Couleurs du jour

30 juin… déjà juillet… cette année 2019 passe trop vite ! Couleurs de ce dernier jour de juin, bleu du ciel et de l’eau : laquelle est celle du ciel ? et celle de l’eau ?

Rose de l’hortensia installé depuis des années, mais qui, hélas, fleurit de moins en moins…

Ou de ces rosiers à fleurs toutes simples, dans une explosion de rose tendre ou rose plus vif et qui, eux, n’en finissent pas de fleurir !

Mais vous l’aurez remarqué, le vert est là, partout, tout autour… vert du palmier arrivé il y a un an maintenant, vert sombre du sapin planté il y a 18 ans, vert tout neuf de l’albizia (dont les fleurs, roses, ne sont pas encore écloses), vert de l’herbe, des feuillages des acacias, des sureaux, bref, tous les verts !

Les cigales ont du mal à reprendre leur chant, elles doivent avoir trop chaud !, les oiseaux profitent des coupelles d’eau disséminées dans le jardin (les chats des voisins et les hérissons aussi, d’ailleurs, la nuit), et nous du bleu de la piscine, cette piscine installée en l’an 2000, et dans laquelle, depuis, beaucoup de personnes sont venues se rafraîchir, voisins, ami-e-s, famille, enfants et moins jeunes…

Verts…

Mais pas que ! En ce moment, les glycines sont magnifiques, et je regrette de n’avoir pas pu entrer dans chaque jardin du village où cet arbuste s’est installé. Car ils ont nombreux !

Arrêt au passage, chez Élisabeth, avec qui je ferai cette balade. Dans son jardin, outre la glycine somptueuse, les premières pivoines.

Quand je suis partie marcher (2h30, tout de même) vers le bois de La Pleysse, le ciel était bien gris… et cette grisaille nous a accompagnées tout le long du chemin. Mais sous la grisaille, les verts du printemps étaient bien là, sur la place des jardins, ou tout au long du chemin sur « la plaine », bordé cette année par des champs de blé.

Dès l’entrée dans le bois, changement total d’atmosphère ! Vert tout neuf des feuillages naissants, accompagné de l’or des genêts, et ces fleurs sauvages au bleu magnifique, les bugles. Un petit papillon tigré est venu nous narguer… mais, bien sûr, n’a pas apprécié que je m’approche trop de lui…

Au fil de la balade, nous suivons l’évolution des feuillages, et passons des bourgeons aux jeunes feuilles, c’est superbe à voir.

Premières marguerites, sous le vent, à la sortie du bois, le long du chemin enherbé.

Et puis, après la halte « thé et papotages », surprise en sortant pour prendre le chemin du retour : ciel d’un bleu lumineux qui se reflète sur la mare où se prélassent les grenouilles (si, si, on les voit bien !). Concert garanti. Et même un éclair rouge, soudain… deux poissons se sont installés dans la mare (enfin, peut-être pas de leur plein gré…), mais ils semblaient bien contents d’avoir autant de place pour se balader !

Accueil à l’arrivée par un des derniers iris du jardin. Tous les autres ont disparu, mais où ?

Balade en vert, bleu, et…

… et tout de même d’autres couleurs ! Madame Météo avait annoncé une journée pluvieuse, mais le soleil était radieux, donc me voilà partie vers le bois de Galembrun, à la recherche du sentier perdu. Petit détour par le champ voisin, toujours en friche, pour regarder si les orchidées sauvages pointent leurs feuilles. Je n’en ai pas vu, c’est peut-être trop tôt ? Au coin du chemin, après la haie de lilas, puis la haie en broussailles, le cognassier est magnifique, et les abeilles s’en donnent à cœur joie ! Au passage, rencontre avec la dame de 11 heures, au milieu d’herbes sèches.

Autrefois, on pouvait descendre jusqu’au Marguestaud sans aller sur la route. Maintenant, les champs « regroupés », les fossés artificiels, nous obligent à revenir sur la route pour arriver au petit bois de Galembrun. Mais le chemin, parsemé de pâquerettes, est bien joli

Et donc bien obligée de marcher sur la route, peu passante il est vrai, mais la jeune chienne de la voisine m’a suivie, et refusait de rentrer seul chez elle, alors j’avoue que je n’étais pas très tranquille, il me tardait d’arriver au bois !

Quand les mistinguettes étaient petites, elles avaient surnommé ce bois « la forêt des dragons », nous avions même trouvé le dragon gardien de la forêt… je l’ai retrouvé, mais le pauvre a pris un sacré coup de vieux. Heureusement, un plus jeune veillait, pas très loin !

