Un jour, un tour…

Faire découvrir notre coin de paradis et ses environs en 1 jour (et 1 soir) à deux amis Canadiens, c’est difficile. Parce qu’il faut choisir parmi toutes les beautés que nous propose notre campagne. Les vieilles halles, les villages, les petits musées et les grands, les routes champêtres, les églises, les châteaux, les maisons à colombage, les lavoirs, les champs, les bois, les curiosités… Non, en une journée, impossible ! Donc nous avons choisi un petit circuit tranquille de Galembrun à Galembrun. Mais à leur arrivée, et malgré la chaleur, nous avons déjà fait un petit tour dans Grenade, halle, Office de Tourisme (MERCI à toute l’équipe pour l’accueil, et merci mille fois, Chantal, pour les explications à propos de la halle, de la ville), église, et quelques curiosités par-ci par-là ! Tout de même, la plus ancienne halle au monde, c’était incontournable ! (je n’avais pas mon appareil… et plutôt que de faire des recherches dans mes photos, j’en ai volé sur un blog sympa « le blog de Maïté-infos »…)

Et donc, hier, circuit vers le Gers et ses collines tout en douceur. Dommage, la plupart des champs sont déjà labourés, les tournesols presque tous fanés (nous en avons tout de même trouvé quelques uns encore en fleur), mais malgré tout, les couleurs, les vallonnements ne manquaient pas de charme !

Première halte, Cadours. Le marché, l’église… à noter, pour les curieux, à l’entrée de l’église, la maquette de l’église en ail ! (ne pas oublier que Cadours est la capitale de l’ail violet). Un grand merci à Claudio pour ses photos de la maquette !

Deuxième halte incontournable : le château de Laréole ! L’exposition cette année est celle d’œuvres de Michel Batlle. J’appréhendais un peu, échaudée par l’expo de l’été dernier, mais non, finalement, j’ai bien aimé ces humains bizarres, et le lien avec les arts primitifs, sculptures et tableaux « habitaient » parfaitement les lieux

Pause repas à Cologne, au « Comptoir des Colibris » ( http://lecomptoirdescolibris.fr/ ). Nous y venions pour la première fois, et n’avons pas regretté ! Pas d’images de la halle, cette fois, mais nous sommes allés jusqu’à l’église, massive, imposante, où j’ai retrouvé une sculpture dont j’avais gardé le souvenir, dans un angle de mur. Balade le long des couverts, des douves, vue sur le lavoir et quelques reflets sur l’eau (un peu verdâtre) des douves, les dernières roses de la saison… Et retour pour redémarrer jusqu’à Sarrant.

Sarrant avait retrouvé son calme des jours « hors vacances »… et encore une fois l’église était fermée. Rencontre avec un chat, petite parlotte avec la dame du tourneur sur bois, tour de la Librairie-Tartinerie… trois rues, c’est vite parcouru 😉 ! Mais quel calme !

La petite route vers Brignemont tournicote, nous n’y avons pas rencontré de tracteur (c’est ma hantise sur ces routes étroites qui montent, descendent, tournent et retournent !), mais à Brignemont nous n’avons pu voir le moulin que de l’extérieur. Les touristes devenus moins nombreux, les travaux de fin d’été dans les champs, le meunier ne pouvait être aux champs et au moulin, et n’a donc pu nous raconter l’histoire du Papé…

Et comme il était encore temps, nous nous sommes arrêtés à « la maison du potier », à Cox. ( http://www.museecox.com/ ). Toujours autant de charme. Nous n’y étions pas revenus depuis plusieurs années. Un potier s’étant installé depuis deux ou trois ans au village, dans une des « pièces à vivre », de jolies œuvres inspirées des anciennes poteries trouvées et exposées dans les vitrines du musée ont pris place, ainsi que des plats venus du Mas Saintes Puelles, fabriqués par les frères Not. La vieille charrette pour transporter l’argile, le roulier et son harnachement, les anecdotes, le four et ses « statues », les tours, les anciennes machines, nous avons tout retrouvé avec plaisir !

