Nuages…

Nuages…

(et je vous suggère d’écouter, en même temps que vous regarderez les photos de cette page, la version de « nuages » de Django Reinhardt, par Stéphane Grapelli, n’ayant pas réussi à trouver la version avec Django Reinhardt, désolée : https://youtu.be/fnB8E_N6M1Q )

Donc, cet après-midi, le soleil ayant décidé de briller au milieu des nuages, nous sommes partis marcher un peu, Raymond et moi. Les champs jaune citron de colza, je vous ai déjà montré. Les champs verts du blé encore jeune, je vous ai déjà montré. Les champs juste labourés, à la belle couleur marron ocre, je vous ai déjà montré. Les fleurs sauvages, aussi. Restaient… les nuages ! D’autant que ce matin j’avais vu la photo d’un superbe nuage, impressionnant, du côté du Texas (à Memphis).

Et bien nous ne rivaliserons pas avec lui, nos nuages sont bien plus gais et souriants !

Finalement, j’aime autant. Pas vous ? Et une fois de plus, pour terminer cette page aérée, quelques images depuis mon coin-photo préféré, le champ de notre chère Germaine :

Bonne fin de journée, une nouvelle semaine s’ouvre. Et, pour moi, une vision toute neuve va commencer, dès mercredi j’espère !

En campagne

Ciel bleu, pas de vent, temps idéal pour une petite marche. Raymond ayant déjà prévu ses occupations de l’après-midi (vérification de l’état de la piscine, tondre l’herbe…), je partirai donc seule. Mais cette fois, je prends l’appareil photo !_DSC0866_2

Géométrie dans l’espace, pétales cirés des ficaires, ajoncs encore en fleurs, premières aubépines, un brin de mimosa se balançant contre un pin (oui, par moments, un petit vent frais se faufilait, me rappelant à l’ordre), ocre des champs labourés et vert éclatant des champs renaissants, jonquilles sauvages… chants d’oiseaux même pas troublés par les avions au loin, en approche de Blagnac (mais là, je laisse à votre imagination le soin d’ajouter le son !).

Les branches encore nues des arbres, celles auxquelles s’accrochent encore des feuilles sèches bruissant au vent, contrastent avec le bleu vif du ciel. La petite mare prend ses aises. Et dans le bois les mousses s’illuminent aux rayons de soleil.

 

Mais n’oublions pas les reines du printemps tout proche :8mars18_19

 

 

Lumières

bandeaucitrouilleslanternes_1509362240Ce soir, c’est la Samain… ahah, vous pensiez que c’était Halloween ? et bien, vous vous trompiez ! Car bien avant de devenir cette importation « Uéssiène » (je sais, ça n’existe pas, ce mot, mais je suis certaine que vous avez compris 😉 ), 3 000 ans en arrière, les Celtes marquaient le passage entre la saison claire et la saison sombre par cette fête, Samain. Les cérémonies durent 6 jours, et rassemblent l’ensemble de la communauté autour des druides et de grands feux allumés au sommet des collines pour éloigner les mauvais esprits. En effet, selon les croyances, cette période voit les âmes des défunts retourner auprès de leurs familles. Les vivants se costument et se griment de manière effrayante pour se fondre parmi les revenants. À la fin des célébrations chaque famille se voit remettre une braise permettant de faire renaître le feu dans le foyer domestique. La flamme sacrée doit ensuite être maintenue jusqu’à l’automne suivant.dessin Manon Au fil des siècles, tout se transforme… il n’y a plus de druides, les religions s’emparent des festivités païennes, les arrangent à leur sauce, et on en arrive à « all hallow’s eve« , ou « la veille de tous les saints » et évidemment certains se sont jetés sur la traduction anglaise, car chacun sait que l’anglais c’est bien plus « classe » que toute autre langue ! Mais bon, là n’était pas mon propos, et je me suis un peu écartée de mes « lumières » ! Les voici donc, ces lumières de fin d’après-midi, entre 17 et 18 heures…

Puis le ciel s’est coloré peu à peu, passant du bleu azur au bleu plus sombre, nuages roses, et horizon orangé-doré-rouge. Lumière du soir, bonsoir !

