De retour !

Avant de replonger dans nos vacances romaines, j’ai un peu besoin de retrouver la nature… car il faut bien dire que Rome, superbe et admirable ville, est tout de même bien encombrée de voitures, motos, scooters (de moins en moins, finie l’image de la Vespa…), et… de touristes ! Donc, hier, respiration nature, et tour de jardin sous le soleil. Les lilas sont en fleurs, et la lavande à papillons (du moins, je l’appelle ainsi !) lumineuse au soleil de fin d’après-midi.

Aujourd’hui, grand vent, les nuages courent dans le ciel… espérons que demain sera ensoleillé et que le muguet sera beau !

Vacances Romaines…

Bon, d’accord, vous allez dire que j’exagère, étant retraitée je suis en vacances permanentes… Et non, vous avez tort ! Non seulement les retraités sont en général trèèèès occupés, mais attendent avec autant d’impatience que les « actifs » leurs vacances 😉 . Donc, bien contente de redécouvrir Rome à partir de demain vendredi, pour une semaine. Semaine raccourcie, puisque nous y arrivons vers 15 heures, mais en repartirons tôt le vendredi suivant. Et comme aujourd’hui le temps est à la pluie, à la fraîcheur, j’avoue que j’espère bien y trouver du soleil. Sinon, ce ne serait pas des vacances ! Revoir les ruines somptueuses, les statues, les angelots, le bleu et or des nefs d’églises, les trésors du Vatican, les fontaines, les cours, les délices gourmands, les marchés, les palais, les toits de Rome…

Et revenir avec tous ces trésors dans les yeux, le cœur… D’autant plus que nous y allons entre amis. Les visites n’en seront que plus belles !

Aller-retour en Basquaisie…

Comme promis, des images de ma Basquaisie… où j’ai dû aller faire un petit tour la semaine dernière. Et bien sûr, bousculée entre une manif, une réunion, et autres occupations campagnardes, ce fut un petit tour bien (trop) rapide… Superbe soleil à l’arrivée, en fin d’après-midi. Du coup, je ne prends pas le temps de poser mon sac, je file droit sur Ilbarritz, respirer et admirer…

Et j’ai beau aimer le vert dans toutes ses nuances, avouez que ce bleu… c’est tout de même beau aussi. Hélas, le lendemain le ciel était reparti au gris, et même à la pluie. Tant pis, marché de Quintaou le matin, entre deux averses, puis après avoir abordé la raison de mon passage aux cigalons, nous partons, mon frère et moi pour Bayonne, et…

Parce que oui, même si court, un passage à Bayonne vaut bien qu’on prenne le temps d’aller chez Cazenave… d’autant qu’avec cette grisaille pluvieuse, on a bien besoin de douceur ! Et d’amitié. Donc, retrouvailles, un peu plus tard, pour un (trop) court moment avec mon amie « de quand j’étais jeune », dans le café de la salle de spectacle toute neuve, et magnifique, Quintaou. Oui, sur la place du même nom. Au chaud devant un thé (ben oui, malgré le chocolat, on ne retrouve pas sa copine et on ne bacouette pas avec elle sans un bon thé… !), tandis que dehors c’était la grosse averse et une lumière étonnante.

Au jardin des cigalons, les azalées scintillent sous un petit morceau de ciel bleu. Par contre, les camélias sont déjà fanés.

Vendredi, pluie du matin… Jérôme m’entraine faire quelques courses dans un grand magasin dont je ne ferai pas la pub, puis dans un petit resto Thaï du quartier devenu branché derrière la gare de Biarritz-La Négresse (oui, je ne dis pas de gros mot, c’est le nom de ce quartier historique de Biarritz). Et dans l’après-midi, une dernière grosse brassée de souvenirs, avec le soleil revenu pour quelques instants…

Le moulin de Bassilour, ses biscuits et ses gâteaux basques, puis la chapelle de la Madeleine, au-dessus de la baie de Bidart. L’océan devenait vert émeraude par endroits, mais vers l’Espagne les Pyrénées s’ennuageaient… et sur la chapelle aux murs blancs le ciel bleu régnait presque sans nuages.

