Toulouse

Toulouse

Pendant les manifs, outre les rencontres, les discussions, par moments les petites inquiétudes quand les blocs de CRS sont un peu trop présents, j’en profite aussi pour admirer la ville, ses immeubles, ses façades, et ses balcons. Et des manifs, en ce moment, il y en a ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’aller à toutes, car la route est longue vers Toulouse, mais chaque participation apporte quelques nouveautés…

Dans le centre ville aux beaux immeubles du XIXème, souvent restaurés (pas toujours), les grilles des balcons sont superbes.

Bon, d’accord, tous les immeubles ne sont pas anciens, même au cœur de la ville, et les grilles ouvragées sont parfois remplacées par du béton…

Ne pas oublier non plus, lorsqu’on se promène dans le centre, quelques immeubles anciens… tel celui de l’ancien hôtel des ventes eu celui de « La Dépêche » (maintenant installée du côté du Mirail). Pour le Capitole, quelques photos sur cette page : https://bborda-silvand.blog/2018/06/26/ville-ou-campagne-les-deux/ , ou celle-ci : https://bborda-silvand.blog/2014/02/13/couleur-toulouse/ , mais j’y reviendrai peut-être une autre fois.

Et puisque très souvent nous arrivons par le canal du Midi et le quartier « des Chalets », où nous avons habité quelques années, lors de notre dernière manif, nous avons fait une découverte amusante dans ce quartier (la maison est bien cachée derrière ses portails et murs décorés et tagués)…

Mais hélas, Toulouse, c’est aussi : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/visages-histoires-parcours-vie-occupent-26-tentes-du-centre-ville-toulousain-1727769.html?fbclid=IwAR2pnqeDW2MkzQrd76IaxUZCVOcr1DvXXXUgasTwWTFbuvoRmtlKPM2PDWg

Alors que tant d’immeubles d’anciens bureaux sont vides…

Ville ou campagne ? Les deux !

Une grande heure à Toulouse, ce matin, le temps de glisser notre bulletin de vote pour le COSAT (le truc des œuvres sociales de la Mairie de Toulouse, puisque, en temps que contractuelle territoriale j’étais employée par le Ville de Toulouse). Bon, nous ne sommes pas de fidèles utilisateurs de ces services, mais il nous a semblé que 2 bulletins CGT ne pourraient pas faire de mal… Et comme, lors de mon dernier passage « en ville » (sans mon appareil photo), j’avais repéré une petite plaque sur un des murs du Capitole, cette fois l’appareil était dans mon sac. 07_CapitoleEt, tant qu’à faire, j’ai continué à regarder ici et là… rue Lafayette, en levant le nez, repéré ces fenêtres :

Les balcons du Capitole, avec leurs blasons, leurs dorures… la salle des Illustres et ses ors, ses peintures et ses sculptures, le jardin du Donjon vu d’en haut, la cour intérieure :

Et pour repartir vers le métro, les balcons des immeubles toulousains, rue de Rémusat :

En rentrant, je me suis souvenue de la dernière manif pour les retraites, qui a fini dans le quartier Saint Étienne, où j’avais aussi fait quelques photos dans la rue Croix-Baragnon :

Le ciel n’était pas aussi bleu qu’aujourd’hui, mais ce n’était pas encore l’été !

L’été, nous y sommes ! Période des rencontres festivalières, des découvertes, des fêtes de village. Solstice et feu de la Saint Jean…

A Launac, deux festivals dès le début de juillet, vacances pour certains… mais comme ça se passe en grande partie en fin de semaine, tout le monde peut y participer ! Wassa’n Africa, dans le magnifique parc de Launac pour commencer. Et juste après, le Festival Danses et Musiques Pour Tous (« notre » Festival… lancé il y a 9 ans comme un défi !) va commencer, dans ma tête c’est un peu la bousculade, pourvu que je n’aie rien oublié, et il faut écrire à Machin, et penser à……

Le site du Festival, avec tous les détails (… j’espère !) : http://www.festivaldansespourtous.fr . Et si vous avez envie de venir nous rencontrer, à Galembrun, entre le 11 et le 15, vous êtes les bienvenu-e-s !

1er mai toulousain

Un 1er mai revendicatif et festif. Sans débordements. Sous le soleil. Que demander de plus ? Bien sûr, « l’accueil » était en place, bloquant toutes les rues non autorisées au parcours… camions, barrières, Rambos, casques, boucliers et compagnie, peut-être après tout qu’eux aussi auraient aimé défiler avec nous ? Beaucoup de monde, en famille parfois, mais sans « corporatisme » marqué, même si les cheminots étaient bien groupés, on marchait entre ami-e-s, glissant d’une banderole à une autre…

Quelques photos de beaux bâtiments toulousains, au passage, reflets d’arbres sur les immeubles de verre, un peu d’histoire toulousaine avec la restauration de l’ex salle de spectacle des Nouveautés, l’horloge de 24 heures, bref, l’occasion de découvrir combien Toulouse est une belle ville !

Hiver…

Un peu prématurée, ma page printanière… Si jusqu’à mardi le soleil était prêt à nous faire croire au printemps,  l’hiver nous a rappelé hier, avec la neige et le froid , qu’il avait encore quelques jours devant lui ! Tant pis, et si la neige n’a duré que quelques heures, c’était bien joli à voir. Par contre, les oiseaux, eux, ont multiplié leurs va-et-vient autour des réserves de graines. Je me demande où ils mettent tout ce qu’ils picorent !

