Un jour en or…

22-10-2016_dans-les-rues-de-ceresteC’est un peu le calme plat sur mon journal d’ici et d’ailleurs, je sais. Mais un peu de repos dans les déplacements, découvertes, etc., + l’arrivée de l’automne, + mes petits soucis de genou, ont fait que les randonnées ont disparu, que je n’ai pas pu aller voir si nos arbres ont changé de couleur, et comme dans le jardin c’est un peu tristounet, je ne sors pas beaucoup et mon appareil photo non plus… Nous avons tout de même recommencé à « bouger », cette fin de semaine dernière, et allons continuer un peu chaque mois en attendant les résultats du proche rendez-vous qui me dira enfin quand sera réparé mon genou !

Nous avons redémarré les (courts) voyages par une fin de semaine dorée, à Céreste, dans les Alpes de Haute Provence, pour fêter les noces d’or d’amis très chers.

Une belle journée, pleine de gentillesse, d’amitié, de tendresse, famille et amis réunis. L’occasion aussi d’un petit tour de ville à Apt.

Car cette fois je ne me sentais pas le courage d’aller vérifier si les ocres de Roussillon sont toujours aussi beaux sous le soleil. De plus, la pluie s’est invitée en fin de journée, samedi, et c’est sous un ciel bien gris que nous avons repris la route dimanche. La route ? Non, plutôt le chemin des écoliers. Il faut dire que notre « Cocotte » du GPS a été assez étonnante dans ses choix de direction, mais nous sommes malgré tout arrivés à Saint Rémi de Provence et au site de Glanum.

La suite prévue, c’était une halte aux Baux de Provence, que, honte à moi, je ne connaissais pas, sinon par une lecture de (très) jeunesse. Photos et impressions sur une prochaine page. Pour aujourd’hui, nous restons sur les vieux bancs de ce site, Glanum.23-10-2016_glanum-7

Vacances romaines, fin…

… parce qu’il faut bien aussi rentrer à la maison, les chats nous attendent, l’herbe a poussé, et en mai les activités galembrunoises sont nombreuses ! Dommage, ce dernier jour romain fut bien gris. Et même arrosé. Au programme : Borghese, et… un ou deux musées ? Déjà, pour aller à Borghese, c’est un peu galère, le bus annoncé sur les guides n’existe plus, quant à savoir où celui que l’on prend va nous déposer, c’est la question. Nous optons pour l’arrêt Victor Hugo, dans le parc… après tout, sur les quatre, il y a trois bisontins, donc, arrêt Victor Hugo ! Nous traversons une partie du parc, et évidemment, encore une fois, « les pins de Rome » de Respighi sont de mise ( les pins de la villa Borghese : https://youtu.be/Zk2q8GU3ZsA ). Le parc est magnifique, fontaines, petit stade, arbres centenaires (et pas uniquement des pins), chemins, routes ou sentiers, volière au sommet d’une belle maison, temples, statues, chants d’oiseaux… la folle circulation de Rome n’est pas loin, mais on l’oublie facilement !

Cette fois encore, nous ne sommes pas allés à la villa Giulia (musée Étrusque). Il faut bien garder quelques nouveautés pour le prochain voyage 😉 . Mais bien sûr, j’avais réservé pour la Galleria Borghese. Tout, dans ce palais, est fabuleux. Salles d’apparat, salons, statues d’enfants endormis…

belle dame romaine ou satyre jouant des sistres sous les plafonds ornés…

Mais bien sûr, les statues du Bernin, Enée fuyant Troie, le rapt de Proserpine, Apollon et Daphné, sont sublimes. Le marbre devient chair, et j’ai encore une fois craqué devant Daphné échappant à Apollon en se transformant en laurier. Depuis, je ne regarde plus le laurier du jardin de la même façon…

Quant à Pauline, de Canova… que dire, sinon admirer ? Tant l’artiste que… le modèle !12_28avril_Villa BorgheseA la sortie (2 heures de visite réglementaire, pas 10 minutes de plus !), la pluie ! Nous attendons un peu et repartons à travers le parc pour arriver au niveau de la Villa Medici, et encore une fois admirer coupoles et toits de Rome.

