Dimanche au jardin

J’aurais dû prendre une photo « avant – après », mais même si ce n’est pas encore parfait, avouez que ce n’est pas trop mal, après une grande heure de désherbage à la main ! J’espère que les rosiers et les hémérocalles vont m’en être reconnaissants. Bon, d’accord, je n’ai pas réussi à tout arracher, c’est têtu les mauvaises herbes, c’est bien connu…

Désolée de reposter une photo du rosier liane-pompon, mais il me fait craquer…

Quant aux vacancier-e-s qui voudraient profiter de Pâques pour faire un tour à la Mathusine, qu’elles et ils n’oublient pas leur maillot ! La piscine a accueilli sa première naïade ce dimanche (heu… je crois que je vais attendre encore un peu, pour ma part…).

Au fond du jardin, le jasmin d’hiver est encore bien là. Dommage, il est inodore, contrairement au jasmin blanc…

Flipelette est ravie de partager le jardin avec nous dès qu’elle nous voir dehors… mais je vous préviens, vous ne la verrez pas beaucoup lors de votre passage, si vous venez, elle est toujours aussi sauvage et trouillarde !

Et Raymond continue son « débarrassage », recycle les vieilles planches (vous savez, celles que tout vrai bricoleur garde et récupère car « on ne sait jamais, ça peut servir un jour »), trie les papiers, déménage les fauteuils, contrôle la piscine… et passe la tondeuse !

Petite balade du jour

Toute petite balade, à peine plus d’une heure ! A Galembrun. Avec le soleil. Les jardins ne sont pas encore très fleuris, les iris fanent déjà, les aubépines sortent leurs feuilles et enneigent l’herbe, sur « la plaine » les champs de colza rivalisent avec le soleil, alors que vers les coteaux cette année c’est le vert vif des champs de blé qui domine, dans les bois autour de Galembrun quelques taches vertes commencent à réveiller les arbres, et les grenouilles chantent du matin au soir dans la petite mare.

Dans l’herbe du terre-plein, sur notre place du Puits Clos, les dames de 11 heures – ornithogalum umbelletum – ouvrent leurs pétales au soleil (mais je n’ai pas encore compris si elles vivaient à l’heure solaire ou européenne 😉 ) avant de les refermer dès qu’elles se retrouvent à l’ombre. En tout cas, merci à Jérôme, un des employés communaux, de les avoir épargnées lorsqu’il est venu tondre ! C’est que je les aime bien ces jolies fleurs, et j’attends leur retour avec impatience… je vais essayer d’en récupérer pour le jardin, j’ai vu qu’il y en avait cette année sur les talus le long des chemins. (désolée pour le flou de la dernière photo, il y a un peu de vent, cette fin d’après-midi)

Rue de la Heppe, le vieux pigeonnier n’en finit pas de se dégrader, entouré par les chevaux

Les chênes plus que centenaires (nous en avons au moins trois dans le hameau) sont encore nus, tandis que sur certains arbres de jeunes feuilles ou des fleurs pointent leur nez, et les lilas commencent à fleurir le long du chemin du Moulin…

Déjà dix belles journées que le printemps est arrivé !

Abandon, nostalgie…

Depuis des années cette ancienne ferme est délaissée, les broussailles envahissent peu à peu les abords, quelques machines agricoles dorment sous le hangar, et l’intérieur se délabre chaque année un peu plus. Un lieu chargé d’histoires personnelles disparait… tristesse…

Un jour, bientôt peut-être, elle sera rasée, et les champs autour s’agrandiront… un souvenir de notre ruralité disparaîtra, une page de plus se tournera…