Mai, entre ville et campagne

Un joli mois de mai ? Les roses commencent à s’épanouir au jardin, les nigelles deviennent envahissantes (mais si belles !), les cerises rougissent, les fleurs blanches des ixoras se mélangent à celles des sureaux et des acacias, les lumières de fin de journée (lorsque le soleil nous fait l’honneur de sa présence) donnent à l’herbe du jardin des airs de gazon anglais… et les pivoines daignent enfin éclore !

Quant aux coquelicots, ils continuent à éclairer le vieux mur de l’ancien poulailler, et devant mon bureau les pavots semblent se décider à paraître… bientôt !

Avec ces écarts de température, la fraicheur du matin, la chaleur de l’après-midi, certains ne s’y retrouvent plus, et le géranium se retrouve à côté du chrysanthème !

Mai 2019, c’est aussi les préparatifs des élections européennes… meetings, fêtes, rencontres. Pour nous, c’était les 11 et 12 mai, à Toulouse, la fête de l’HUMA31. Belle ambiance festive, combattive, échanges, rencontres, lectures, débats, spectacles. Cuba et la Retirada des républicains Espagnols étaient à l’honneur.

Il y a eu aussi les trois week-end « Festiv’halles », proposés par la Compagnie des Mots à Coulisses, dans trois villages des Hauts Tolosans, Grisolles, Launac et Grenade. Mais comme il reste encore un week-end de théâtre, je reviendrai plus tard sur ces moments. Et le Congrès du Syndicat National des Artistes Musiciens a eu lieu cette année à Toulouse. Nous étions invités, mais n’avons pu nous joindre aux congressistes que le lundi soir, pour une belle soirée conviviale, musicale et amicale. Danses traditionnelles de nos régions, un vrai régal. Je ne sais pas quand la musique s’est arrêtée, car nous sommes repartis avant la fin, mais après les « régionaux » du Conservatoire Occitan, les syndiquées Bordelaises-Brésiliennes étaient bien parties pour tenir jusqu’au matin… quelle énergie ! (d’ailleurs, impossible de faire une photo nette…)

Du soleil, certes, ces derniers quinze jours, mais aussi de la pluie… le temps de sublimer roses et nigelles !

Depuis hier tout de même nous avons bien chaud dans la journée… ce qui m’a permis de renouer avec la piscine, et quelques aller-retour bienvenus pour se préparer à l’été !

Jardin…

Avant de plonger pour une semaine dans les rues et le long des canaux de la Sérénissime, je profite de ces journées printanières avant l’heure, et de la verdure ! Poussée par l’exemple de Raymond (taille de l’olivier, bricolages divers dont une « niche » bien abritée pour notre Flipelette – et probablement d’autres chats de passage… – qui risque fort de refuser de rentrer dans la maison pour manger ou dormir pendant ces 8 jours à venir si ce n’est pas nous qui lui ouvrons la porte), j’ai commencé, en fin d’après-midi, à tailler althæas et hortensias. Mais depuis ce matin, c’est un vrai bonheur de respirer les senteurs des violettes. Elles sont partout sur le terrain et embaument l’air…

Mais elles ne sont pas seules… les primevères refleurissent, les pâquerettes sèment leurs taches blanc et or, deux jonquilles replantées là un peu au hasard sortent à côté des hellébores roses et blanches, et un iris (pas encore grignoté, celui-là…) semble vouloir bientôt s’ouvrir.

Sans oublier les pissenlits. Et attention, laissez-les grandir, ils sont précieux pour les abeilles en ce moment, comme toutes les fleurs sauvages !

Pas de sortie vers le bois, depuis quelques jours, mais hier, j’ai participé à un jury de concours photo dans le village de Larra (organisé par l’association « L’art en village »), et comme la salle où se passait le concours est au milieu d’un superbe domaine bien boisé, j’ai profité de l’occasion et du soleil de fin d’après-midi pour faire quelques photos. Les ombres et les arbres s’entrecroisaient pour dessiner des figures géométriques sur les tapis de feuilles mortes… et le ciel était magnifique.

Bonne soirée, rendez-vous d’ici une semaine et plus… car je n’ai pas encore trouvé comment ajouter un article sur mon blog depuis ma tablette… quelle nunuche 😉 !


Balade du jour

Après un réveil tout embrouillardé (dehors 😉 ), peu à peu le soleil a nettoyé le ciel, et la journée s’est  révélée magnifique.

C’est le moment de reprendre sérieusement les balades, la piscine n’étant plus assez chaude pour mes vieux os (dire que « avant », je nageais même à 18°, et là, 20° je coince…). Comme vraiment je dois remettre en état ces muscles autour de ce fichu genou tout neuf, il faut absolument profiter de ces dernières belles journées, ensoleillées mais pas caniculaires. Pas encore la grande randonnée, mais c’est sûr, je vais y arriver. Et sur ce circuit bien rodé de presque 6 km, j’ai rencontré un troll, un cheval, et j’ai plongé dans les vallons tout doux de notre campagne…

Les arbres sont encore verts mais les dorures automnales ne sauraient tarder. Et les étourneaux se regroupent pour aller bientôt prendre leurs quartiers d’hiver dans les villes alentour. Pour le moment, c’est assez surprenant, comme des notes suspendues… même si la portée ici n’est que de deux lignes !

Dans le jardin, les colchiques se pavanent à loisir au soleil, et les lumières des fins de journées sont magiques !

Il y a eu quelques beaux moments, ce mois d’octobre, de Toulouse à la Basquaisie, et maintenant que j’ai pratiquement réussi à retrouver et classer toutes mes photos (des « clics » malencontreux sur l’ordinateur…), je vais prendre le temps de vous raconter… demain… Bonne soirée !