Voilà, le circuit était terminé… retour à la maison, pour une soirée pleine de rires, de souvenirs, d’amitié. Encore deux images de fleurs trouvées le long de la route, pour vous souhaiter une belle fin d’août !

Un grand merci à Monique et Claudio pour cette journée baladeuse ! Revenez… il y a encore tellement à découvrir…

Décembre, 15 jours par-ci, par-là…

Les marchés de Noël se multiplient d’année en année, et bien sûr c’est l’occasion de flâner dans les villages… le 5 décembre, c’est à Sarrant, dans le Gers, que nous avions choisi d’aller. Le village est si beau ! Et le soleil autorisait quelques expositions en plein air, des balades à dos d’âne pour les plus jeunes, la rue et les maisons étaient joliment décorées. La tour étant ouverte pour l’occasion, on pouvait voir ou revoir les poids du vieux système de l’horloge, une simulation de la salle commune, et profiter de la vue de cette mini cité du haut du donjon.

Dimanche, c’était le marché de Noël de Grenade sur Garonne, sous la superbe halle (j’ai eu du mal à faire des photos correctes… mais j’en ai tout de même gardé trois).

Ensuite, il y a eu le premier tour des Régionales, et le gros trou gris marine qui a enveloppé la France… je ne m’appesantis pas, mais quel découragement !

Et puis, mercredi dernier, rayon de soleil, avec Adixkideak (les amis) à Anglet. Ce chœur Basque avait été longtemps dirigé par mon père (oui, je pourrais écrire « notre père » puisque nous sommes 4 frère et sœurs, mais ça pourrait porter à confusion 😉 !), René Borda, qui toute sa vie a défendu le chant. Il composait des chansons, dont certaines sont devenues emblématiques de Bayonne, il écrivait des arrangements pour chœurs, il avait aussi dirigé une harmonie dans notre petit village des Landes, avant de se retrouver à la Banda des Genêts d’Anglet, puis à la tête de quelques chœurs basques et chorale… bref, la musique, populaire, traditionnelle, conviviale, et ce qui était pour lui la clef de tout : l’amitié. Et donc, ce mercredi 9 décembre, la municipalité d’Anglet avait répondu à la demande du chœur Adixkideak de donner le nom de René Borda à un lieu de « sa » ville. Ville d’adoption, certes, mais pour qui il avait écrit ce qu’on pourrait appeler un hymne. La Promenade René Borda, bordée par un ruisseau, des mimosas, a été inaugurée sous le soleil, entre amis, avec un beau discours de monsieur le Maire, un très sympathique discours d’Alain Faure pour le chœur, et les remerciements de la fratrie Borda, avec le souhait que les oiseaux s’y retrouvent pour chanter en chœur ! Je vous donne le lien pour Adixkideak : http://choeur.adixkideak.perso.sfr.fr/ , ce sera l’occasion d’écouter quelques chants basques, et de connaître les dates de leurs concerts.

Le lendemain, j’ai réussi à faire un tout petit tour à Biarritz, histoire de respirer un peu d’air marin avant de reprendre le chemin de Galembrun.014_10déc15_Biarritz_9328 Dimanche, une marche tranquille, pour patienter avant les résultats du second tour… Heureusement que la nature est toujours là, prête à nous apporter sans contrepartie sa beauté, son calme… Des moutons et béliers curieux… Dans le bois, les arbres donnaient des cours de géométrie dans l’espace, lignes se croisant, courbes, parallèles… Dans le pré abandonné, la rosée du matin avait oublié de sécher, et quelques ors roux illuminaient l’ambiance un peu embrumée en cette fin d’après-midi.

Non, je ne vous parlerai pas de résultats et autres commentaires. Je ne suis pas politologue. Simplement, j’espère que, de notre président à tous ses copains ministres, ce sera l’occasion d’une remise en question. Mais j’en doute un peu.

Cet après-midi, livraison de 6 stères de bois… et rangement ! Odeur de forêt, pour faire oublier la monotonie du « je ramasse une bûche, je la range ». En deux heures, c’était fait. Ouf !