Images, souvenirs de la Sérénissime : en vrac !

Oui, parce qu’il faut bien en finir un jour, et revenir à notre printemps franco-campagnard 😉 ! Alors, dans le désordre (mais désordre splendide), souvenirs de la Ca’Mocenigo, de la Ca’Pesaro, du musée Accademia (clin d’oeil à mes collègues et néanmoins ami-e-s), de la Fenice…

… des ruelles, des toits et des cheminées…

… des tags et autres dessins de pas de porte, des rencontres de rues, des préparatifs pour une fête, des annonces ici et là…

… des masques, encore… dont un qui, intrigué par Manon et son carnet de croquis, est venu lui demander de lui envoyer ses dessins !

… la place de Sant’Angelo, et son campanile qui fait douter de la façon de prendre une photo…

… Castello, autre quartier à découvrir, avec son calme, le linge qui sèche au-dessus de nos têtes, ses images antinomiques…

… sans oublier…

Maintenant, vous savez tout (ou presque) de ce séjour vénitien ! Il me reste quelques jours pour essayer de profiter tranquillement de ce printemps, des fleurs de pruniers à celles de cerisiers, des muscaris, des champs jaune citron du colza… dans une semaine puis dans deux, Purpan. Ensuite, j’espère que je ne verrai plus mes photos en flou, et que tout ira mieux ! A bientôt.

2017, J – 2 !

Deuxième page de ce séjour en Beaujolais autour des festivités de fin et début d’années. 16-12-30_047_solutreUne journée toujours aussi embrouillardée, toujours aussi fraîche, et toujours aussi riche en découvertes : villages décorés, maisons de pierre, monuments historiques et/ou empreints de spiritualité, petit restaurant de campagne (chez Lamartine, excusez du peu !), du Beaujolais au Mâconnais et même bien près de la Bourgogne et du Charolais… Routes sinueuses, villages et clochers, premier arrêt : Liernes. Belles maisons en pierres ocre presque rosées, et…

… les œuvres de Ted Nomad, peintre en art de rue (pour ne pas dire street art), un artiste né dans le Mâconnais, qui peint dans quelques villages dont Liernes. Des liens : http://pontdevauxinfo.over-blog.com/2016/04/le-street-art-fait-son-entree-dans-la-cite-pontevalloise.html , ou http://www.artsper.com/en/contemporary-artists/france/3319/nomad-ted . Le village est joliment décoré, en plus de ces tags, sculptures en métal ou décors de Noël en branches devenues animaux, et cette étrange cantinière… Une belle église (fermée, bien entendu… quand certains nous rabâchent que la France est catholique alors que toutes ses églises sont fermées en permanence…), un clin d’œil aux fumeurs sur le terrain de pétanque, et une décoration naturelle autour de cette pompe au coin d’une maison :

Malgré le brouillard, nous tentons l’approche de Solutré. Les herbes givrées, les vignes blanches bien alignées, le chemin et la voûte des arbres, tout est très beau, très calme… mais impossible de distinguer cette fameuse roche, perdue au bout des vignobles ! Essayez quand même…

Tant pis, nous repartons sans grimper… Étape suivante : Milly. « Objets inanimés », « Ô temps suspends ton vol », et autres vers appris il y a bien longtemps, mais qui reviennent tout doucement. D’autant plus facilement maintenant avec les possibilités sur les portables des uns et des autres… oui, c’est de la triche, mais ça valait la peine d’être déclamé devant la maison natale de Lamartine, Alphonse de son prénom !

Village accueillant, grâce aussi à son auberge « chez Jack » ! Et oui, pause repas dans ce petit bar restaurant, aux succulents plats du terroir, le Mâconnais ! Ne pas oublier d’admirer le toit de l’église tout en pierre ! (église fermée, faut-il préciser ?)

(désolée pour certains visages flous, mais il y a toujours quelqu’un qui bouge au mauvais moment 😉 ). Adresse absolument recommandable, vraiment. Après cette halte intellectuelle et gastronomique, bien réchauffés, départ pour l’étape suivante : le château de Berzé, avant d’arriver à Cluny, dernière étape du jour. Pas de visite du château, accueil sympa par un bon gros et gentil chien (au grand désespoir des pantalons de Gil 😉 ), mais nous n’avons pas osé franchir la limite autorisée… sur le chemin qui mène vers le château, des bancs de pierre sous les arbres invitaient au repos, mais non, vraiment, le froid nous a dissuadés de faire halte !

Et enfin, Cluny. J’ai déjà écrit une page dans ce journal sur la ville et l’abbaye. Je vais donc juste vous redire combien, cette fois encore, j’ai aimé le lieu. Malgré le froid ! Les prophètes toujours à leur place dans la chapelle du père abbé, l’impressionnante hauteur de la nef, et cette construction à imaginer, puisqu’il ne reste plus que des plans, des piliers tronqués, les couloirs du monastère devenu école, la voûte somptueuse de l’atelier…

Après cette journée, la tête pleine de dates, de vers romantiques, de châteaux et de chapiteaux, retour vers la chaleur de la maison, où une potée comtoise nous a réchauffés !16-12-30_081_blace Le dernier jour de cette année 2016 sera plus tranquille côté tourisme… tout aussi enrichissant, certes, mais, à la demande générale, la matinée du samedi a offert un peu de repos à nos jambes et nos têtes. C’est que la différence entre nos 20 ans et nos années actuelles se font (un peu) sentir 😉 !

