Ailleurs…

… et pourtant à peine à 200 kilomètres ! Nous sommes partis pour deux vraies journées (+ l’aller et le retour) dans le Périgord Noir. Entre Sarlat et Montignac. Je n’avais rien préparé, et je me suis même rendu compte que je n’avais aucune carte du coin… mais surtout que je ne connaissais pas du tout ces quelques kilomètres carrés où nous allions rester ces deux jours !

Premier jour… aïe, un pneu crevé ! Première visite, un garage au plus près de La Chapelle Aubareil où nous logions. Montignac Lascaux. Oui, avec les regroupements de communes, on a souvent droit à des noms de villes à rallonge ! Heureusement, l’adresse était bonne, et rendez-vous est pris pour le lendemain milieu d’après-midi pour changer les pneus (et oui, 1 pneu crevé = 2 pneus à changer, si ce n’est pas réparable, et ça ne l’était pas 😦 ). Montignac Lascaux, ça vous dit quelque chose, non ? Alors nous voici partis à la recherche de « LA » grotte de Lascaux. Lascaux 1, Lascaux II, Lascaux III, Lascaux IV ? On se perd sur des routes tortillons, un château par-ci, un site préhistorique par là…

Et finalement, nous étions tout près de cette reconstitution de Lascaux ! Le bâtiment neuf, bof… adossé à une colline très boisée, tout en longueur, en pentes, géométrie dans l’espace… Billet acheté (22 € tout de même…), nous attendons le moment de la découverte. Pas trop de monde, une classe de maternelle, des groupes, des individuels, l’espace intérieur du bâtiment est grand, aéré, tout va bien. Le moment venu, j’avoue être curieuse et un peu sceptique à propos de cette copie… Présentation du lieu, couloirs, béton, toujours cette géométrie, cassures, et clarté.

Puis le noir. La torche du guide se promène, un couloir, et au-dessus de nous… une merveille, des centaines de merveilles. Cerfs, bisons, chevaux prennent vie par les dessins, les couleurs. Et, bizarrement, malgré le fait d’être en groupe, de savoir que c’est une copie, je suis embarquée dans cet autre monde, ce monde « d’avant », un monde de mystère, de vie, et peut-être de chamanisme… je suis ailleurs, chez moi.

Non, bien sûr, ces photos n’ont pas été faites dans la grotte ! J’ai été très obéissante 😉 . Mais la salle « l’atelier » permet de revoir de près ces peintures, tranquillement, et de faire autant de photos qu’on le souhaite. J’ai quand même raté la photo mystère, celle dite de l’homme oiseau… un homme renversé par un bison et à ses côtés un oiseau… la mort ? l’au-delà ? Les historiens planchent sur ces sujets, mais après tout, pourquoi ne pas imaginer soi-même ….

Il était temps de rentrer ensuite, après un passage dans la vie réelle… courses pour les ados et jeunes avec qui nous cohabitions pour ces deux jours, et à nouveau ces petites routes tortueuses, bordées de bois, de champs, tantôt suivant une vallée, tantôt grimpant à flanc de colline au milieu de forêts.

Deuxième journée de découvertes, pas de grottes (pourtant ce n’est pas ce qui manque !), mais j’avais repéré un site troglodyte pas loin, le village de La Madeleine. A flanc de falaise, au-dessus de la Vézère. Des abris « primitifs », une histoire vieille de 20 000 ans, du Magdalénien… puis ces habitats ont été occupés au fil des années par les gens des villages environnants, qui se protégeaient ainsi des envahisseurs ! Il y a même le long de la cavité qui entaille la falaise un lieu qui s’appelle le déversoir, d’où ils basculaient dans le vide et dans la Vézère les intrus !!! Vers le XIVème siècle, un château s’est construit, le château-fort de Petit-Marzac, une chapelle. Habité jusqu’au XIXème siècle, l’arrivée de l’ère industrielle et du train ont tout transformé. Bon, confort très minimaliste… la source fournissait de l’eau, les forêts du bois, les animaux et les champs la nourriture, mais serait-on capable de revenir à ce style de vie, avec tous les « besoins » que la vie actuelle a créés ?????

Nous étions pratiquement les seuls dans le village, mais une jolie chenille et un chevalier nous ont salués !

Il restait un peu de temps avant l’heure du garage 😉 , Les Eyzies n’étaient pas loin, et après une halte au petit restaurant « La Source » à Tursac (oui, ce n’est pas trop dans mes habitudes de donner des noms de restaurants, mais celui-ci nous a beaucoup plu, sympa, calme, zen même, produits frais et très bien cuisinés https://restaurantlasource.net/ ), nous continuons notre tourisme… Le temps n’est pas particulièrement agréable, frais, ondées passagères, humide… mais tant pis, tout est si beau autour de nous ! Encore une falaise, sous laquelle les maisons s’abritent.

Et toujours la Vézère.

Pendant que la voiture se rechaussait de neuf, nous en profitons pour faire un tour dans Montignac. De vieux quartiers dont nous ne verrons qu’une petite partie. Maisons fleuries, et… la Vézère !