Travaux d’été…

… ou de vacances ? Mais comme nous sommes – paraît-il – en vacances permanentes, c’est difficile de décider 😉 .04_20août18_été L’été à La Mathusine se conjugue avec passage des uns et des autres, famille ou ami-e-s, et périodes de « repos ». En juillet, le Festival Danses et Musiques Pour Tous ( http://www.festivaldansespourtous.fr ) a occupé pratiquement tout le mois, les nièces et neveux ont participé à fond (un grand, un énorme merci à tant de disponibilité et de bonne humeur !). Nous voici en août, Vera est arrivée, a partagé le calme de La Mathusine avec nous, pour deux semaines. Elle est repartie à Toulouse retrouver les enfants rentrés de colonie de vacances et participer aux réceptions officielles (Toulouse est jumelée avec Kiev, et chaque année une dizaine d’enfants de Kiev viennent respirer l’air des Pyrénées, invités par la ville de Toulouse). Nous attendons pour quelques petits jours deux amis, ex-collègues, Canadiens, venus re-respirer l’air de la ville où ils ont vécu avant de repartir dans leur pays rejoindre un orchestre Canadien… Les températures sont redevenues supportables. Le mois de septembre s’annonce. C’est bientôt la rentrée ! (oui, même « non-actifs » nous gardons le rythme des « saisons », que ce soit l’année scolaire ou l’année musicale).

Bref. Pour le moment, nous profitons de ces belles journées estivales. Raymond est infatigable, trouve de nouveaux travaux à faire, s’active…

… tandis que je fainéante (farniente…), en lisant installée dans le vieux canapé recyclé sur la terrasse, ou en essayant de muscler, avec des aller-retour dans l’eau, ce genou tout neuf auquel ma tête a du mal à faire confiance et que mon corps rechigne à adopter…

Je rêve de possibles-éventuels-peut-être prochains voyages…

J’essaie aussi de temps en temps quelques recettes, biscuits, confitures, plats, mais j’avoue ne pas trop avoir envie de cuisiner en ce moment !09_20août18_travaux de cuisine Voilà. Les journées défilent, parfois calmes, parfois inquiètes, parfois pleines de rires, (qui a dit que « la vie est un long fleuve tranquille ?), c’est l’été, c’est chez nous. Et vous y êtes les bienvenu-e-s !

Mon coin du matin…

_DSC0197_1
Dès que la température le permet, je m’installe dans « mon coin du matin », pour le petit-déjeuner. Parfois, un peu emmitouflée, en début de printemps… Et comme c’est aussi le moment où je sors les plantes de la maison pour qu’elles réapprennent à respirer, je suis bien entourée ! Avec bien sûr les chats qui quémandent leur morceau de beurre…
Et cette année, certaines plantes dites grasses, ou genre cactus, sont vraiment magnifiques. Un des petits cactus est même fleuri, c’est la première fois que ça m’arrive, d’habitude ce genre de plante dépérit en quelques semaines entre mes mains… Je ne vous en dirai pas le nom, je l’ignore.

Tout comme j’ignore celui de ces espèces de « cierges » qui, sans fleurir, sont bien feuillus depuis qu’ils sont dehors !_DSC0196Quant aux « oreilles d’éléphant », je me demande où je vais pouvoir les héberger quand il faudra les rentrer, tellement elles ont grandi !

Mais pour le moment, chaque matin est un plaisir !

Il va bien finir par arriver…

_DSC0965

 

En tout cas, aujourd’hui, nous avons profité du soleil. Et tant pis si demain redevient gris. Après tout, l’été n’est plus qu’à quelques 85 ou 86 jours… Tout à l’heure, petit tour du jardin. Les taupes nous ont bosselé le terrain un peu partout, mais cela n’empêche pas les ficaires de s’épanouir, les pâquerettes de fleurir, les dents-de-lion d’accueillir quelques gendarmes, et les violettes de continuer à distiller leur parfum.

Le cerisier commence à bien fleurir,

le forsythia s’illumine au soleil, et les gendarmes se multiplient sur le tronc de l’althæa pour leur bain de soleil !

Et petite gâterie : pause goût(hé)er sur la terrasse… bientôt le petit-déjeuner ????_DSC0975PS : non non, ce n’est pas du Nutella en solde sur ma tartine, mais de la confiture maison aux prunes noires du jardin 😉

En campagne

Ciel bleu, pas de vent, temps idéal pour une petite marche. Raymond ayant déjà prévu ses occupations de l’après-midi (vérification de l’état de la piscine, tondre l’herbe…), je partirai donc seule. Mais cette fois, je prends l’appareil photo !_DSC0866_2

Géométrie dans l’espace, pétales cirés des ficaires, ajoncs encore en fleurs, premières aubépines, un brin de mimosa se balançant contre un pin (oui, par moments, un petit vent frais se faufilait, me rappelant à l’ordre), ocre des champs labourés et vert éclatant des champs renaissants, jonquilles sauvages… chants d’oiseaux même pas troublés par les avions au loin, en approche de Blagnac (mais là, je laisse à votre imagination le soin d’ajouter le son !).

Les branches encore nues des arbres, celles auxquelles s’accrochent encore des feuilles sèches bruissant au vent, contrastent avec le bleu vif du ciel. La petite mare prend ses aises. Et dans le bois les mousses s’illuminent aux rayons de soleil.

 

Mais n’oublions pas les reines du printemps tout proche :8mars18_19