En tout cas, aujourd’hui, c’est grand vent d’autan, grisaille… un dernier jour de février tristounet… Espérons que nous allons retrouver bien vite les belles fins de journées comme celle de lundi dernier à Toulouse :26février2018_Toulouse

Ô Toulouse…

24août_Toulouse rue de la BourseQuelques heures « en ville », avec Viera, avant son retour à Kiev. C’est vrai qu’elle commence à bien connaître Toulouse, et je me demandais ce que j’allais pouvoir lui faire découvrir ! Mais j’ai trouvé. D’abord un tour à la librairie « Ombres Blanches », avec ses coins et ses recoins, jusqu’à son annexe dans la petite rue Mirepoix. Ouf ! pour le moment, il semble que cette belle librairie ne soit pas en voie de disparition. Puis nous voilà parties dans les petites rues du vieux Toulouse, en évitant soigneusement la rue St Rome 😉 (ce qui n’est pas évident). Je découvre (il est vrai que je ne suis pas allée baguenauder dans Toulouse depuis longtemps) quelques boutiques amusantes au passage, et quelques grafs !

Côté architecture, le quartier offre de beaux choix… l’hôtel Delfau (la boutique du Pastel), l’hôtel d’Assézat, quelques beaux immeubles anciens rénovés,

la maison de l’Occitanie dans la rue Malcousinat et la superbe fenêtre gothique de la cour,

les maisons et l’église de la Dalbade dans la rue du même nom…

La chaleur et l’heure nous ont obligées à revenir vers le centre (dommage pour les quelques beaux Hôtels de cette rue) en essayant de gommer le triste parking du marché des Carmes. Maison Empire place de la Trinité, puis halte rafraîchissement sur la jolie place Salengro (qui nous a permis d’entendre bien malgré nous les déboires sentimentaux de deux demoiselles assises à la table à côté…)

 

( Je ne sais si Viera a eu le temps ou le courage de repartir montrer les hôtels de la rue de la Dalbade à ses élèves, le lendemain, car la canicule ne favorise pas la curiosité…). 24août_Toulouse place Wilson

Mais voilà, il était temps de rentrer, une dernière photo avant le retour, place Wilson : j’avais complètement oublié de vérifier les réglages de l’appareil… la faute à la chaleur ! Goudoulin ne m’en voudra pas trop, j’espère…

Vous (re)prendrez bien une petite manif ?

Non, je ne vais pas à chaque manif poster des photos, vu qu’en ce moment c’est au moins une par semaine, sans compter les « Nuits debout »… mais aujourd’hui, j’avais pris mon appareil photo, malgré un temps incertain. Et finalement, à peine quelques gouttes de pluie, toutes petites, je suis sûre que certains ne l’ont même pas remarqué 😉 . Au départ comme à l’arrivée, la police était là, histoire de nous rassurer…

Moi, je trouve qu’une manif ne peut pas se faire en restant toujours au même endroit, avec les copains, on a trop l’impression d’être juste entre nous. En plus, au début, on est toujours inquiet, il semble n’y avoir que peu de monde, et puis quand ça démarre, qu’on commence à regarder derrière soi, si on est devant, on se sent beaucoup plus entouré…_DSC1585_10877 Alors on part « à l’envers », voir si on rencontre des amis, si les jeunes sont là (oh oui, ils étaient là !), et sur le bord du trottoir, le long du marché des boulevards et en attendant la vague des lycéens et étudiants, certains faisaient une lecture de textes très sérieuse…

On trouve même des Cédétistes, un peu perdus mais bien là, et arrivé au bout ou presque, on réalise que vraiment vraiment la colère est là, et que nous sommes nombreux (958 selon la police ?) et déterminés… Au hasard de mes aller-retour, du début au milieu, du milieu à la fin de la manif, quelques images de slogans, fou-rires, discussions, du monde et encore du monde, et des couleurs.

Et les immeubles, le clocher de Saint Sernin, regardent défiler cette foule bariolée, bruyante, avec sérénité… depuis que les boulevards existent, ils ont tellement vu passer de manifs…

Allez, demain ou après-demain, je vous raconte mes deux journées en Basquaisie, ce sera plus calme !

Géométries urbaines.

Une petite heure « en ville », à Toulouse, une visite dans Grenade… les lignes se croisent, les volutes entourent des statues sans pudeur, les fresques rococo voisinent avec les vitrines rectilignes, la pierre et la brique magnifient les ferrailles style Eiffel de l’ancien magasin « au capitole »,

la façade « art déco » de l’ancien site de « La Dépêche » (enfin, pas si vieux, puisque je l’ai connu là… 😉 ), pierres blanches et boiseries pour l’élégance grand style d’un porche, comme à Paris les immeubles « bourgeois » ont parfois remplacé les anciens hôtels, et les immeubles des années 70 ont avalé les champs et bois du Mirail…

A Grenade, on restaure la halle, on remet à l’honneur la maison commune, mais dommage, on ne peut y grimper…

Lignes droites, balcons en courbes, toits en coupoles, bandeau blanc des frises sur les briques de la ville rose… de la bastide à la ville, urbanisme d’hier et d’aujourd’hui…

Qui peut dire que c’était mieux avant, ou que ce sera pire demain, ou….