Wassa’n Africa 2019

Wassa’n Africa 2019

Chaque chose en son temps… Wassa’n arrivant le premier week-end de juillet, 10 ou 15 jours selon les années avant « notre » festival Danses et Musiques Pour Tous, c’est avec Wassa’n que je commence les pages festivalières de l’été !

En vrac, quelques photos prises pendant notre balade dans le festival, entre les boutiques, les associations, les restaurants. Fin de journée sur le vieux cèdre, nattes multicolores, instruments, masques, tissus…

Ici un tisserand, là des batikiers,

Discussions sous la tente, ou au bar d’un restaurant,

Ici des fillettes s’amusent avec un hula-hoop, là une autre regarde, pensive, les gens autour d’elle…

Les restaurants font tables pleines, les concerts se succèdent sur la scène, et le parc retrouvera sa sérénité dès lundi…

Rendez-vous en 2020, pour l’Afrique à Launac, un festival familial, convivial, solidaire, et… gratuit !

Ville ou campagne ? Les deux !

Une grande heure à Toulouse, ce matin, le temps de glisser notre bulletin de vote pour le COSAT (le truc des œuvres sociales de la Mairie de Toulouse, puisque, en temps que contractuelle territoriale j’étais employée par le Ville de Toulouse). Bon, nous ne sommes pas de fidèles utilisateurs de ces services, mais il nous a semblé que 2 bulletins CGT ne pourraient pas faire de mal… Et comme, lors de mon dernier passage « en ville » (sans mon appareil photo), j’avais repéré une petite plaque sur un des murs du Capitole, cette fois l’appareil était dans mon sac. 07_CapitoleEt, tant qu’à faire, j’ai continué à regarder ici et là… rue Lafayette, en levant le nez, repéré ces fenêtres :

Les balcons du Capitole, avec leurs blasons, leurs dorures… la salle des Illustres et ses ors, ses peintures et ses sculptures, le jardin du Donjon vu d’en haut, la cour intérieure :

Et pour repartir vers le métro, les balcons des immeubles toulousains, rue de Rémusat :

En rentrant, je me suis souvenue de la dernière manif pour les retraites, qui a fini dans le quartier Saint Étienne, où j’avais aussi fait quelques photos dans la rue Croix-Baragnon :

Le ciel n’était pas aussi bleu qu’aujourd’hui, mais ce n’était pas encore l’été !

L’été, nous y sommes ! Période des rencontres festivalières, des découvertes, des fêtes de village. Solstice et feu de la Saint Jean…

A Launac, deux festivals dès le début de juillet, vacances pour certains… mais comme ça se passe en grande partie en fin de semaine, tout le monde peut y participer ! Wassa’n Africa, dans le magnifique parc de Launac pour commencer. Et juste après, le Festival Danses et Musiques Pour Tous (« notre » Festival… lancé il y a 9 ans comme un défi !) va commencer, dans ma tête c’est un peu la bousculade, pourvu que je n’aie rien oublié, et il faut écrire à Machin, et penser à……

Le site du Festival, avec tous les détails (… j’espère !) : http://www.festivaldansespourtous.fr . Et si vous avez envie de venir nous rencontrer, à Galembrun, entre le 11 et le 15, vous êtes les bienvenu-e-s !

Aujourd’hui, on a rêvé d’ailleurs…

Entre deux orages, nous sommes allés faire un tour en Afrique, au festival « Wassa’n Africa » dans le parc de Launac. La pluie avait un peu fait fuir le public, les commerçants avaient pour la plupart plié boutique…
Quand nous sommes arrivés, les Arts SonneuRs frappaient leurs tambours, et les touareg semblaient étonnés des tenues style « ethnico-tribal » du groupe, tout droit sorties d’un film de SF genre après fin du monde ! Il faut avouer qu’il y avait de quoi être étonné, raphias pendouillant, cornes de vache sur le chapeau, les trois filles tapant sur des os (en plastique…), cuirs, bois et plumes en veux-tu en voilà, colliers de toutes tailles, bref, ça faisait vraiment Afrique de BD

Dans un coin tranquille, un tisserand faisait son métier de tisserand, à ses côtés un joueur de cora grattouillait pensivement ses cordes en discutant avec lui, petit moment de nostalgie…

Chez les commerçants qui n’avaient pas eu peur de l’orage, les bijoux de pacotille, perles, bois, s’amoncelaient, les vêtements avaient là aussi un air « ethnicotribal », et j’ai cherché en vain un vrai vieux bon boubou pour remplacer un des miens qui commence à rendre l’âme… visiblement, ce n’est plus la mode, quel dommage, on y est si bien ! La prochaine fois que je vais à Paris, je vais faire un tour au marché St Pierre acheter du tissu africain pour le coudre moi-même. Par contre, les tenues bleues des touareg sont toujours aussi lumineuses, même sous le ciel gris !

Finalement, nous sommes rentrés sans avoir entendu Lamine Cissokho, qui s’installait sur l’estrade, mais vraiment un orage s’annonçait à nouveau et nous n’avons pas eu le courage de le braver…
dans le parc de Launac_6-07-2014

Un moment un peu magique, des images dépaysantes, mais tout ce petit monde africain n’a pas troublé la sérénité du parc et de son petit ruisseau…