Pâques 2020, samedi

Pâques 2020, samedi

Avec ce soleil, ces journées presque estivales, toutes portes et fenêtres ouvertes, on oublierait que ce n’est que le début du printemps ! Depuis même pas un mois ! Il y a trois jours, premier « coucou » entendu. Aujourd’hui, c’était la huppe. Et tous les arbres du jardin retrouvent leurs feuilles. Certains plus vite que d’autres. Les fruitiers ont été les premiers. Et d’ailleurs, sur le vieux cerisier, nous en sommes aux promesses…

Je ne parlerai pas beaucoup du lilas, le nôtre est toujours le dernier du village à fleurir (mais nous sommes patients), ni des pivoines qui se font autant désirer que la rose du Petit Prince… enfin si, un peu tout de même ! Et aussi des adorables pompons crème du rosier liane, du jasmin d’hiver qui préfère visiblement fleurir au printemps, de la fleur d’acanthe qui se prépare pour sa première floraison chez nous…

Mais là où on sent vraiment le printemps, c’est dans le renouveau des feuillages des arbres… après les fruitiers, l’érable et ses pendeloques tremblantes au moindre souffle de vent, l’acacia arrive tout en douceur, d’un vert tendre presque doré au soleil, le chêne vient en avant-dernier, tandis que les althæas et l’albizia se font concurrence pour savoir qui se fera le plus attendre. Ah, j’oubliais notre savonnier, qui grandit tout doucement (peut-être l’endroit ne lui est-il pas favorable ?), mais qui s’obstine !

Aujourd’hui, samedi avant Pâques, j’ai le souvenir que dans les Landes (et probablement dans d’autres régions), on chaulait les maisons, on repeignait… même mon mécréant de grand-père le faisait 😉 , mais c’était peut-être simplement pour fêter l’arrivée du printemps ! Dans chaque fête religieuse, il y a une explication de tradition bien plus ancienne, raison pour laquelle je ne comprendrai jamais ces querelles partisanes entre les tenants d’un dieu ou d’un autre. S’il ne m’a pas laissé sa « main verte », mon grand-père m’aura au moins laissé sa logique sur ces sujets… Donc, voilà-t-y pas que j’ai fait du ménage ???? oh un peu, hein… pendant que Raymond travaillait dans le jardin. Ce qui est râlant, c’est que on remarque bien davantage l’herbe joliment tondue que mon sol de cuisine tout propre 😀 !

Belles fêtes de Pâques, un peu particulières cette année…, que vous soyez croyants ou pas.

Pâques, festivités et tradition

quarante roses_2150Le coup du petit lapin qui apporte les œufs ne va pas très bien avec la tradition religieuse catholique, c’est le moins qu’on puisse dire. Étonnant tout de même que ces fêtes religieuses correspondent encore, dans un état laïque, avec des jours fériés. Mais, ma foi (quelle qu’elle soit !), ces journées de repos sont bien agréables à prendre ! Surtout quand elles se transforment en rencontre familiale, en festivités villageoises, et que des traditions se créent ainsi au fil des ans. Bon, c’est certain, les conditions climatiques peuvent vous gâcher en un rien de temps une journée qui se voulait festive et en extérieur… et comme madame Météo est assez capricieuse en ce moment, nous avons eu un samedi ensoleillé, un dimanche pluvieux, un lundi embrouillardé pour se transformer en superbe journée, bref, un temps à faire tourner la tête au baromètre le plus solide ! Mais ces journées ont été pleines de jolis bonheurs, mouillés ou ensoleillés, en tout cas toujours heureux et chaleureux (on a tout de même rallumé les poêles dimanche et lundi !). Donc, dimanche, zut, la pluie s’est invitée.pluie_2137 La chasse aux œufs dans le jardin s’est faite sous les parapluies ! Deux paniers bien remplis en fin de matinée… Et une balade jusqu’à Sarrant l’après-midi. Sur la route, halte autour de la halle de Cologne, pour admirer les belles vieilles maisons et les couverts. Mais le but était Sarrant, le tour de la petite cité regroupée autour de l’église, la longue pause à la librairie-tartinerie de Sarrant ( http://www.lires.org ), toujours aussi accueillante, chaleureuse, d’où je repars chaque fois avec une belle pile de bouquins ! La petite bastide aux rues tranquilles se fait un peu plus belle chaque année, une maison rénovée par-ci, une nouvelle idée par-là… cette fois, des paniers d’herbes et plantes à partager à l’entrée de la cité, sous le donjon… Surtout, si vous passez sur la « grande route » qui va de Mauvezin à Montauban, n’hésitez pas à faire un crochet vers Sarrant et vous ne le regretterez pas, entre la librairie, l’accueil, et la croustade aux pommes avec son petit pot de crème fraîche…. sans oublier les thés, des vrais thés, pas des sachets jaunes…

Lundi, ouf ! soleil. Enfin, d’abord réveil dans le brouillard. Et le lundi de Pâques à Galembrun, c’est omelette géante sur la place du village, depuis plus de 20 ans. Au début, les enfants faisaient le tour des fermes pour ramasser des œufs, puis il a fallu en acheter pour compléter, puis les fermes avec de vraies poules qui courent partout pour trouver leur nourriture ont disparu et maintenant nous devons acheter les œufs, de 100 nous voici arrivés à 1 200 œufs ce lundi 21 avril ! Des quelques villageois se retrouvant autour des tables sur la place nous voici arrivés à 200 personnes venues d’un peu partout… Il faut dire que l’ambiance à Galembrun est (encore, et pour longtemps nous l’espérons) faite de joie, de bonheurs simples, de convivialité, de partage ( http://www.animation-galembrun.com ). Une courte randonnée pour se réveiller, coteaux, champs verts du blé neuf ou marron-roux des terres récemment semées de tournesols, forêts, deux belles grimpettes, et, comme il avait plu la veille, quelques jolies flaques d’eau à contourner, l’ancienne voie du petit chemin de fer campagnard devenue chemin de randonnée, nous arrivions à l’heure pile pour commencer à casser les œufs. Un grand feu, la poêle toute propre, la cuisson de l’omelette, et la journée continuait tranquillement, tables à l’abri et tables sur la place ensoleillée, dégustation de l’omelette, papotages, personne n’a envie de quitter les lieux sans faire un brin de causette, ou une partie de pétanque !

Comme les vacances sont là pour certains, ce sera Pâques toute la semaine chez nous!, et c’est en famille que ce mardi nous sommes partis jusqu’à Saint Clar, dans le Gers. Encore un village à découvrir, toujours ces couverts dont on se demande s’ils sont là pour protéger du soleil ou des averses, peut-être des deux ?, ces maisons aux pierres blanches, et un musée à ne pas manquer : le musée de l’École publique ( http://www.musee-ecole-publique.fr ). Accueil charmant, explications dans l’ancienne cour de l’école des garçons avant la découverte de la classe « comme avant », encriers, plumes, buvards, tableau noir, pupitres…

Une dictée ? Un problème de calcul ? Un rappel de géographie ? Toute l’Histoire de l’École ! Peut-être que vos enfants n’apprécieront pas tout dans ce musée,au coin_2152 mais ils y sont bienvenus (même si la photo semble dire le contraire !), et vous retrouverez probablement quelques souvenirs un peu enfouis dans votre mémoire, surtout si vous avez comme moi un « certain » âge ou même un âge… certain !

(oui, les roses du début de cette page n’ont rien à voir avec le lapin de Pâques ou les œufs, elles sont là juste pour le plaisir de partager avec vous ce bouquet arrivé ici pour un bel anniversaire…)