Balade en vert, bleu, et…

… et tout de même d’autres couleurs ! Madame Météo avait annoncé une journée pluvieuse, mais le soleil était radieux, donc me voilà partie vers le bois de Galembrun, à la recherche du sentier perdu. Petit détour par le champ voisin, toujours en friche, pour regarder si les orchidées sauvages pointent leurs feuilles. Je n’en ai pas vu, c’est peut-être trop tôt ? Au coin du chemin, après la haie de lilas, puis la haie en broussailles, le cognassier est magnifique, et les abeilles s’en donnent à cœur joie ! Au passage, rencontre avec la dame de 11 heures, au milieu d’herbes sèches.

Autrefois, on pouvait descendre jusqu’au Marguestaud sans aller sur la route. Maintenant, les champs « regroupés », les fossés artificiels, nous obligent à revenir sur la route pour arriver au petit bois de Galembrun. Mais le chemin, parsemé de pâquerettes, est bien joli

Et donc bien obligée de marcher sur la route, peu passante il est vrai, mais la jeune chienne de la voisine m’a suivie, et refusait de rentrer seul chez elle, alors j’avoue que je n’étais pas très tranquille, il me tardait d’arriver au bois !

Quand les mistinguettes étaient petites, elles avaient surnommé ce bois « la forêt des dragons », nous avions même trouvé le dragon gardien de la forêt… je l’ai retrouvé, mais le pauvre a pris un sacré coup de vieux. Heureusement, un plus jeune veillait, pas très loin !

Et encore une fois, impossible de récupérer l’ancien chemin qui faisait une boucle dans le bois… le « nettoyage » d’une partie du bois l’a effacé. Je pense qu’il y en aura un autre bientôt, mais j’avoue que j’ai eu un peu de mal avec les ronces et les genêts pour revenir à mon point de départ. Même la chienne attendait que j’ouvre le passage… Si les pervenches ont disparu, elles ont été remplacées par de minuscules ficaires étoilées, et des boutons d’or bien sûr, et ces fleurs blanc mauve, cardamine je crois, et que l’on peut manger dans une salade. Des champignons décoratifs sur une souche. Et quelques violettes.

Malheureusement, sur le grand chemin enfin retrouvé, et le long de la route vers la mythique côte du Moulin, des personnes peu respectueuses avaient semé leurs traces…

Mais comme je ne veux pas vous laisser sur une mauvaise impression, retrouvons le vert et le bleu, même si du gris arrive de l’ouest, peut-être pour donner raison aux prévisions de la météo ?. Bonne soirée !

Petite balade du jour

Toute petite balade, à peine plus d’une heure ! A Galembrun. Avec le soleil. Les jardins ne sont pas encore très fleuris, les iris fanent déjà, les aubépines sortent leurs feuilles et enneigent l’herbe, sur « la plaine » les champs de colza rivalisent avec le soleil, alors que vers les coteaux cette année c’est le vert vif des champs de blé qui domine, dans les bois autour de Galembrun quelques taches vertes commencent à réveiller les arbres, et les grenouilles chantent du matin au soir dans la petite mare.

Dans l’herbe du terre-plein, sur notre place du Puits Clos, les dames de 11 heures – ornithogalum umbelletum – ouvrent leurs pétales au soleil (mais je n’ai pas encore compris si elles vivaient à l’heure solaire ou européenne 😉 ) avant de les refermer dès qu’elles se retrouvent à l’ombre. En tout cas, merci à Jérôme, un des employés communaux, de les avoir épargnées lorsqu’il est venu tondre ! C’est que je les aime bien ces jolies fleurs, et j’attends leur retour avec impatience… je vais essayer d’en récupérer pour le jardin, j’ai vu qu’il y en avait cette année sur les talus le long des chemins. (désolée pour le flou de la dernière photo, il y a un peu de vent, cette fin d’après-midi)

Rue de la Heppe, le vieux pigeonnier n’en finit pas de se dégrader, entouré par les chevaux

Les chênes plus que centenaires (nous en avons au moins trois dans le hameau) sont encore nus, tandis que sur certains arbres de jeunes feuilles ou des fleurs pointent leur nez, et les lilas commencent à fleurir le long du chemin du Moulin…

Déjà dix belles journées que le printemps est arrivé !

