Launac en avril, 1

Launac en avril, 1

Tourisme de proximité ! Mais pourquoi pas ? Même si l’envie de repartir « ailleurs », de retrouver mes villes et pays coups de ❤ , commence à devenir un peu pressante… patience patience ! D’autant qu’avec mes idées sur ces vaccins-qui-n’en-sont-pas et qu’il faudra refaire tous les 6 mois sans garantie d’immunité, je risque d’avoir un peu de mal à me déplacer. Mais bon, là n’est pas la question aujourd’hui, je vous propose de venir vous balader ce petit village des Hauts Tolosans, pas vraiment classé « grand tourisme », et qui pourtant réserve quelques jolies découvertes.

Car Launac a une véritable Histoire ! Les nouvelles lois ou voies de circulation ont, au fil du temps, écarté ce village des axes principaux, mais il fut une époque où Launac était un centre commercial important… En reculant encore plus dans le temps, il y eut une grande bataille sur la plaine de Launac, Gaston Phaebus, le Prince Noir, ont logé dans le château alors château-fort. Mais pour le château et son histoire, suivez le lien : https://bborda-silvand.blog/2014/09/21/coup-de-coeur-a-launac/ , et revenons au présent ! Bien sûr, comme tout vrai village, vous trouverez une Mairie (dans ce qui fut un hôtel particulier), une halle, une ancienne école reconvertie en maison des associations, une école, une église (fermée, hélas, en semaine) et, puisque nous sommes à la limite du Gers, des couverts près de l’église…

Côté commerces… il y a des efforts à faire ! En 2008, grâce à l’obstination et l’énergie d’une conseillère municipale, un marché a vu le jour sous la halle ( https://bborda-silvand.blog/2018/09/30/anniversaire-10-ans/ ). Et il faut souligner que la municipalité a réussi à maintenir ce marché malgré les confinements successifs, dans le respect des consignes sanitaires, ce qui a permis aux habitants de pouvoir faire leurs courses dans leur village. Car il n’y a pas de véritable épicerie, hélas. Mais par contre… la boulangerie est toujours là, un restaurant a ouvert (quand c’était permis 😦 ) et, dernière arrivée, une brasserie, installée à la place d’un poste d’essence-épicerie-journaux-tabac qui avait fermé… Et, important, le bureau de Poste est encore en place, avec des horaires limités, mais il est là !

Une vie associative plutôt riche, un parc somptueux, une maison de santé ouverte depuis 2 ans, un cabinet de kiné, une dentiste, des infirmières, des gîtes d’hébergement. Ce n’est donc pas le désert ! Si les lotissements prennent de l’ampleur il reste, presque au cœur de ville, des endroits de calme : le parc ( https://bborda-silvand.blog/2019/01/15/sortie-au-parc/ ), des bancs à l’ombre de vieux arbres ou au coin d’une habitation, une hêtraie aux magnifiques couleurs en automne (où je me suis demandé si ces restes de murs en bordure d’un ruisseau n’auraient pas abrité un lavoir, question à poser aux quelques anciens du village !)

Région encore agricole, un grand lac réservoir, sur lequel les samedi et dimanche l’aviron est roi. Mais pour l’instant, la visite est terminée. Il reste encore des maisons, des curiosités, de jolis noms de rues à découvrir… je reviens très vite avec ces petits riens qui font les sourires d’un village !

Confinement J6

Confinement J6

Oui mais, le dimanche, c’est marché à Launac… donc nous voilà partis avec nos visas, chercher pain et légumes pour les deux familles de la Mathusine. Tout était bien organisé, flèches de circulation, barrières, et chacun a respecté tout comme il faut. Du coup, pour les fruits et légumes, il y avait une looooongue queue, les personnes en quinconce, bien espacés. Plutôt amusés, mais respectueux et disciplinés. Personne ne touchait aux légumes et fruits sauf le marchand. Chacun son tour. Super. Quand on pense aux débordements que certains nous racontent en ville… Le marché a duré plus longtemps, mais c’était pour la bonne cause 😉 ! et j’ai eu le temps de faire une photo du château, pour le plaisir…

Repas en famille, tranquille. Et une très courte sortie, pour apporter aux poules les épluchures du jour ! Elles sont habituées, et même on dirait qu’elles ont repéré quand j’arrive, bien avant de me voir… (et pour le coup, quand on parle confinement, elles savent ce que c’est…)

Par contre, autour d’elles, il y a de la place ! Et une belle vue sur le bois de Galembrun, au fond de notre mini vallée. Tout est vert de chez vert en ce moment !