Et le voyage se terminait ce mercredi. Retour vers les Hauts Tolosans. Avec une halte à Sarlat. Alors, là, je suis un peu sur la réserve. Non pas que la vieille ville ne mérite pas qu’on s’y arrête et qu’on y flâne, au contraire. Mais pas le mercredi !!!!! Car c’est jour de marché. Moi qui pensais faire quelques courses de fruits et légumes tranquillement, ce fut raté. Une foule de touristes déambulant au milieu des étals, souvent sans même regarder autour d’eux. Des étals de nourritures « pour touristes », noix, charcuterie, fromages, babioles… les mêmes qu’à Carcassonne ou autre cité ancienne. Finalement, j’ai trouvé un producteur de légumes, et nous avons vite quitté cette « rue » pour grimper vers des lieux plus tranquilles, prêts à revenir à Galembrun sans plus tarder. C’était sans compter sur la curiosité. Tout de même, les bâtiments de la vieille ville semblaient bien beaux… Jolie surprise sur notre chemin, un restaurant nous a arrêtés. L’endroit était calme, quelques marches à monter, une petite carte sympa. Alors, grosses faims passez votre chemin, sauf si vous commandez tout en double 😉 . Mais la salle est très agréable, ambiance 1930, musique de fond jazz, très belles photos prises par le patron/cuisinier, et accueil souriant (« La Galerie » à Sarlat). Le marché devait être terminé après cette halte, nous sommes donc revenus vers la vieille ville, pour quelques instants. Maison de La Boétie, vieux hôtels, église, portails sculptés, toits d’ardoise bien pentus, et le soleil de retour…

Voilà voilà. Nous avons retrouvé nos habitudes, notre calme campagne… mais vivement une autre escapade 😉 !

Ambiance gothique…

Ambiance gothique…

Cet article participe au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi créé par Sylvie du blog Le Coin DesVoyageurs. Ce mois-ci, c’est Dora du blo« Arpenter le chemin » qui nous a proposé le thème “gothique”.

Gothique : forme d’art, écriture, et un truc pour supersonique (si, si, je vous assure). Bon, quand j’ai vu le thème, bien sûr, j’ai pensé cathédrales et gothique flamboyant, méridional, vitraux, retables. Mais je n’avais pas de visite prévue à Toulouse, ou Albi. Et puis… bon sang mais c’est bien sûr, il y a aussi l’ambiance gothique… Cimetières ? le plus beau pour l’ambiance, dans mes photos, se situait à Londres, donc pas question. Et puis, en novembre, les cimetières fleuris, multicolores, ne sont pas tout à fait dans l’ambiance gothique. Ah, ça m’énervait de ne pas pouvoir participer… Jusqu’à ce que nous décidions de partir une semaine chez des amis, vers le Lubéron, à Céreste plus exactement. Et là… mais oui, pour une belle ambiance gothique, il y a le Prieuré de Carluc ! Le soir, ce doit être fabuleux. Désolée, j’y suis allée de jour. Ciel gris, d’accord. Mais les feuilles dorées des petits érables rendaient l’endroit presque gai… loin de l’ambiance souhaitée ! Tant pis, vous ferez marcher votre imagination.

Le Prieuré existe depuis le XIème siècle. Remanié, refaçonné aux XIVème et XVème siècles, il tombe en ruines au XVIIIème, puis vendu comme bien national après la Révolution. Entre 1960 et 70, des campagnes de fouilles exhument le site, qui sera classé en 1982 au titre des Monuments Historiques.

Bon, direz-vous, vu l’époque, tout cela n’a rien de gothique. Ce serait plutôt roman. Mais voilà, dans ces vestiges d’une autre époque, on trouve une galerie funéraire, une nécropole taillée dans la roche… Tout cela fait une belle ambiance gothique !

Une nécropole, des tombes creusées dans la roche, certaines un peu surprenantes par leurs dimensions : on pense plutôt à des tombes d’enfants.

Un lieu étonnant, très fréquenté en été car on est en pleine nature, avec un grand espace ouvert, des tables et bancs de pique-nique. Pour y arriver, les paresseux pourront venir en voiture jusqu’au pied de l’église… mais le mieux est de faire le circuit qui part de la chapelle à la sortie de Céreste (en direction de Reillanne), passe par le pont de la Baou, pont « dit » romain, bien que construit au XVIIIème, et grimpe dans les collines, au milieu de près, petits bois, champs de lavande, et redescend ensuite vers Céreste. La boucle peut se faire à pied ou à bicyclette (d’ailleurs il y a une belle piste cyclable dans tout le coin, d’Apt à Forcalquier si je ne me trompe).

Et quand vous arriverez au niveau du petit centre commercial, à la fin de la boucle, au retour sur la route, profitez-en pour faire une halte à « La rue des biscuits », salon de thé et biscuiterie. Karine fabrique les biscuits avec des produits de la région, Manu vous accueillera, et vous pourrez vous rafraîchir ou déguster thé ou café dans ce lieu particulièrement sympathique (oui, bon, j’ai un peu raté mes photos… mais j’ai l’excuse des quelques kilomètres faits dans la journée 😉 ). https://www.laruedesbiscuits.fr/ ou page FB.

N’hésitez pas à rester un ou deux jours à Céreste (04), dans la campagne autour il y a beaucoup de gîtes dans de vieilles fermes. De belles balades à faire, à pied ou à vélo. Et la vieille ville, avec ses ruelles caladées et ses remparts est bien agréable à découvrir.