois un petit encart vous dévoile un bijou à découvrir… et c’est là que j’ai découvert Highgate. Deux cimetières, en face l’un de l’autre. Un que l’on visite en toute liberté, où se trouve la tombe de Marx :

Et le deuxième, en face, que l’on ne visite qu’accompagné. Magnifique lieu, mais où je ne me risquerais pas, même si c’était possible, à la nuit tombante… Un endroit fascinant, plein de verdure, d’arbres, de lierre entourant des colonnes de temples (il y a même une avenue de l’Égypte, avec temple et obélisques), de statues kitsch, de souvenirs de gens célèbres ou non, nostalgique, paisible, presque féérique… mais une féérie un peu sombre.

J’en suis ressortie complètement dépaysée, et avant de revenir vers la « vie », j’ai marché un long moment dans ce quartier très calme, aux belles maisons anciennes ou à l’ancienne…

Pour visiter le cimetière de Highgate, il faut prendre rendez-vous sur le site https://highgatecemetery.org/visit/cemetery/west . L’entretien en est assuré par une association, et les guides sont bénévoles, mais l’entrée est payante. Station de métro : Archway. Et après il faut grimper si je me souviens bien ! Mais vraiment quelle récompense à l’arrivée !

Fiesta del Nopal

Fiesta del Nopal

Cette dernière fin de semaine, une fête autour du nopal, à Launac, m’a permis de découvrir cette plante. Mais elle n’était pas la seule invitée du jour ! Cactus, piments, produits mexicains (artisanat et alimentation), graines Kokopelli, ail, légumes, et plein d’autres plantes…

Quel dommage, comme je ne vais pas au marché de Grenade, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais je suis curieuse, alors, même sans info j’y serais allée. Et l’Office de Tourisme des Hauts Tolosans l’ayant affiché sur son agenda du week-end, j’ai eu un peu d’information. Pas de distributions sur le marché de Launac, et quand les affiches sont arrivées, aucune adresse pour se renseigner ! L’organisateur, rencontré sur place, avait inondé dit-il les communautés mexicaines et latino-américaines de Toulouse, et se plaignait du peu de visiteurs… il est vrai que pour venir à Launac, si l’on n’est pas motorisé, c’est un peu compliqué en semaine et c’est pire les fins de semaine 😦 . Bref. J’y suis allée, et j’ai beaucoup aimé.

D’abord, qu’est-ce que le Nopal ? Tout simplement la figue de Barbarie…. ces morceaux rouges, dans l’assiette de dessert proposée sur le stand de KAJUARD ( https://kajuard-plantes.com/ ), l’organisateur de ces festivités.

Ce n’est pas très évident, ce fruit, quand il est ouvert… rouge, brillant, plein de graines, les morceaux vous glissent entre les doigts… mais c’est bon ! Parmi les animations proposées, nous avons appris (bien que ce ne soit pas le moment) à faire des semis de nopal : vous ouvrez le fruit, vous le mangez, en prenant soin de ne pas avaler les graines (il l’a dit trop tard, pour ma part, j’avais déjà tout mangé 😉 ), puis vous nettoyez ces graines, vous les séchez bien, vous préparez un petit pot avec un mélange de terreau et sable, vous ajoutez de l’eau, vous patouillez bien tout ça, vous remplissez votre pot de ce substrat, presque jusqu’en haut, vous posez vos graines, vous ne les enfoncez pas, juste un peu tassées, vous couvrez d’une couche de sable, et vous n’oubliez pas d’arroser tant que la plante n’a pas pointé le bout de sa feuille !

Bon, mais avant d’en arriver là, il y avait plein de découvertes à faire, dès l’entrée de la salle des fêtes. Producteurs bios de piments (je n’ai pas compté les variétés, mais Espelette peut aller se rhabiller…), d’ail dans tous ses états, d’huile, de potirons et potimarrons, de plantes aromatiques, de patates douces de toutes les couleurs (enfin, presque), de fleurs de saison, et même, dans un coin, quelques irréductibles citoyennes ont profité de l’occasion pour faire signer la demande de référendum à propos des aéroports de Paris.

Dans la salle, des cactus en veux-tu en voilà, des produits autour du nopal, les graines Kokopelli ( https://kokopelli-semences.fr/fr/ ), des produits alimentaires mexicains, un coin cuisine – restaurant, sur l’estrade un coin où les enfants pouvaient dessiner ou colorer les têtes de la fête des Morts (et oui, c’est l’époque, tout comme chez nous. Finalement, la fête des morts est un rituel pratiqué dans de nombreuses cultures et religions, qui consacrent souvent un ou plusieurs jours fériés à la commémoration des défunts, où que l’on soit… ), des produits artisanaux superbes, colorés et de qualité (Riou Artesania, sur FB)… et même un stand d’huîtres et vins du coin proposé par le petit magasin « Chez Nine » !

Parmi les animations proposées, dont je mets le programme récupéré sur la page FB de Kajuard, une conférence sur le nopal, par un professeur, qui nous a raconté toutes les vertus et tous les bienfaits de cette plante, études à l’appui. J’ai commencé à tester aujourd’hui la poudre de cladodes de nopal… ben, ça a intérêt à être efficace, parce que ce n’est pas terrible terrible à avaler 😉 !

Et un atelier démonstration de greffage :

Avec tout ça, l’après-midi, même avec une heure en plus, est vite passée ! J’ai laissé les kokedamas se balancer devant la salle, certaines plantes tête en l’air, d’autres tête en bas 😉 , et arrivée à la maison, le soleil commençait à décliner… reflet sur les vitres de la voiture !

Une bonne idée, cette Fiesta du Nopal ! A refaire… même si la foule n’était pas au rendez-vous. Ce n’est pas facile de faire bouger les villages, mais il faut s’obstiner, et continuer à proposer des animations, prouver qu’il n’y a pas qu’à « la ville » que se passent les choses intéressantes… Soyons curieux !!!!