Couleurs du jour

30 juin… déjà juillet… cette année 2019 passe trop vite ! Couleurs de ce dernier jour de juin, bleu du ciel et de l’eau : laquelle est celle du ciel ? et celle de l’eau ?

Rose de l’hortensia installé depuis des années, mais qui, hélas, fleurit de moins en moins…

Ou de ces rosiers à fleurs toutes simples, dans une explosion de rose tendre ou rose plus vif et qui, eux, n’en finissent pas de fleurir !

Mais vous l’aurez remarqué, le vert est là, partout, tout autour… vert du palmier arrivé il y a un an maintenant, vert sombre du sapin planté il y a 18 ans, vert tout neuf de l’albizia (dont les fleurs, roses, ne sont pas encore écloses), vert de l’herbe, des feuillages des acacias, des sureaux, bref, tous les verts !

Les cigales ont du mal à reprendre leur chant, elles doivent avoir trop chaud !, les oiseaux profitent des coupelles d’eau disséminées dans le jardin (les chats des voisins et les hérissons aussi, d’ailleurs, la nuit), et nous du bleu de la piscine, cette piscine installée en l’an 2000, et dans laquelle, depuis, beaucoup de personnes sont venues se rafraîchir, voisins, ami-e-s, famille, enfants et moins jeunes…

Un jour, un tour…

Faire découvrir notre coin de paradis et ses environs en 1 jour (et 1 soir) à deux amis Canadiens, c’est difficile. Parce qu’il faut choisir parmi toutes les beautés que nous propose notre campagne. Les vieilles halles, les villages, les petits musées et les grands, les routes champêtres, les églises, les châteaux, les maisons à colombage, les lavoirs, les champs, les bois, les curiosités… Non, en une journée, impossible ! Donc nous avons choisi un petit circuit tranquille de Galembrun à Galembrun. Mais à leur arrivée, et malgré la chaleur, nous avons déjà fait un petit tour dans Grenade, halle, Office de Tourisme (MERCI à toute l’équipe pour l’accueil, et merci mille fois, Chantal, pour les explications à propos de la halle, de la ville), église, et quelques curiosités par-ci par-là ! Tout de même, la plus ancienne halle au monde, c’était incontournable ! (je n’avais pas mon appareil… et plutôt que de faire des recherches dans mes photos, j’en ai volé sur un blog sympa « le blog de Maïté-infos »…)

Et donc, hier, circuit vers le Gers et ses collines tout en douceur. Dommage, la plupart des champs sont déjà labourés, les tournesols presque tous fanés (nous en avons tout de même trouvé quelques uns encore en fleur), mais malgré tout, les couleurs, les vallonnements ne manquaient pas de charme !

Première halte, Cadours. Le marché, l’église… à noter, pour les curieux, à l’entrée de l’église, la maquette de l’église en ail ! (ne pas oublier que Cadours est la capitale de l’ail violet). Un grand merci à Claudio pour ses photos de la maquette !

Deuxième halte incontournable : le château de Laréole ! L’exposition cette année est celle d’œuvres de Michel Batlle. J’appréhendais un peu, échaudée par l’expo de l’été dernier, mais non, finalement, j’ai bien aimé ces humains bizarres, et le lien avec les arts primitifs, sculptures et tableaux « habitaient » parfaitement les lieux

Pause repas à Cologne, au « Comptoir des Colibris » ( http://lecomptoirdescolibris.fr/ ). Nous y venions pour la première fois, et n’avons pas regretté ! Pas d’images de la halle, cette fois, mais nous sommes allés jusqu’à l’église, massive, imposante, où j’ai retrouvé une sculpture dont j’avais gardé le souvenir, dans un angle de mur. Balade le long des couverts, des douves, vue sur le lavoir et quelques reflets sur l’eau (un peu verdâtre) des douves, les dernières roses de la saison… Et retour pour redémarrer jusqu’à Sarrant.

Sarrant avait retrouvé son calme des jours « hors vacances »… et encore une fois l’église était fermée. Rencontre avec un chat, petite parlotte avec la dame du tourneur sur bois, tour de la Librairie-Tartinerie… trois rues, c’est vite parcouru 😉 ! Mais quel calme !

