Dimanche à Saint Clar

Dimanche à Saint Clar

Vernissage, ce dimanche 5 mai, de l’exposition « Reflets » de Guillemette. On aime bien ce village du Gers, et le vernissage était une belle occasion d’aller y faire un tour. C’était, en plus, un dimanche de vide-greniers. Et de soleil, un peu ennuagé, mais avec de belles trouées de ciel bleu.

La médiathèque qui accueille l’expo est installée dans un beau bâtiment, le palais de l’évêque devenu l’ancien presbytère, avant d’être transformé en médiathèque en 2013.

Dehors, sous un petit vent frisquet, dans toutes les rues pavées, les places, les greniers s’étaient donc vidés, et les vieilleries s’étaient installées. Vêtements, bien sûr, mais aussi toute une ancienne quincaillerie (j’imaginais le temps passé à tout installer… et ranger !), marché aux fleurs sous la halle, vaisselle devant les « couverts ». Et la belle pierre blanche des maisons.

Au pied de l’église aussi, quelques vieilleries. Et les hirondelles, enfin de retour, ont retrouvé leurs nids, installés juste au milieu des arcs sur la façade, allant et venant, pas du tout gênées par les cris, la musique, les étalages et la foule.

Finalement, il faisait un peu frais, et nous avons écourté la balade… en passant tout de même par la vieille église transformée en lieu culturel, le jardin des 4 saisons…

Et nous avons repris la route du retour. Le Gers en magnifique en ce moment, oh non pardon, le Gers est toujours magnifique… et je me suis promis de m’arrêter une prochaine fois dans un ou deux petits villages sur notre chemin, particulièrement celui de Tournecoupe.


Un jour, un tour…

Faire découvrir notre coin de paradis et ses environs en 1 jour (et 1 soir) à deux amis Canadiens, c’est difficile. Parce qu’il faut choisir parmi toutes les beautés que nous propose notre campagne. Les vieilles halles, les villages, les petits musées et les grands, les routes champêtres, les églises, les châteaux, les maisons à colombage, les lavoirs, les champs, les bois, les curiosités… Non, en une journée, impossible ! Donc nous avons choisi un petit circuit tranquille de Galembrun à Galembrun. Mais à leur arrivée, et malgré la chaleur, nous avons déjà fait un petit tour dans Grenade, halle, Office de Tourisme (MERCI à toute l’équipe pour l’accueil, et merci mille fois, Chantal, pour les explications à propos de la halle, de la ville), église, et quelques curiosités par-ci par-là ! Tout de même, la plus ancienne halle au monde, c’était incontournable ! (je n’avais pas mon appareil… et plutôt que de faire des recherches dans mes photos, j’en ai volé sur un blog sympa « le blog de Maïté-infos »…)

Et donc, hier, circuit vers le Gers et ses collines tout en douceur. Dommage, la plupart des champs sont déjà labourés, les tournesols presque tous fanés (nous en avons tout de même trouvé quelques uns encore en fleur), mais malgré tout, les couleurs, les vallonnements ne manquaient pas de charme !

Première halte, Cadours. Le marché, l’église… à noter, pour les curieux, à l’entrée de l’église, la maquette de l’église en ail ! (ne pas oublier que Cadours est la capitale de l’ail violet). Un grand merci à Claudio pour ses photos de la maquette !

Deuxième halte incontournable : le château de Laréole ! L’exposition cette année est celle d’œuvres de Michel Batlle. J’appréhendais un peu, échaudée par l’expo de l’été dernier, mais non, finalement, j’ai bien aimé ces humains bizarres, et le lien avec les arts primitifs, sculptures et tableaux « habitaient » parfaitement les lieux

Pause repas à Cologne, au « Comptoir des Colibris » ( http://lecomptoirdescolibris.fr/ ). Nous y venions pour la première fois, et n’avons pas regretté ! Pas d’images de la halle, cette fois, mais nous sommes allés jusqu’à l’église, massive, imposante, où j’ai retrouvé une sculpture dont j’avais gardé le souvenir, dans un angle de mur. Balade le long des couverts, des douves, vue sur le lavoir et quelques reflets sur l’eau (un peu verdâtre) des douves, les dernières roses de la saison… Et retour pour redémarrer jusqu’à Sarrant.

Sarrant avait retrouvé son calme des jours « hors vacances »… et encore une fois l’église était fermée. Rencontre avec un chat, petite parlotte avec la dame du tourneur sur bois, tour de la Librairie-Tartinerie… trois rues, c’est vite parcouru 😉 ! Mais quel calme !