28avril_la BarcacciaDescente vers la place d’Espagne. Déception. Les fameux escaliers sont en travaux, la jolie fontaine est envahie de touristes et papiers et bouteilles vides flottent à la surface de l’eau…nous passons rapidement ! La pluie semble se calmer. Nous décidons d’aller faire un tour au cimetière des Capucins… Michel était déçu de ne pas avoir vu d’ossements dans les catacombes, j’avais lu que ce lieu était entièrement décoré d’os, donc il voulait en voir, il en a vu !!!!! Autels, rosaces, chapelles, décorés avec 4 000 squelettes… j’avais plutôt envie de fuir 😦 . Pas de photos (interdit), mais je ne sais même pas si j’en aurais fait, ou peut-être pour la monstruosité de la chose ? Oui, oui, pour les moines cela représentait certainement une façon de se dire que la vie passe, mais je me demande s’ils comprendraient que ce lieu soit ainsi transformé en musée… en tout cas, pour la « païenne » que je suis devenue, c’était assez sinistre, même franchement de mauvais goût d’en avoir fait un musée. Mais Michel a eu sa dose d’ossements 😉 ! De là, nous voilà repartis dans la circulation romaine, vers Termini, et le Palais Massimo (encore une partie de musée national romain). Alors là… encore une visite dans le temps incroyable. Très belle muséographie, mise en espace, en scène même… Mosaïques, fresques, statues, dans un beau palais. Par contre, stupidement (mais peut-être avions-nous un peu trop abusé de musées, et n’avons-nous pas fait attention au plan ?), nous avons raté le sous-sol. Une autre fois ! Au 2ème étage, reconstitutions des maisons découvertes lors de fouilles dans un joli film. Mais dans les salles, on retrouve des pans de décors des murs,

ou les sols en mosaïque, soigneusement récupérés.

et quelques très belles fresques, dont le jardin idyllique de la salle à manger de Livia

Au premier, et au rez-de chaussée, statues d’athlètes, d’empereurs, de déesses, de Dyonisos, une fresque de columbarium, autels, sarcophages, mosaïques…

19_28avril_Palazzo Massimo

Quand nous sommes rentrés à l’appartement, nous étions aussi fatigués que cet athlète rencontré au Palazzo Massimo !

Mais un tour chez Alfredo et Ada, une authentique hosteria de la via dei Banchi Nuovi, nous a un peu remis d’aplomb ! Cuisine familiale, une serveuse toute gentille qui vous raconte ce que vous pourrez déguster, le vin vient d’une propriété familiale, pas de chichis, mais… pas de dessert non plus ! (et un conseil : arrivez à 19 heures pétantes si vous voulez trouver de la place, il n’y a qu’une vingtaine de couverts…). Nous avons quand même trouvé un endroit pour une dernière glace, avant de rentrer faire nos valises, et ranger. Départ très tôt le lendemain. Voyage terminé. Pour cette année.

Et ici, aujourd’hui, c’est la dernière ligne droite avant le 4ème Marché des Créateurs organisé par l’association « Les Arts au Soleil ! ». La météo promet d’être agréable. C’est vrai que le soleil est de retour, cet après-midi, les grillons ont repris leurs chansons dans l’herbe, alors, croisons les doigts et touchons du bois : il fera beau !

 

Vacances romaines, 5

8mai_vide-greniers et vent d'autanJ’ai l’impression que ce vent d’autan dure depuis… une éternité. Hier, des rafales incroyables, pendant le vide-greniers. Il fallait retenir certains objets, coucher les vases, démonter les portants de vêtements. Des boîtes de puzzle s’envolaient, semant leurs pièces un peu partout sur la place… on en rit au début, un peu plus longtemps si on a un bon moral, mais certains ont plié bagage avant midi. Nous (pour l’association « les arts au soleil ! »), nous avons tenu le coup jusqu’à 15 heures un peu passées, mais lorsque quelques gouttes de pluie se sont fait sentir, nous avons fini par déclarer forfait, avons tout ramassé, et sommes parties (Élisabeth, Nadine et moi) au chaud devant un thé et une croustade ! Mais nous avons récolté de quoi payer les affiches du festival et quelques flyers, ce qui n’est pas mal.

sagesse aborigène_11370Aujourd’hui, le vent est toujours là, et la semaine a commencé tristement. Même si cet événement nous a permis de retrouver de nombreux amis, le départ d’un jeune de 33 ans est toujours triste et difficile à admettre, surtout quand on est une mère (je suppose que c’est pareil pour les pères). Il est des fois où le retour à la maison (selon la sagesse aborigène) se fait bien trop tôt et bien douloureusement.