La petite route vers Brignemont tournicote, nous n’y avons pas rencontré de tracteur (c’est ma hantise sur ces routes étroites qui montent, descendent, tournent et retournent !), mais à Brignemont nous n’avons pu voir le moulin que de l’extérieur. Les touristes devenus moins nombreux, les travaux de fin d’été dans les champs, le meunier ne pouvait être aux champs et au moulin, et n’a donc pu nous raconter l’histoire du Papé…

Et comme il était encore temps, nous nous sommes arrêtés à « la maison du potier », à Cox. ( http://www.museecox.com/ ). Toujours autant de charme. Nous n’y étions pas revenus depuis plusieurs années. Un potier s’étant installé depuis deux ou trois ans au village, dans une des « pièces à vivre », de jolies œuvres inspirées des anciennes poteries trouvées et exposées dans les vitrines du musée ont pris place, ainsi que des plats venus du Mas Saintes Puelles, fabriqués par les frères Not. La vieille charrette pour transporter l’argile, le roulier et son harnachement, les anecdotes, le four et ses « statues », les tours, les anciennes machines, nous avons tout retrouvé avec plaisir !

Voilà, le circuit était terminé… retour à la maison, pour une soirée pleine de rires, de souvenirs, d’amitié. Encore deux images de fleurs trouvées le long de la route, pour vous souhaiter une belle fin d’août !

Un grand merci à Monique et Claudio pour cette journée baladeuse ! Revenez… il y a encore tellement à découvrir…

Surprise…

… mais pas rigolote, pour Raymond qui voulait ranger des trucs dans la cabane au fond du jardin. Coup de fil à Georges, notre copain apiculteur : ce sont des frelons bien de chez nous, mais il vaut mieux détruire le nid. Désolée pour Dame Nature, bombage, puis incinération une fois le nid tombé. Mais quel chef d’œuvre !

Et moi, je voulais profiter de la température bien fraîche pour aller ramasser les prunes mauves (toujours au fond du jardin, tiens), mais voilà, elles ne sont pas mûres… il va falloir encore attendre quelques jours pour la confiture !

En plus, la confiture faite avec ces fruits est super délicieuse. Alors on attendra !

Un courageux !

Installé depuis quatre ou cinq ans dans un coin du jardin, il en a vu de toutes les couleurs, le pauvre… ratiboisé par la tondeuse, bousculé par le vent d’ouest, oublié même… et pourtant il est là, têtu, et enfin nous offre quelques fleurs ! Et selon l’heure, l’éclairage, elles peuvent passer du rose au rouge…

Un jour, c’est sûr, il sera aussi beau que ses collègues des catalogues et des jardins bien entretenus… avec ce joli nom, il n’a pas fini de nous surprendre, notre lagerstroemia.03_22août18_lagerstroemia

Travaux d’été…

… ou de vacances ? Mais comme nous sommes – paraît-il – en vacances permanentes, c’est difficile de décider 😉 .04_20août18_été L’été à La Mathusine se conjugue avec passage des uns et des autres, famille ou ami-e-s, et périodes de « repos ». En juillet, le Festival Danses et Musiques Pour Tous ( http://www.festivaldansespourtous.fr ) a occupé pratiquement tout le mois, les nièces et neveux ont participé à fond (un grand, un énorme merci à tant de disponibilité et de bonne humeur !). Nous voici en août, Vera est arrivée, a partagé le calme de La Mathusine avec nous, pour deux semaines. Elle est repartie à Toulouse retrouver les enfants rentrés de colonie de vacances et participer aux réceptions officielles (Toulouse est jumelée avec Kiev, et chaque année une dizaine d’enfants de Kiev viennent respirer l’air des Pyrénées, invités par la ville de Toulouse). Nous attendons pour quelques petits jours deux amis, ex-collègues, Canadiens, venus re-respirer l’air de la ville où ils ont vécu avant de repartir dans leur pays rejoindre un orchestre Canadien… Les températures sont redevenues supportables. Le mois de septembre s’annonce. C’est bientôt la rentrée ! (oui, même « non-actifs » nous gardons le rythme des « saisons », que ce soit l’année scolaire ou l’année musicale).

Bref. Pour le moment, nous profitons de ces belles journées estivales. Raymond est infatigable, trouve de nouveaux travaux à faire, s’active…

… tandis que je fainéante (farniente…), en lisant installée dans le vieux canapé recyclé sur la terrasse, ou en essayant de muscler, avec des aller-retour dans l’eau, ce genou tout neuf auquel ma tête a du mal à faire confiance et que mon corps rechigne à adopter…

Je rêve de possibles-éventuels-peut-être prochains voyages…

J’essaie aussi de temps en temps quelques recettes, biscuits, confitures, plats, mais j’avoue ne pas trop avoir envie de cuisiner en ce moment !09_20août18_travaux de cuisine Voilà. Les journées défilent, parfois calmes, parfois inquiètes, parfois pleines de rires, (qui a dit que « la vie est un long fleuve tranquille ?), c’est l’été, c’est chez nous. Et vous y êtes les bienvenu-e-s !