Et encore une fois, impossible de récupérer l’ancien chemin qui faisait une boucle dans le bois… le « nettoyage » d’une partie du bois l’a effacé. Je pense qu’il y en aura un autre bientôt, mais j’avoue que j’ai eu un peu de mal avec les ronces et les genêts pour revenir à mon point de départ. Même la chienne attendait que j’ouvre le passage… Si les pervenches ont disparu, elles ont été remplacées par de minuscules ficaires étoilées, et des boutons d’or bien sûr, et ces fleurs blanc mauve, cardamine je crois, et que l’on peut manger dans une salade. Des champignons décoratifs sur une souche. Et quelques violettes.

Malheureusement, sur le grand chemin enfin retrouvé, et le long de la route vers la mythique côte du Moulin, des personnes peu respectueuses avaient semé leurs traces…

Mais comme je ne veux pas vous laisser sur une mauvaise impression, retrouvons le vert et le bleu, même si du gris arrive de l’ouest, peut-être pour donner raison aux prévisions de la météo ?. Bonne soirée !

Couleurs

Samedi, balade mère-fille.

Guillemette voulait, pour fêter Imbolc, trouver quelques fleurs aux couleurs de renouveau. Pas facile ! Mais autour de nous, beaucoup de vert, du bleu… du marron-roux aussi pour les champs préparés pour les prochaines semailles, ou pour les arbres encore dénudés…

Des précisions sur cette fête, Imbolc ? C’est une fête celtique irlandaise, célébrant la lumière, le renouveau, après les mois d’hiver passés un peu en repli… Je sais que Guillemette a fait un article sur son blog à propos de cette fête, alors je vous donne son lien : https://uneviedallegresse.wordpress.com/2019/02/11/imbolc-2019/#like-9199

Mon « vendredi fou »

Car c’est ainsi que les Canadiens appellent ce que trop de médias nomment « black friday ». Et avouez que c’est bien plus sympa. Ici, ce vendredi a été plutôt grisailleux, mais avec un beau moment ensoleillé. Et comme j’avais décidé d’en faire un « vendredi vert », me voilà partie pour une balade vers « la plaine » (autrement dit le côté plat du village, côté est). J’en ai rapporté quatre ou cinq nuances de vert… les feuilles de colza vert foncé, les jeunes pousses dans les champs, quelques feuillages encore verts par-ci par-là, le tout sur fond de ciel gris.

Vous l’aurez remarqué, il y a aussi du marron-roux, feuilles ou champs labourés.

Et à ces verts, ces roux, s’ajoute du jaune (à la mode en ce moment…), par petites touches.

Sur la fin de la promenade, un rayon de soleil. J’étais à côté d’un mini bois, j’y suis entrée, la lumière était magnifique.

Au bord du chemin, les figuiers tout nus deviennent d’un beau bleu-gris, et au coin de la route, un dernier flamboiement…

Finalement, ce fut un vendredi plein de couleurs et je n’ai pas regretté de ne pas participer à ce « vendredi fou » ! Vous me direz que, le magasin le plus proche étant la boulangerie du village voisin, je n’ai eu aucun mérite à éviter les dépenses suggérées par le commerce…. 😉

Automne en fleurs

L’automne au jardin, roses blanches ou roses ou hésitantes, épanouies ou en boutons,

Colchiques dorées, où s’attardent quelques abeilles, et hibiscus à l’or plus discret

Bégonias éclatants et anthurium vernissé…

Petites douceurs de la Nature. Non pas pour oublier la réalité, mais pour se dire qu’il faut espérer et que tout n’est pas triste à pleurer. Et puis, pour nous remettre les pieds sur terre, il reste encore quelques moustiques…. !

Balade au bois

Galembrun. D’un côté, à l’est, une grande plaine où les haies ont été arrachées pour faciliter le travail des agriculteurs sur leurs engins de plus en plus énormes (il faut voir la tristesse des sols, tout craquelés et aussi durs que du caillou….), avec au bout d’un chemin laissé aux promeneurs (merci), le bois de La Pleysse. De l’autre côté, à l’ouest, le début des collines du Gers, de la Lomagne, et un bois, le bois de Galembrun. Au nord, et au sud, du vert, des collines, des petites forêts… et des champs. Bref. Aujourd’hui, nous avions décidé d’aller dans le bois de la Pleysse. Du vert, du vert, du vert….

Avec des touches de blanc : la stellaire est reine en ce moment, mais j’ai découvert pour la première fois des jacinthes sauvages non pas bleues comme dans les montagnes, mais presque blanches. Et le rose du cherche-midi. Et le bleu vif presque indigo du bugle. Et même un coquelicot, sur le bord du chemin du retour.

Arrêt devant les pivoines déjà grand ouvertes du jardin d’Élisabeth.

Chez nous, ma belle de Shanghai est encore en bouton… cette année, elle me promettait 5 fleurs sur une touffe, une sur une autre, mais des visiteurs gourmands ont grignoté deux boutons, alors je surveille de près les restants. C’est que j’y tiens à mes pivoines !

Contre le mur de l’église, les iris se régalent au soleil… dans notre jardin, par contre, il va falloir attendre. Mais le lilas blanc est magnifique. Et vous sentez ce parfum ?