Ô Toulouse…

24août_Toulouse rue de la BourseQuelques heures « en ville », avec Viera, avant son retour à Kiev. C’est vrai qu’elle commence à bien connaître Toulouse, et je me demandais ce que j’allais pouvoir lui faire découvrir ! Mais j’ai trouvé. D’abord un tour à la librairie « Ombres Blanches », avec ses coins et ses recoins, jusqu’à son annexe dans la petite rue Mirepoix. Ouf ! pour le moment, il semble que cette belle librairie ne soit pas en voie de disparition. Puis nous voilà parties dans les petites rues du vieux Toulouse, en évitant soigneusement la rue St Rome 😉 (ce qui n’est pas évident). Je découvre (il est vrai que je ne suis pas allée baguenauder dans Toulouse depuis longtemps) quelques boutiques amusantes au passage, et quelques grafs !

Côté architecture, le quartier offre de beaux choix… l’hôtel Delfau (la boutique du Pastel), l’hôtel d’Assézat, quelques beaux immeubles anciens rénovés,

la maison de l’Occitanie dans la rue Malcousinat et la superbe fenêtre gothique de la cour,

les maisons et l’église de la Dalbade dans la rue du même nom…

La chaleur et l’heure nous ont obligées à revenir vers le centre (dommage pour les quelques beaux Hôtels de cette rue) en essayant de gommer le triste parking du marché des Carmes. Maison Empire place de la Trinité, puis halte rafraîchissement sur la jolie place Salengro (qui nous a permis d’entendre bien malgré nous les déboires sentimentaux de deux demoiselles assises à la table à côté…)

 

( Je ne sais si Viera a eu le temps ou le courage de repartir montrer les hôtels de la rue de la Dalbade à ses élèves, le lendemain, car la canicule ne favorise pas la curiosité…). 24août_Toulouse place Wilson

Mais voilà, il était temps de rentrer, une dernière photo avant le retour, place Wilson : j’avais complètement oublié de vérifier les réglages de l’appareil… la faute à la chaleur ! Goudoulin ne m’en voudra pas trop, j’espère…

de tag en graffiti… et inversement !

Dans le genre d’éternelle discussion sur laquelle pas grand monde n’arrive à se mettre d’accord, essayez donc, lors d’une banale rencontre entre gens bien élevés, de glisser « oh, moi, les tags, finalement j’aime bien »… et c’est parti ! Pourtant, de Rome à Ouglitch, d’Amsterdam à Reykjavík, de Paris à Venise, et j’en passe, partout vous retrouverez ces signatures, ces dessins sur les murs… Qu’ils soient élégants ou griffonnés, ils apportent parfois un peu de sourire sur des murs tristes. Tenez, vous arrivez de votre province bien verdoyante et ensoleillée et vous entrez dans Paris, c’est déprimant, non ? Paris périph_1416et bien, regardez, et par endroits c’est comme un sourire de bienvenue au milieu de la grisaille de ces murs anti-bruit.

Parfois, tags et graffitis se mêlent aux vieilles pierres, comme à Apt, près de ce lieu de fouilles en plein centre ville… Ou bien ce sont les municipalités qui ont décidé d’illustrer leurs célébrités, leurs traditions, comme à Villefranche sur Saône avec le mur des conscrits, à Clochemerle (Vaux en Beaujolais) avec la maison sortie tout droit du livre de Gabriel Chevallier, ou dans ce petit quartier d’Albi…

Je vous l’accorde, certains feraient mieux de s’abstenir de taguer, mais mais mais… Certains tagueurs sont vraiment extraordinaires, lorsqu’on leur laisse le temps de s’exprimer ! Dans Reykjavik, cet endroit pour « la glisse », superbe de couleurs, d’idées… ou au hasard des rues, de vrais tableaux sur les murs, entre deux portes…

A Paris, tout un quartier est ainsi peint, décoré, tagué, parfois avec bonheur, parfois moins agréable à l’oeil, mais toujours plein de vie… à Besançon, au hasard du quartier Battant… Des jeunes, créatifs, qui ont eu envie de sortir les murs de leur tristesse, ou de profiter de la décrépitude d’un coin de rue…

Certains sont voulus, signés de « vrais » peintres, d’autres sont de belles promesses de créativité, certains sont franchement nuls, jetés sur un mur pour (peut-être) juste le plaisir de salir…

il y a les sombres et les joyeux… et ceux qui nous parlent d’un certain mal-être, de la réalité de notre monde aujourd’hui…


Écoutons les murs… les artistes ne sont pas tous enfermés dans les musées (parfois, je me demande d’ailleurs ce que certains y font), ou sur les murs dans nos églises… Autrefois, « on » racontait au peuple illettré la bonne parole, religieuse évidemment, avec des tableaux devant lesquels nous nous extasions aujourd’hui, et avec raison !,

mais qui sait si demain ce ne sera pas devant ces graffitis et ces tags que nos descendants s’extasieront ? Heu… pas devant tous, je suis d’accord !