La petite route vers Brignemont tournicote, nous n’y avons pas rencontré de tracteur (c’est ma hantise sur ces routes étroites qui montent, descendent, tournent et retournent !), mais à Brignemont nous n’avons pu voir le moulin que de l’extérieur. Les touristes devenus moins nombreux, les travaux de fin d’été dans les champs, le meunier ne pouvait être aux champs et au moulin, et n’a donc pu nous raconter l’histoire du Papé…

Et comme il était encore temps, nous nous sommes arrêtés à « la maison du potier », à Cox. ( http://www.museecox.com/ ). Toujours autant de charme. Nous n’y étions pas revenus depuis plusieurs années. Un potier s’étant installé depuis deux ou trois ans au village, dans une des « pièces à vivre », de jolies œuvres inspirées des anciennes poteries trouvées et exposées dans les vitrines du musée ont pris place, ainsi que des plats venus du Mas Saintes Puelles, fabriqués par les frères Not. La vieille charrette pour transporter l’argile, le roulier et son harnachement, les anecdotes, le four et ses « statues », les tours, les anciennes machines, nous avons tout retrouvé avec plaisir !

Voilà, le circuit était terminé… retour à la maison, pour une soirée pleine de rires, de souvenirs, d’amitié. Encore deux images de fleurs trouvées le long de la route, pour vous souhaiter une belle fin d’août !

Un grand merci à Monique et Claudio pour cette journée baladeuse ! Revenez… il y a encore tellement à découvrir…

Un après-midi à Lectoure

_DSC0562Grand soleil et grosse chaleur. Mais les mistinguettes et leur mère avaient décidé d’aller faire un tour dans cette petite ville, où expos, pardon : installations, d’artistes côtoient le quotidien, et où brocante et antiquités se mêlent sans scrupule dans l’ancien hôpital. La belle pierre blanche et les anciens hôtels ne rechignent pas à recevoir l’art contemporain, les vieux bâtiments abritent photographies et vidéos pour « l’été photographique », et tout cela cohabitait ce samedi avec les « Gasconnades » : bal gascon, histoires en gascon, banda en rouge et blanc, béret posé à la gasconne sur les têtes en balade dans « la » rue… Quelques photos, en vrac : une des « installations », la maison en bois dans laquelle ruisselle l’eau, qui intrigue plus d’un enfant, les murs en pierre blanche (et la charpente) de la Halle aux Grains, ou ceux du clocher de la cathédrale Saint Gervais (ah…. les souvenirs de concerts dans cette cathédrale…), des porches des maisons (dont celui de l’hôtel des 3 Boules), et l’affiche des « Gasconnades ».

Après la halle et l’église, le « palais de justice », salles blanches ou vieillottes, pour accueillir  quelques belles photographies (pardon Madame d’avoir abusé de votre sérénité pour nos photos moqueuses), une série de vidéos étonnantes, et un très bel escalier

Petite halte goûter au Cochon Bleu (Clémence attend encore une explication pour ce nom de cochon bleu…), et séance de défoulement avec le jeu préféré de nos enfants… grands ou petits… après tant de sérieux, il fallait bien un peu souffler 😉

Et nous voilà parties vers l’autre bout du « centre ville », l’ancien Hôpital, Hôtel des Comtes d’Armagnac, où est installé un grand marché de brocante, antiquités, et quelques ateliers d’artistes (parmi lesquels un « détournement » d’urinoirs d’un goût un peu douteux…). Un vrai régal pour les chineurs !

Là aussi, des installations d’artistes, dans les anciennes chambres d’hôpital, dont celle-ci, dans une des salles de bains, qui nous a inspirées :

Maintenant, changement de cap, puisque dès lundi je serai tout en haut de la carte d’Europe (du moins l’Europe géographique), où la chaleur sera certainement moins intense… en Islande. A bientôt !

Ici.

Tournée de collage d’affiches, cet après-midi (il était temps, le Festival débute mardi… http://www.festivaldansespourtous.fr ). Ciel bleu, grand soleil. Et petites routes tantôt en sous-bois, tantôt entre deux champs de tournesols, tantôt entre deux champs de terre brun clair déjà prêts pour les prochaines semences… de ce côté, pas de champs de blé.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, du moins si vous habitez dans une région de tournesols, mais les pauvres sont maintenant tellement trafiqués qu’ils ne tournent même plus avec le soleil… mais c’est beau quand même !_DSC1051 Bon, un peu de lecture au lit, et repos !