Retour vers Rome, un mercredi 27 avril un peu gris. Quelques « incontournables » au menu du jour, dont le Panthéon. Mais nous commençons par un musée, celui du palais Altemps, un des 3 ou 4 palais-musées disséminés dans la ville, faisant partie du Musée National Romain. pas très loin de l’appartement. Petites rues pavées, églises et curiosités tout au long du chemin, comme toujours dans la ville. Magnifique cour, et là encore des salles très aérées, claires, avec dans le palais, les plus belles collections de sculptures antiques rassemblées au XVIIème siècle. Et quelques œuvres d’un artiste contemporain. Je ne vais pas davantage jouer les guides touristiques, mais ne manquez pas ce musée si vous aimez les statues antiques ! Déesses et dieux, éphèbes et angelots, barbares et romains bataillant, frises ou restes de fresques, plafonds et salon d’étude, loggia décorée, chapelle, rien ne manque, même pas une collection de ce qu’on pourrait appeler « des yoyes » (mais de luxe), des nids à poussière, quoi ! (après coup, je crois que j’ai raté le théâtre, qui devrait se trouver en sous-sol, mais je ne me souviens pas d’avoir vu des escaliers descendre…)

Nous nous offrons un retour vers la place Navona, passons devant le Palais Madama (bien gardé par policiers et militaires, c’est le Sénat en fait), petit arrêt à l’église St Louis des Français pour le Mathieu du Caravage et le décor très kitsch du lieu,

et arrivons au Panthéon… Les musées n’étant pas fermés, comme lundi, on aurait pu croire que la répartition des touristes dans la ville était plus fluide… pffff, tu parles ! mais bon, nous faisons consciencieusement le tour intérieur, saluons les rois, reines et empereurs du lieu, admirons l’oculus, et ressortons… aïe la pluie !

Bon, nous en profitons pour manger quelques parts de pizzas, et lorsque la pluie se calme, nous redémarrons. Changement de programme, car tout de même la pluie ne semble pas décidée à s’arrêter complètement, donc via les musei Capitolini (heureusement, à Rome, on a vraiment le choix pour les jours de pluie…). Piazza della Minerva et son éléphant porte obélisque, au coin d’une ruelle un immense pied en pierre, et nous voici au Capitole.

Il faut reconnaître que les musées de nos jours, du moins la plupart, ont fait d’énormes progrès dans la présentation de leurs richesses. Que ce soit à Londres, Reykjavìk, Paris, Rome, Bayonne, Toulouse, bref, un peu partout. Donc, nous voici dans la première partie, le musée des Conservateurs. Rencontre avec les Horaces et les Curiaces, quelques déesses, un gamin s’enlevant une épine du pied, et bien sûr, la Louve et les jumeaux, les Oies du Capitole, une Vénus de plus,

Et Marc-Aurèle, dans sa cage de verre !32_26avril_musée Capitole-Marc Aurèle Et des restes de statues monumentales… (le gardien n’a pas vraiment apprécié notre mise en scène, mais avouez que c’est amusant. Non ?)

Avant de passer au musée du Nouveau Palais, et après l’étage de la pinacothèque, où je suis allée faire un petit coucou à ma Marie-Madeleine préférée, nous faisons une pause au café tout en haut (et dehors, il pleut toujours…).

Vue sur les ruines de Marcellus, sur Rome, sur les Victoires ailées du monument « meringue » à VERDI (Victor Emmanuel Re D’Italia, bien sûr, pas le compositeur, même s’il a été l’emblème de cette Italie en train de se réunifier).

Quand on est dans le second musée, après le passage en sous-sol, on remonte quelques marches, et on a droit à une vue sur les forum romain depuis l’étage, avec plan et explications…

Puis nous replongeons dans les trésors capitoliens… Stèles funéraires dans le sous-sol qui mène d’un musée à l’autre, et à l’étage, Vénus du Capitole, Dyonisos et autres marbres ne nous laissent pas… (oui, le jeu de mots est tentant, mais je ne le ferai pas !) insensibles.

Retour Via Giulia la tête pleine de tous ces personnages d’antan que nous côtoyons depuis ce matin ! Mais ce soir, ici, maintenant, nous allons retrouver des personnages bien actuels, pour un concert de musique de chambre à l’auditorium Saint Pierre des Cuisines. Belle soirée en perspective, et bonne soirée à vous !