Vacances romaines, 5

8mai_vide-greniers et vent d'autanJ’ai l’impression que ce vent d’autan dure depuis… une éternité. Hier, des rafales incroyables, pendant le vide-greniers. Il fallait retenir certains objets, coucher les vases, démonter les portants de vêtements. Des boîtes de puzzle s’envolaient, semant leurs pièces un peu partout sur la place… on en rit au début, un peu plus longtemps si on a un bon moral, mais certains ont plié bagage avant midi. Nous (pour l’association « les arts au soleil ! »), nous avons tenu le coup jusqu’à 15 heures un peu passées, mais lorsque quelques gouttes de pluie se sont fait sentir, nous avons fini par déclarer forfait, avons tout ramassé, et sommes parties (Élisabeth, Nadine et moi) au chaud devant un thé et une croustade ! Mais nous avons récolté de quoi payer les affiches du festival et quelques flyers, ce qui n’est pas mal.

sagesse aborigène_11370Aujourd’hui, le vent est toujours là, et la semaine a commencé tristement. Même si cet événement nous a permis de retrouver de nombreux amis, le départ d’un jeune de 33 ans est toujours triste et difficile à admettre, surtout quand on est une mère (je suppose que c’est pareil pour les pères). Il est des fois où le retour à la maison (selon la sagesse aborigène) se fait bien trop tôt et bien douloureusement.

Retour vers Rome, un mercredi 27 avril un peu gris. Quelques « incontournables » au menu du jour, dont le Panthéon. Mais nous commençons par un musée, celui du palais Altemps, un des 3 ou 4 palais-musées disséminés dans la ville, faisant partie du Musée National Romain. pas très loin de l’appartement. Petites rues pavées, églises et curiosités tout au long du chemin, comme toujours dans la ville. Magnifique cour, et là encore des salles très aérées, claires, avec dans le palais, les plus belles collections de sculptures antiques rassemblées au XVIIème siècle. Et quelques œuvres d’un artiste contemporain. Je ne vais pas davantage jouer les guides touristiques, mais ne manquez pas ce musée si vous aimez les statues antiques ! Déesses et dieux, éphèbes et angelots, barbares et romains bataillant, frises ou restes de fresques, plafonds et salon d’étude, loggia décorée, chapelle, rien ne manque, même pas une collection de ce qu’on pourrait appeler « des yoyes » (mais de luxe), des nids à poussière, quoi ! (après coup, je crois que j’ai raté le théâtre, qui devrait se trouver en sous-sol, mais je ne me souviens pas d’avoir vu des escaliers descendre…)

Nous nous offrons un retour vers la place Navona, passons devant le Palais Madama (bien gardé par policiers et militaires, c’est le Sénat en fait), petit arrêt à l’église St Louis des Français pour le Mathieu du Caravage et le décor très kitsch du lieu,

et arrivons au Panthéon… Les musées n’étant pas fermés, comme lundi, on aurait pu croire que la répartition des touristes dans la ville était plus fluide… pffff, tu parles ! mais bon, nous faisons consciencieusement le tour intérieur, saluons les rois, reines et empereurs du lieu, admirons l’oculus, et ressortons… aïe la pluie !

Bon, nous en profitons pour manger quelques parts de pizzas, et lorsque la pluie se calme, nous redémarrons. Changement de programme, car tout de même la pluie ne semble pas décidée à s’arrêter complètement, donc via les musei Capitolini (heureusement, à Rome, on a vraiment le choix pour les jours de pluie…). Piazza della Minerva et son éléphant porte obélisque, au coin d’une ruelle un immense pied en pierre, et nous voici au Capitole.

Il faut reconnaître que les musées de nos jours, du moins la plupart, ont fait d’énormes progrès dans la présentation de leurs richesses. Que ce soit à Londres, Reykjavìk, Paris, Rome, Bayonne, Toulouse, bref, un peu partout. Donc, nous voici dans la première partie, le musée des Conservateurs. Rencontre avec les Horaces et les Curiaces, quelques déesses, un gamin s’enlevant une épine du pied, et bien sûr, la Louve et les jumeaux, les Oies du Capitole, une Vénus de plus,

Et Marc-Aurèle, dans sa cage de verre !32_26avril_musée Capitole-Marc Aurèle Et des restes de statues monumentales… (le gardien n’a pas vraiment apprécié notre mise en scène, mais avouez que c’est amusant. Non ?)

Avant de passer au musée du Nouveau Palais, et après l’étage de la pinacothèque, où je suis allée faire un petit coucou à ma Marie-Madeleine préférée, nous faisons une pause au café tout en haut (et dehors, il pleut toujours…).

Vue sur les ruines de Marcellus, sur Rome, sur les Victoires ailées du monument « meringue » à VERDI (Victor Emmanuel Re D’Italia, bien sûr, pas le compositeur, même s’il a été l’emblème de cette Italie en train de se réunifier).

Quand on est dans le second musée, après le passage en sous-sol, on remonte quelques marches, et on a droit à une vue sur les forum romain depuis l’étage, avec plan et explications…

Puis nous replongeons dans les trésors capitoliens… Stèles funéraires dans le sous-sol qui mène d’un musée à l’autre, et à l’étage, Vénus du Capitole, Dyonisos et autres marbres ne nous laissent pas… (oui, le jeu de mots est tentant, mais je ne le ferai pas !) insensibles.

Retour Via Giulia la tête pleine de tous ces personnages d’antan que nous côtoyons depuis ce matin ! Mais ce soir, ici, maintenant, nous allons retrouver des personnages bien actuels, pour un concert de musique de chambre à l’auditorium Saint Pierre des Cuisines. Belle soirée en perspective, et bonne soirée à vous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s