Un dictionnaire, des cloches, et autres découvertes…

26sept16_brignemontUne amie et des cousins de passage à la maison, en avant pour des petites découvertes campagnardes ! Après la fête des vendanges à Galembrun, nous avions enfin le temps de faire visiter quelques curiosités des alentours.Situés entre Gers et Tarn-et-Garonne, dans une « pointe » de Haute-Garonne, nous n’avons que l’embarras du choix…

Nous commençons par le Gers, car le lundi, c’est marché à Mauvezin, nous y allons. Arrêt au passage au moulin de Brignemont, dont les accompagnateurs d’une école installaient les voiles ( http://www.moulindebrignemont.com/ ). Arrivés à Mauvezin, pas de chance, ce lundi tombait juste après la fête de cette petite ville, et pour beaucoup de marchands, exposants, paysans, c’était repos… tant pis, nous nous contentons des présents, et de la superbe charpente de la Halle !26sept16_mauvezin Petit tour à Sarrant (celui du Gers, pas l’autre), deux rues : une circulaire et une au milieu en diamètre… vieilles maisons peu à peu restaurées, mais pas de chance là non plus, la Librairie Tartinerie ( https://www.lires.org/ ) est fermée le lundi !

Arrêt à Cologne, pour sa place, les maisons anciennes, les couverts, et la jolie halle, avec sa mesure à grains.

Nous avions prévu une visite chez David Léger, sculpteur installé à Launac ( http://www.david-leger.com/ ), mais finalement, ses œuvres étant exposées à Montauban, dans la nouvelle médiathèque Memo, nous préférons aller jusqu’à Montauban. Décidément, ce n’était pas notre jour de chance, la médiathèque est fermée le lundi… tant pis, nous visiterons un peu de la vieille ville, la belle place Royale, les rues piétonnes, une église, même pas le temps pour le musée Ingres (mais avec ma chance, ce jour-là il était peut-être lui aussi fermé…).

Daniela devant repartir le mardi n’a pu finalement pas beaucoup visiter les environs, mais nous avons continué avec « les cousins de Lyon » : nous avons enchaîné le dictionnaire Larousse et les cloches, à l’Isle Jourdain. Pour commencer, petit coup de chance, la maison Claude Augé, maison bourgeoise, aux vitraux magnifiques et tous différents, dont j’ai déjà parlé dans ce journal ( https://bbordasilvand.wordpress.com/2014/09/07/une-maison-bourgeoise-savante/ ), était ouverte. Claude Augé, né à L’Isle Jourdain,  entré dans la famille Larousse grâce à son mariage, est l’inventeur du Petit Larousse Illustré. Si vous êtes à L’Isle Jourdain, n’hésitez pas à passer un moment dans cette maison, les bénévoles de l’association « Les amis de Claude Augé » sont passionnants et passionnés, c’est ouvert le samedi matin (jour de marché) ou sur rendez-vous au 05 62 07 30 01. Sous le soleil, les vitraux sont encore plus beaux. Et si vous aimez les dictées, chaque 3ème week-end de novembre, une dictée est organisée….

29sept16_lisle-jourdain-mairieDu dictionnaire aux cloches, il n’y a que la place à traverser, en passant devant la Mairie, copie en plus petit du Capitole de Toulouse, bâtiment offert à la ville par… Claude Augé ! Et vous voici dans le Musée Européen d’Art Campanaire. Comme pour ce musée aussi il y a quelque part dans ce journal une page, je ne vais pas vous reposter des photos déjà faites… Dans le grand hall,  l’exposition (en entrée libre) propose chaque fois un thème différent. Cette fois, c’étaient « les petits métiers en Chine », figurines en terre cuite d’un artiste dont (et je m’en excuse) je n’ai pas noté le nom. L’entrée au musée campanaire est payante (4,50 €), mais cela en vaut la peine. Cloches d’ici et d’ailleurs, sonnailles, fabrication d’une cloche, horloges, carillons, cloches de la Bastille ou clochettes de table, grelots… ici un lézard, là un dragon, clochette à tête de mort ou en forme de fleur de muguet, on n’imagine pas la richesse de cet objet trop souvent synonyme de sot !

Et cette semaine, mon petit bonheur surprise (avant un autre gros bonheur, mais ça, ce sera pour une autre page) :