Les vieilles machines agricoles abandonnées sont de plus en plus entourées de verdure…

Les arbres bourgeonnent, et j’aime bien ces « fleurs » chevelues sur les érables ( ?? ). Et comme aujourd’hui il n’y avait presque pas de vent, je m’en suis donnée à cœur joie 😉

La haie de lilas commence à fleurir, tout en haut des arbustes. Les fleurs des lauriers de haie (laurier palme caucasica, j’ai cherché le vrai nom !) sont assaillies par les abeilles. Pervenches, pissenlits, et monnaie du pape mélangent le bleu, le violet, l’or et le blanc au milieu des herbes. C’est le début du printemps !

Tous mes souhaits pour que tout aille au mieux pour vous, votre famille, votre entourage ! N’oubliez pas qu’un petit coup de fil, en ces temps de confinement, aux ami-e-s, aux parents, fait plaisir, et peut aider à remonter le moral… je pense surtout à mes ami-e-s citadin-e-s, resté-e-s en ville où certaines personnes peuvent être un peu agressives (j’ai discuté une heure cet après-midi avec une amie qui vit en ville, qui a dû fermer son cours de danse, et qui a beaucoup de mal à supporter moralement cet « abandon »…). Et même si le savon utilisé très souvent assèche les mains 😉 , c’est tant pis, lavons-nous les mains. Prenez soin de vous !

Sur le chemin, l’atelier…

Sur le chemin, l’atelier…

Quand on va de Launac à Galembrun, à pied, pour éviter de trop longtemps marcher sur la route, on commence par longer le lac depuis « la digue », puis le château, des maisons, et on arrive à la base de l’Aviron Launacais.

Là, quelques mètres de route, et on repart sur un chemin au joli nom : chemin de Bazillonne Basse, qui rejoint le bois de La Pleysse dont j’ai souvent parlé sur mes pages. Et si un jour vous passez par ce chemin, vous risquez fort d’entendre quelqu’un marteler la pierre. N’hésitez pas, si le portail est ouvert, arrêtez-vous et allez rencontrer David.

Je ne vais pas vous faire un cours de sculpture, mais juste vous laisser découvrir ce qu’il faisait ce jour-là, et aussi le suivre dans son atelier où il nous a expliqué comment, pourquoi, avec quoi….. Ce jour-là, il sortait de sa gangue de plâtre sa Madona. Une sculpture qui est désormais installée dans le parc d’une Villa quelque part en Italie. Une merveille de douceur, de tendresse, de beauté.

Je me suis permis de « voler » sur les pages FB de David quelques photos de cette Madona, dont je n’ai vu que l’enveloppe 😉 . Dans son atelier, les outils « à l’ancienne » voisinent avec des outils plus actuels, les ébauches de sculptures et les sculptures d’exposition se côtoient, et David vous parle de son métier avec passion.

Voici, « in situ », quelques unes de ses œuvres : la statue de Saint Germaine de Pibrac, une chèvre sur le rond-point de Rocamadour, un buste de Frédéric Prat dans le jardin des poètes de Béziers. Mais il fait aussi des expositions un peu partout, et certaines œuvres sont dans son atelier, en marbre… taillé, lisse, poli, qu’on ne peut s’empêcher de caresser… (j’ai pris ces photos sur ses pages Face Book, avec son autorisation).

Merci, David, pour cette halte très intéressante et enrichissante.

Des liens pour les curieuses et curieux, pour les fans de sculpture, de marbre : https://www.david-leger.com/ ou les pages Face Book : https://www.facebook.com/31sculpteur/ et Sculpteur David Leger.