Re-v’là l’printemps !

Re-v’là l’printemps !

Reprise tranquille des balades après ces journées hivernales. Comme je n’ai pas bougé depuis un petit moment (j’avais pourtant pris de bonnes décisions 😉 ), je suis restée dans les environs immédiats, mieux vaut recommencer en douceur…

Les boutons d’or commencent à se montrer, sur l’aubépine les feuilles prennent peu à peu la place des fleurs, dans la haie le lilas s’épanouit, les soucis ruissellent de bonheur sous la lumière du soleil, la monnaie du pape cache ses fleurs mauve-rose dans l’ombre du talus…

L’agriculteur du coin oublie complètement se laisser un peu de place entre les champs, semant ou labourant au ras des haies et du champ voisin, et ce vieux passage d’il y a plus de 40 ans entre la maison et le Marguestaud disparait petit à petit 😦 . Jusqu’à quand tiendra le cognassier, qui marquait autrefois les limites d’un champ ? Mystère. Pour le moment, il est encore là, avec ses fleurs délicates, aux pétales encore un peu froissés et frissonnant sous le léger vent de cette après-midi.

A l’autre bout du champ, juste à l’angle des terres cultivées et d’un dernier terrain en friche, les jeunes feuilles du vieil arbre semblent de la dentelle, de loin. Et je me réjouis de voir que les dames de onze heures gagnent du terrain, mélangées aux pousses de blé…

Et pour une fois, j’ai cueilli quelques branches de lilas dans la haie. Le bouquet (modeste, je n’aime pas couper les fleurs…) tient compagnie à la belle Burkinabé (bronze de Malick Guira) sur le vieux bahut.

Sur le chemin, l’atelier…

Sur le chemin, l’atelier…

Quand on va de Launac à Galembrun, à pied, pour éviter de trop longtemps marcher sur la route, on commence par longer le lac depuis « la digue », puis le château, des maisons, et on arrive à la base de l’Aviron Launacais.

Là, quelques mètres de route, et on repart sur un chemin au joli nom : chemin de Bazillonne Basse, qui rejoint le bois de La Pleysse dont j’ai souvent parlé sur mes pages. Et si un jour vous passez par ce chemin, vous risquez fort d’entendre quelqu’un marteler la pierre. N’hésitez pas, si le portail est ouvert, arrêtez-vous et allez rencontrer David.

Je ne vais pas vous faire un cours de sculpture, mais juste vous laisser découvrir ce qu’il faisait ce jour-là, et aussi le suivre dans son atelier où il nous a expliqué comment, pourquoi, avec quoi….. Ce jour-là, il sortait de sa gangue de plâtre sa Madona. Une sculpture qui est désormais installée dans le parc d’une Villa quelque part en Italie. Une merveille de douceur, de tendresse, de beauté.

Je me suis permis de « voler » sur les pages FB de David quelques photos de cette Madona, dont je n’ai vu que l’enveloppe 😉 . Dans son atelier, les outils « à l’ancienne » voisinent avec des outils plus actuels, les ébauches de sculptures et les sculptures d’exposition se côtoient, et David vous parle de son métier avec passion.

Voici, « in situ », quelques unes de ses œuvres : la statue de Saint Germaine de Pibrac, une chèvre sur le rond-point de Rocamadour, un buste de Frédéric Prat dans le jardin des poètes de Béziers. Mais il fait aussi des expositions un peu partout, et certaines œuvres sont dans son atelier, en marbre… taillé, lisse, poli, qu’on ne peut s’empêcher de caresser… (j’ai pris ces photos sur ses pages Face Book, avec son autorisation).

Merci, David, pour cette halte très intéressante et enrichissante.

Des liens pour les curieuses et curieux, pour les fans de sculpture, de marbre : https://www.david-leger.com/ ou les pages Face Book : https://www.facebook.com/31sculpteur/ et Sculpteur David Leger.