Tour de jardin

Tour de jardin

Ce matin, le soleil a décidé de rester derrière les nuages ! Ce qui nous permet une petite parenthèse, après les 32° d’hier… j’en ai profité pour faire mon tour de « jardin ». Oui, je mets des guillemets car chez nous il s’agit davantage d’un terrain semi-organisé que d’un jardin !

Les iris ont presque terminé leur floraison, mais les roses commencent à éclore. Comme d’habitude, et même si elles sont les dernières du village à se décider, ce sont celles du plus vieux rosier qui donnent le signal de départ !

Devant la maison le rosier blanc est somptueux. Je ne l’avais pas taillé cet hiver, mais il ne semble pas m’en vouloir 😉 !

La bourrache s’est bien habituée au terrain… je dois même en arracher des repousses. Je sais bien que les butineuses et butineurs en raffolent, mais par endroits elle étoufferait tout !

La pivoine toute simple, au beau rose indien, a terminé sa floraison… il y en a un autre pied toujours en attente, mais qui ne semble pas décidé à fleurir encore. Ce sera une surprise dans quelques jours ! Ou pas…

Pour les beignets de fleurs d’acacia, c’est trop tard… les fleurs commencent à enneiger l’herbe… et la terrasse consciencieusement balayée hier ! Le sureau fait la joie des cétoines dorés, mais cette année je n’ai pas encore réussi à en photographier un. Par contre, au milieu de toutes ces fleurs blanches, abeilles et autres butineurs nous offrent un bourdonnement continu (bien plus agréable que celui de la ville… testé lundi dernier !)

Et les acanthe commencent à déplier leurs étonnantes fleurs… pas encore assez ouvertes pour que les butineuses puissent y plonger…

Il y a aussi les fleurs en pot. Cette année, sans l’avoir calculé, beaucoup de rose/violet/mauve… voire mauve très clair, avec le thym en fleurs ! Même la ciboulette fleurit, l’occasion d’un joli bouquet 😉 , et les doigts de sorcière (ou griffes de sorcière ou carpobrotus edilus ou figuier des Hottentots) gagnent du terrain d’année en année !

(petit) tour de champ

(petit) tour de champ

Juste pour voir si les orchis et autres orchidées sauvages avaient réapparu dans le champ voisin… après encore quelques mises au point dans les dossiers pour le 9ème Marché des Créateurs du 6 juin, puis dans ceux du festival Danses et Musiques Pour Tous (vérifications de la restauration), me voilà partie un peu tardivement pour mon tour habituel, avec Flipelette. Mais aujourd’hui, malgré son départ en flèche, la miss avait du mal à me suivre, et paraissait très inquiète. Alors j’ai fait au plus vite ! Les orchis sont là, me voilà rassurée ! Surtout les serapia vomeracea, qui semblent avoir bien proliféré.

Beaucoup de marguerites, aussi. Et dans le premier champ, les herbes folles se font bercer par le vent. Du coup, tout est un peu flou…

Je reviens aux orchis… elles ne sont pas encore bien fleuries, et moins nombreuses que d’habitude. C’est peut-être un peu tôt encore ? Orchis mauves, pour commencer :

Et la belle orchis pourpre aux fleurs semblables à des marionnettes en jupe…

Une ophrys araignée perdue au milieu des herbes…

Au coin de la haie, avant la vue sur la petite vallée, les collines et les champs de blé, l’églantine frissonne sous le vent.

Dans le terrain bien caché par ses haies, un peu laissé à l’abandon, les aubépines et autres petits arbustes grimpent à l’assaut de la vieille grue… tandis que dans l’ombre les monnaies du pape offrent leurs fleurs mauves, en attendant de faner et devenir ces jolies fleurs d’un blanc presque translucide, qui font le bonheur des fleuristes pour les bouquets de fleurs séchées !

Retour par le jardin de Simone, accueillie par ce magnifique rosier sur le petit hangar de bois.