Me revoilà…

… pas encore tout à fait d’aplomb, mais presque ! _DSC1004_12346J’avoue que je n’ai plus 20 ans, ni même 50, et la semaine festivalière a été particulièrement fatigante. Mais que de bonheur… d’accord, d’accord, le public n’accourt encore pas en masse, mais apprécie visiblement les spectacles que nous proposons. Le temps a fini par nous faire plaisir, avec des soirées encore un peu fraîches, mais s’est bien réchauffé ensuite. 12juillet-NandiniLe ton était donné dès le début, le 12 juillet : énergie, couleur, passion : Nandini en stage Bollywood puis en avant film, et « Happy New Year » au cinéma de Grenade. (photo de Patrick Peric).

Nous avons eu la chance de pouvoir faire le concert du 13 juillet dans l’église. Le temps étant trop incertain, nous ne pouvions pas prendre le risque pour les musicien-ne-s de l’Orchestre de Chambre de Toulouse et leurs instruments (et le matériel son et lumière prêté ou loué) d’un petit coup de fraîcheur 😉 ! (merci à monsieur le Maire pour son accord enthousiaste).

Le concert du 14 juillet sur la place a entrainé le public tout autour des rives méditerranéennes, j’ai adoré la voix d’Isao, un peu voilée, mais toute en légèreté, et ces musiques venues de temps lointains, très prenantes. Deux danseuses pour les accompagner à la danse, sur trois morceaux : Dyhia et Doumélia. Pour découvrir cet ensemble, Dayazell, voici un lien : https://www.facebook.com/Dayazell/?fref=ts où vous pourrez les entendre et voir des vidéos.

Flamenco le lendemain soir, avec le Cuadro Flamenco, ma-gni-fi-que ! Et toutes les qualités : artistique, musicale, visuelle, technique… Serena De Sousa, Lola Navarro, Mariano Zamora, Leny « Flaquito », un grand merci pour cette soirée.

Une soirée Cabaret pour le samedi, avec un groupe venu de Clermont Ferrand, entrain, des danseuses au point, costumes, plumes, couleurs, chansons, notre hameau n’avait encore jamais vu ça !

Le dimanche offrait un conte dansé et en musique « la maison d’Ibrahima », mais hélas, quel dommage, à peine une vingtaine de personnes dans la petite salle du café du Burgaud cet après-midi, trop ensoleillé peut-être ? J’ai aimé l’ambiance du spectacle, l’oud, les percussions, et ce conte plein de joie et d’espoir à partager…

Sans oublier le village solidaire du samedi, pour lequel des associations avaient répondu « présent », Burkina, Madagaskar, Niger, UNESCO, Brésil, apportaient leur générosité.

Vous voyez, beaucoup de bonheur, de moments partagés, les ateliers bien-être du matin, les repas au soleil couchant, les ateliers pour les enfants, les stages de danse (pas beaucoup de monde…), le calme de Galembrun…

Cela n’a pas empêché mon genou de piquer une belle crise, à ne plus pouvoir marcher plus de 5 minutes, sinon en gardant la jambe raide… mais tout semble se remettre en place doucement, peu à peu. Et je vais pouvoir m’occuper du jardin, qui en a vraiment besoin ! La maison a retrouvé son calme, le toit tout neuf est terminé, la famille repartie chacun chez soi, et au mois d’août ce seront les amis qui passeront. De beaux moments encore en perspective !

PS : un grand merci à Patrick Peric pour son bénévolat photographique, à qui j’ai piqué quelques images pour cette page.

Animations campagnardes

16mai_rosesOuf ! ce lundi de Pentecôte s’annonçait (enfin) relativement beau… La journée à la campagne promettait donc d’être agréable. Les deux associations de Galembrun organisaient l’une un marché des créateurs toute la journée, l’autre une randonnée à partir de 9h30. Pendant que les artistes s’installaient, sous les tentes, sur la place, les randonneurs arrivaient pour un café avant le départ, au bar « le Marguestaud ». Départ de la troupe (56 marcheuses et marcheurs + un chien) à l’heure dite, vers les collines entre Galembrun et Naples, le début de la Lomagne. Traversée des bois de Galembrun, de Tourguil, et pause ravitaillement à Naples !

Naples, où nous croisons d’étranges bonshommes… « le rucher de Naples » ( http://www.miel-et-cire.com/ ) redémarre la saison !16mai_les ruchers de Naples Puis, c’est le retour vers notre hameau, vue éblouissante sur l’horizon et les coteaux du Frontonnais, champs de coquelicots, à nouveau un petit bois, et l’arrivée.