Voilà. Retour à Galembrun, depuis quatre jours. Sur la colline en face les arbres reverdissent enfin, et hier, en fin de journée, l’orage se préparait vers Toulouse, donnant une belle lumière sur le jardin !

Vous (re)prendrez bien une petite manif ?

Non, je ne vais pas à chaque manif poster des photos, vu qu’en ce moment c’est au moins une par semaine, sans compter les « Nuits debout »… mais aujourd’hui, j’avais pris mon appareil photo, malgré un temps incertain. Et finalement, à peine quelques gouttes de pluie, toutes petites, je suis sûre que certains ne l’ont même pas remarqué 😉 . Au départ comme à l’arrivée, la police était là, histoire de nous rassurer…

Moi, je trouve qu’une manif ne peut pas se faire en restant toujours au même endroit, avec les copains, on a trop l’impression d’être juste entre nous. En plus, au début, on est toujours inquiet, il semble n’y avoir que peu de monde, et puis quand ça démarre, qu’on commence à regarder derrière soi, si on est devant, on se sent beaucoup plus entouré…_DSC1585_10877 Alors on part « à l’envers », voir si on rencontre des amis, si les jeunes sont là (oh oui, ils étaient là !), et sur le bord du trottoir, le long du marché des boulevards et en attendant la vague des lycéens et étudiants, certains faisaient une lecture de textes très sérieuse…

On trouve même des Cédétistes, un peu perdus mais bien là, et arrivé au bout ou presque, on réalise que vraiment vraiment la colère est là, et que nous sommes nombreux (958 selon la police ?) et déterminés… Au hasard de mes aller-retour, du début au milieu, du milieu à la fin de la manif, quelques images de slogans, fou-rires, discussions, du monde et encore du monde, et des couleurs.

Et les immeubles, le clocher de Saint Sernin, regardent défiler cette foule bariolée, bruyante, avec sérénité… depuis que les boulevards existent, ils ont tellement vu passer de manifs…

Allez, demain ou après-demain, je vous raconte mes deux journées en Basquaisie, ce sera plus calme !

Un vrai dimanche de printemps

DSC_1511_1

Depuis hier, tondeuses et autres machines ronronnantes s’en donnent à cœur joie dans le village ! Nous, enfin… Raymond n’a pas manqué de se joindre au concert… et voilà le « jardin » tout pimpant. Il faut dire que le ciel bleu arrange bien la chose. Le cerisier en est encore plus lumineux, le prunier sème des fleurs de neige, et les abeilles et autres insectes bourdonnants ajoutent leur note printanière d’une fleur à l’autre.

Il m’a semblé entendre le coucou, hier matin, mais comme depuis je ne l’ai pas réentendu, je me demande si je n’ai pas rêvé ? Ou c’est un acouphène qui m’a joué un tour 😉 ? DSC_1502_10853En tout cas, emportée par l’élan ambiant, je me suis moi aussi mise à jardiner… nettoyage du devant de mon bureau, mon « pavement » de vieilles briques ayant l’air bien triste, avec encore ses feuilles sèches, et les herbes envahissantes entre les briques. Du coup, j’ai sarclé, et ajouté quelques briques, en me promettant cette fois de ne plus laisser les herbes folles s’étaler. Elles ont bien assez de place tout autour ! Mais… désherber à la main, quel travail… Pendant ce temps les chats des deux maisons nous surveillaient. Et par moments se regardaient en chats de faïence… mais bon, il a suffi que je m’approche avec l’appareil photo pour que l’un s’approche et se frotte à mes jambes, le plus jeune coure d’un autre côté, tandis que la troisième, impériale, est restée tranquillement sur son tas de branches. Mais notre Grisette faisait bande à part, et préférait « s’espatarrer » sur les carreaux de la terrasse.

Hélas, maintenant il semblerait que des nuages arrivent du côté de l’océan, pas de beau coucher de soleil ce soir, et demain, peut-être, la pluie ?

Normal, j’ai arrosé les plantes 😀 !