Ce soir le ciel est nuageux. Demain, j’espère pouvoir aller faire un grand tour, sur l’ancien tracé du chemin de fer, et j’en profiterai pour distribuer les tracts des prochains événements…

Au bois…

Au bois…

L’aubépine est fanée, les violettes parties, je n’ai pas trouvé d’églantier, la chanson « au bois voisin l’y a des violettes… » n’était pas la bonne, samedi dernier, pour marcher dans le bois de la Pleysse ! Mais quel bonheur d’y entrer, après cette longue traversée de « la plaine » !

Le ciel bleu tout en haut des arbres, les chants d’oiseaux, les nouveaux feuillages, le soleil jouant au travers des branches, et l’odeur… bois, herbes, feuilles…

Un grand chemin bien droit traverse le bois, mais d’autres zigzaguent, passages réguliers d’animaux, ou même (hélas…) de moto-cross. Les pas sont amortis sur ces sols. J’ai beau marcher lentement, doucement, les oiseaux se taisent à mon passage… alors imaginez lorsqu’une moto faisant des essais, moteur et pot d’échappement hurlant, est arrivée ! heureusement pas longtemps… Des chenilles se balancent au bout de fils presque invisibles (photo impossible 😉 ). Une araignée prend un bain de soleil au pied d’un arbre.

Sur les bords du grand chemin, des nappes de fleurs bleu vif minuscules au milieu des herbes et des feuilles en forme de cœur des liserons, les stellaires voisinent avec les bugles, les bugles avec les boutons d’or. Quelques genêts essaient de rivaliser avec le soleil. Des papillons cherchent leur bonheur sur les fleurs

Sur un des deux sentiers créés au gré des passages, qui tournent et virent sans souci des lignes droites, des flaques d’eau stagnent, reflétant arbres et ciel bleu…

Mais il faut bien ressortir du bois… et retrouver la plaine, avant le retour à la maison… pendant 40 minutes, je pourrais presque me prendre pour Mireille dans la plaine de la Crau 😉 !

Sauvages

Sauvages

Balade du jour, jusqu’au bois de la Pleysse, les blés verts sous le bleu du ciel, l’ombre du chemin vert avant la longue traversée des champs en plein soleil…

Mais le long de ces chemins, pâquerettes, bien sûr, trèfle rose ou blanc, boutons d’or, délicates fleurs de lin, et quelques autres dont je ne connais pas le nom, soulignent encore plus le vert des herbes.

C’est vrai qu’en ce moment, le vert est roi ! Pourtant sur cette « plaine », il laisse la place au beige marron des champs prêts à être ensemencés pour les tournesols je crois. Au milieu de ce beige, sur cette immense plaine désertée par les haies (merci, messieurs les céréaliers), les couleurs du tracteur hersant la terre, jantes jaune d’or, cabine verte et machine rouge… poésie rurale… si l’on veut… oui, bon, j’aimais bien les haies qui permettaient de traverser les champs, autrefois !

On entrera dans le bois sur une prochaine page. Sachez qu’après la traversée de cette « plaine » sous le soleil, ce fut un véritable soulagement ! J’imagine ce que doit être l’arrivée dans une oasis après une traversée de désert… 😉 !

Des arbres…

Des arbres…

Chênes, acacias, pruniers ou cerisier, les arbres grandissent un peu comme ils le souhaitent sur notre terrain… j’avoue que, parfois, j’enlève une repousse de chêne mal placée, mais nous avons quelques coins de « jungle » (jungle de pays tempéré, bien sûr !). Et quel plaisir de caresser un tronc, de sentir sa vie, de le respirer…

Je commence par notre vieux chêne. Il était là à notre arrivée, déjà bien imposant. Il continue à grandir. Et depuis quelques jours, il fleurit et se couvre de feuilles d’un vert très doux.

Et puis il y a les acacias. Certains bien vieux, s’appuyant sur la fourche de leur voisin. Un autre blessé lors d’une tempête se reconstitue. Dans le coin de « jungle », le lierre les enserre. Mais bientôt, ils seront recouverts de grappes blanc crème autour desquelles les abeilles feront leur provisions de pollen !