Les artisans sont bien installés, les randonneurs font le tour des stands avant de prendre l’apéritif du Comité. Certains restent pique-niquer, ou déguster les propositions des « Délices de Yoyo », partenaire pour cette journée. Nous aurions aimé davantage de visiteuses et visiteurs, certes, mais les exposants sont repartis contents, certains visiteurs avaient profité de l’occasion pour prévoir des cadeaux uniques à faire aux ami-e-s, aux Mamans, etc… et pour les enfants, ce fut peut-être l’occasion de découvrir leur vocation…

L’accueil toujours chaleureux des bénévoles du Comité des Fêtes ( https://www.facebook.com/comitedesfetesgalembrun ou https://comitedesfetesdegalembrun.wordpress.com/ ) et de l’association « Les Arts au Soleil ! » ( https://www.facebook.com/Les-Arts-au-Soleil ou http://www.lesartsausoleil.org ) a été souligné encore une fois, tant mieux ! Rendez-vous est pris pour le lundi de Pentecôte 2017. Vous êtes les bienvenu-e-s !

 

Brouillard sur la ville, soleil dans le coeur…

12510375_10153864009144281_2200920133079969201_n_9657Il y a quarante ans, je partais assister à la Générale des « Contes d’Hoffmann » au théâtre du Capitole de Toulouse. Je n’en ai pas vu la fin, un peu avant minuit, Guillemette est arrivée. J’étais maman pour la première fois ! Depuis, j’ai vu, j’ai même joué les « Contes », mais je n’ai jamais oublié cette première rencontre… Bon anniversaire, ma chérie ! Vis ta vie, garde ton beau sourire, même si tout n’est pas toujours rose ou bleu ou ensoleillé ! Je serai là (nous serons là), encore un peu j’espère, pour te soutenir et t’aider dans tes projets, tes soucis, et applaudir à tes succès ! Et si aujourd’hui le brouillard a refusé de se lever, c’est sûrement pour que ce soit toi le soleil de cette journée.

Oui, aujourd’hui, nous étions dans un village mystérieux…. brume et mystère à Galembrun… Où était « la plaine », où étaient les collines, la forêt ? Le clocher en perd presque la tête ! Impressions de rêve… un château se cache-t-il derrière ces arbres nus… une biche apparaitra-t-elle au prochain virage…

Dans le jardin, bien à l’abri sous le laurier, les hellébores jouent les timides emperlées, et devant la maison, la libellule ne sait plus si c’est le jour ou la nuit…

Lorsque nous serons à Venise, dans une dizaine de jours, la Sérénissime jouera-t-elle, elle aussi, la mystérieuse dans la brume, ou nous offrira-t-elle sa plus belle lumière… ?

Entre champs et bois

DSC_0088_9194Une marche très colorée cette après-midi. Je ne sais pourquoi aujourd’hui le soleil faisait tellement exploser les couleurs ? Brume bleutée vers Drudas, mais tout autour, le roux de la terre, les derniers ors des feuillages, les premières pousses vertes dans les champs, un brin de folle avoine se balançant au soleil…

et lorsque le soleil ne traversait pas les arbres, dans le petit bois « des dragons » tout devenait presque terne ! Presque. Mousses vertes, et surtout quelques petits éclairs de soleil sur les feuilles sèches des chênes, sur le genévrier, autant de rappel de cet automne bientôt fini…

Je me suis fait un peu peur, ayant pris un chemin inconnu, je me suis retrouvée au bord de… rien, entre le bois privé et notre bois de Galembrun, et donc ai dû rebrousser chemin. Et je n’avais aucune envie de ramasser des champignons !, malgré les agréables odeurs de mousses et de champignons…

Mais, persuadée que le sentier connu n’était pas loin, me voici partie droit vers le soleil (puisque tout de même je savais dans quel sens m’orienter, n’en déplaise à mon frangin 😉 !). Ce bois n’est pas si grand que j’arrive à m’y perdre, tout de même ! Tapis de feuilles, ronces, buissons de petit houx… le sentier n’apparaissait toujours pas, et le soleil descendait, derrière les arbres… Au bout d’un temps qui m’a paru bien long, ouf !, le chemin enfin. De jolies « sculptures » naturelles, mais aussi une découverte pas agréable : qui donc a apporté ces planches, ces palettes, ces plaques de mousse, ces bouteilles, ces sacs plastique, et même un blouson, pour les abandonner là, en plein bois ?

La sortie du bois, sous le soleil de fin de journée, était somptueuse. Et les couleurs encore plus fantastiques qu’au départ…

Et pour finir la balade en beauté, rencontre avec un joli chien tout fou…