Le temps qui court…

Naïvement, je pensais qu’après la bousculade des spectacles de fin d’année, les semaines dernières, j’allais enfin souffler, et retrouver de vraies journées de 24 heures… pffff ! c’est de pire en pire ! Bon, tant pis, voilà un résumé de ces deux semaines : les spectacles de fin d’année des écoles de musique, de danse, de théâtre allaient bon train. Et quand on a trois petite-filles dont deux qui dansent, chantent, font de la musique et du théâtre… vous comprenez que j’étais un peu partout ! Pour commencer, du chant avec beaucoup de furieuses percussions et guitares métalliques autour… mais notre Amandine s’en est bien sortie, à l’aise sur la scène !

Pour Clémence, l’après-midi, c’était plus tranquille, et elle a tenu sa partie d’accompagnement avec beaucoup de calme (même si elle était un peu nerveuse avant de s’installer).

En soirée, c’était Cadours et changement total de style pour Amandine, danse kalbélia pour commencer la soirée, et un peu plus « draculienne » en cours de soirée…

Et elle a recommencé le dimanche, mais là aussi, l’ambiance était moins « métal » !

Par contre, la sonorisation était un vrai désastre.13501696_1175336862531166_5353975258933857433_n Je pense que les techniciens sonorisateurs sont comme notre cher premier ministre en ce moment : ils ont besoin d’appareils pour entendre ce qui se passe réellement autour d’eux ! Plus assourdissant, impossible. Mais ça ne les gêne absolument pas.

Bref, voilà pour un premier week-end.

Pendant ce temps, le reste de la semaine, les cousins se baladent sur le toit et petit à petit lui redonnent une nouvelle couleur… oui, ça fait « neuf » (c’est d’ailleurs le cas), mais bon, il en avait besoin.

Et puis, enfin !, l’été est arrivé. A la bonne date, presque d’un seul coup, après des journées d’averses, de vent violent, et de quelques moments moins bousculés. Nous avons retrouvé le bleu, celui de l’eau pour la baignade, celui du ciel, et le soleil jouant à cache-cache dans les branches des acacias.

Bon, d’accord, aujourd’hui, c’est à nouveau gris, il y a même quelques gouttes d’eau qui sont venues essayer d’éteindre le feu pour les grillades de l’avant match de rugby, mais le vieux préau de l’ancienne école est toujours là pour abriter les gourmands, et pour le match, et bien, tout le monde sera à l’abri dans le bar « Le Marguestaud »… pour le moment, l’équipe du comité des fêtes est au complet, et attend les participants à la soirée.

Mais en quoi fus-je bousculée à nouveau cette semaine ? C’est que, il y a eu la fête de la musique… tellement détournée de l’idée première qu’elle en devient un peu ridicule, avec ce grand show télévisé depuis la place du Capitole. La fête de la musique, au départ, c’était donner aux amateurs l’occasion de jouer dehors, sur des scènes, entre amis, devant chez soi, dans la rue de son quartier… Hélas, c’est devenu n’importe quoi. Mais pas partout. A Grenade, nous avons eu un retour aux sources rafraîchissant (bon, si l’on excepte encore une fois les sonos à fond la caisse), avec des élèves, des groupes, qui sont venus sans tralala, et les gens se baladaient de la halle aux rues voisines. Jusqu’à ce que la pluie vienne mettre son grain d’eau dans la soirée, mais ça, c’est une autre histoire !

Ensuite, spectacle de fin d’année haut en couleurs, en danses et en musique (enregistrée, sauf les quelques images sonores proposées par des élèves, illustrant les 4 éléments)… désolée, je n’ai que des photos des cours de Doumélia, mais je sais que la journée entière a été un régal pour les yeux.

Et pour terminer la semaine, les saynètes de l’atelier Théâtre du Foyer de Grenade, où Clémence participait._DSC0578_12134 Ouf ! pas de sono casse-oreilles… mais peu d’éclairages, dommage. Un joli moment, entre enfants et parents indulgents…

Et demain, la fête du hameau commence… en espérant que l’alerte orange transmise par la mairie ne sera qu’une erreur de la météo… à suivre !