Le cerisier, malgré son air penché, se prépare pour la saison… il subit les assauts du vent d’autan, et ces derniers temps, le pauvre a été bien secoué ! Mais bientôt….

Au fond du terrain, les deux vieux pruniers d’ante, tout noueux, tordus par le vent, l’âge… mais qui chaque année offrent des fruits sans compter !

Près de la terrasse « d’été », le sapin continue de grandir, 21 ans maintenant ! Le pauvre n’est peut-être pas très à l’aise au milieu des acacias… mais chaque année il bourgeonne…

Et puis il y a l’olivier. Un peu plus jeune, 19 ans seulement. Lui aussi ajoute, au printemps, quelques feuilles vert clair à son feuillage habituel. Depuis que le rosier liane a disparu, en attendant une éventuelle et espérée reprise, les oiseaux se réfugient dans ses branches. Le tronc bosselé, entouré des repousses de la menthe installée dans ce coin depuis plus de 40 ans et des rosiers presque aussi âgés, il a droit de temps en temps à une coupe sévère, mais ne semble pas nous en vouloir pour autant. Par contre pour les olives, c’est un peu raté !

J’aurais aussi pu vous parler du laurier, refuge des tourterelles. Nos arbres. Quelques sauvages, quelques presque civilisés, tous grandissent sans contrainte (bon, à part quelques tailles pour certains…), et essaient de nous transmettre leur sérénité, leur bienveillance.

Un p’tit tour à…

Un p’tit tour à…

… Montauban. Ce mercredi d’avril plus gris que bleu… Avec nos amis Annie et Roland, en vadrouille depuis l’Alsace, venus nous voir pour la journée. Très heureux de les revoir !

Le temps n’incitant pas à la randonnée dans notre campagne, nous sommes allés faire un tour à Montauban. Le musée Ingres, rénové, devenu musée Ingres Boudelle, ayant rouvert ses portes fin 2019 ( https://youtu.be/okq-_Vr0Xag ), période pendant laquelle les incertitudes « covidiennes » ont débuté, suivies par les contraintes sanitaires, bref, je n’y étais pas revenue. C’était l’occasion, d’autant que nos amis ne connaissaient pas la ville. Comme nous sommes arrivés dans l’après-midi déjà bien commencée, musée direct !

Nous commençons par la crypte, tout en bas de cet ancien hôtel (pour plus d’informations : https://musees-occitanie.fr/musee/musee-ingres-bourdelle/ ). Couloirs et escaliers sous des voûtes en briques, et arrivée dans la salle du Prince Noir, où une « installation » de Georges Rousse nous invite à une nouvelle vision de cette superbe salle… Mise en lumière, géométrie, espace…

Très beaux espaces réservés à Bourdelle, autre enfant du pays avec Ingres, à qui le 1er sous-sol est consacré. Juste deux photos, mais il y a vraiment des merveilles ! Bien sûr « Héraklès archer », des marbres, des bronzes, les fresques du Théâtre des Champs Élysées, Apollon, bustes de Beethoven…

Le premier étage est consacré à Ingres. Et à des artistes de son époque. Dans la plus grande salle, ce tableau plein de douceur et de charme d’une mère et ses enfants m’a beaucoup plus attirée que les compositions plus sévères que l’on connait… Une petite salle au superbe parquet marqueté nous raconte un peu de son intimité, chevalet, pinceaux, portraits et bustes d’Ingres et de sa femme. Et son violon !

Entre cette salle « Ingres intime » et la chapelle, sur le palier, deux dessins d’Ernest Pignon-Ernest (à qui une rétrospective avait été consacrée en 2007).

Une salle est réservée à des artistes contemporains brodant autour des œuvres d’Ingres…

Mais le temps passait, et le musée fermait… il restait encore quelques salles à voir, où se promener au hasard des yeux… trop tard ! Alors pour terminer cette balade montalbanaise, quelques pas dans le vieux quartier. Citations sur les vitrines, la place Nationale (ou Royale, ou de la Révolution 😉 !) toujours en travaux, les briques rouges des immeubles anciens, le coin du Crieur, les ruelles au nom amusant, les Carmes …

Décidément, le cœur du vieux Montauban réserve de jolies surprises ! Sans oublier une balade le long du Tarn. Quant au musée, d’autres visites s’imposent, afin de découvrir toutes ses salles.

Pâques 2022

Pâques 2022

Même si, en cette fin de lundi de Pâques, c’est un peu tard… belles fêtes pascales !

Petite balade du jour, tranquille. Partie pour une longue marche seule, finalement je me suis retrouvée sur une distance plus courte, et en compagnie de Simone. Une bonne heure tout de même. Départ de la place des Jardins, sur laquelle nous ferons les stages de capoeira cet été pendant le festival Danses et Musiques Pour Tous, les 14, 15 et 16 juillet prochains ( http://www.festivaldansespourtous )

Un peu de route pour arriver au « chemin blanc », entouré de champs, certains verts, d’autres encore « nus », sur lesquels les nuages et le soleil faisaient courir la lumière…

Cachée entre champ et arbres, la vieille maison est toujours fermée. Tout le long du chemin, des fleurs sauvages, pâquerettes, trèfles, boutons d’or et pissenlits mêlés. Sur un mur des fleurs d’ail des ours passe au travers des tuiles et du lierre.

Avant de rentrer à la maison, détour jusqu’au champ voisin pour voir si le réséda avait fleuri… non, toujours en boutons. Flipelette était ravie que je fasse quelques pas avec elle dans sa direction préférée ! Le coucou est revenu, la huppe aussi. Mais là, pour des photos, c’est beaucoup beaucoup plus difficile 😉 !

Re-v’là l’printemps !

Re-v’là l’printemps !

Reprise tranquille des balades après ces journées hivernales. Comme je n’ai pas bougé depuis un petit moment (j’avais pourtant pris de bonnes décisions 😉 ), je suis restée dans les environs immédiats, mieux vaut recommencer en douceur…

Les boutons d’or commencent à se montrer, sur l’aubépine les feuilles prennent peu à peu la place des fleurs, dans la haie le lilas s’épanouit, les soucis ruissellent de bonheur sous la lumière du soleil, la monnaie du pape cache ses fleurs mauve-rose dans l’ombre du talus…

L’agriculteur du coin oublie complètement se laisser un peu de place entre les champs, semant ou labourant au ras des haies et du champ voisin, et ce vieux passage d’il y a plus de 40 ans entre la maison et le Marguestaud disparait petit à petit 😦 . Jusqu’à quand tiendra le cognassier, qui marquait autrefois les limites d’un champ ? Mystère. Pour le moment, il est encore là, avec ses fleurs délicates, aux pétales encore un peu froissés et frissonnant sous le léger vent de cette après-midi.

A l’autre bout du champ, juste à l’angle des terres cultivées et d’un dernier terrain en friche, les jeunes feuilles du vieil arbre semblent de la dentelle, de loin. Et je me réjouis de voir que les dames de onze heures gagnent du terrain, mélangées aux pousses de blé…

Et pour une fois, j’ai cueilli quelques branches de lilas dans la haie. Le bouquet (modeste, je n’aime pas couper les fleurs…) tient compagnie à la belle Burkinabé (bronze de Malick Guira) sur le vieux bahut.

V’là l’printemps…

V’là l’printemps…

Il est bien là. Frais, venté, ensoleillé. Tellement venté et venteux qu’il a emporté dans ses rafales notre tonnelle et le joli rosier liane, refuge des oiseaux. J’ai retrouvé de nouveaux endroits où suspendre leurs mangeoires, mais ils semblent bien désorientés : c’est sur ce grand rosier qu’ils tenaient leurs réunions de fin de journée…

Une semaine de printemps : pâquerettes, ficaires, joubarbes, dames de onze heures, consoude, muscaris, primevères, et une coccinelle sur les nouvelles feuilles de menthe…

Les cerisiers et pruniers rivalisent de blancheur…

Et si les fins de journée ne sont pas aussi somptueuses qu’en automne ou en été, elles offrent de beaux moments de douceur (quand le vent n’est pas trop cinglant à mon poste préféré 😉 )