Balade du jour

Balade du jour

Une heure de marche rapide (enfin, pour moi…), vers le chemin du Commandeur. J’ai voulu essayer un nouveau chemin, hélas, il m’a emmenée au milieu des taillis, ronces, et autres branchages… mais je m’en suis sortie, et j’ai retrouvé la route vers les moutons. Leur champ est bien pelé… Au passage, quelques coings flétris oubliés au pied du cognassier, une bien jolie fleur en bord de chemin, un cheval tout en haut d’un pré, et dans la lavande de la vieille ferme un papillon-colibri (bon, il allait tellement vite d’une fleur à l’autre que vous avez droit à une belle photo floue…)

Au bout de la route, le chemin qui mène au Marguestaud, tout en bas, après avoir traversé un petit bois. Je fais le tour de la réserve d’eau, complètement asséchée, la terre est craquelée, pas de libellules ni de grenouilles, mais j’ai dérangé une mante, qui s’est arrêtée le temps de prendre la pose 😉 !

Ensuite, c’est le petit bois. J’ai hésité à descendre jusqu’au bout, mais finalement suis revenue sur le « grand » chemin ! Nous n’avons pas encore les belles couleurs ors et roux de l’automne…

A côté de la maison, quelques feuilles tombées parlent d’automne… et dans le vieux poteau le lierre hésite entre vert et marron, mais je ne crois pas que ce soit la faute à l’automne 😉

Le ciel est resté gris tout aujourd’hui. Au jardin, les crocus dorés fanent, quelques roses continuent à s’ouvrir, les fleurs de l’abélia éclairent les vieilles marches, quelques pissenlits épargnées par la tondeuse lèvent leur tête au-dessus de ce qui reste d’herbe… et les chrysanthèmes promettent de bientôt fleurir.

Transformations automnales…

4nov2015_8996Avez-vous déjà suivi le chemin fait par un pissenlit depuis la fleur jusqu’à sa transformation en « je sème à tout vent » ? J’ai essayé pour vous… (à propos du Petit Larousse Illustré, ne manquez pas de visiter la maison Claude Augé, à l’Isle Jourdain -32-, ou allez faire un tour sur : https://bbordasilvand.wordpress.com/2014/09/07/une-maison-bourgeoise-savante/ )

Car si, au printemps, c’est le renouveau de la nature, à l’automne c’est un tout autre chemin que prend la végétation. Les quenouilles des roseaux, par exemple, se transforment elles aussi, et il ne fait pas bon en avoir dans la maison !

Quant à la vigne-vierge, c’est tout simplement une explosion de couleurs… et les températures si douces de ces jours derniers ont complètement désorienté les pâquerettes qui ne savent plus à quelle saison se vouer !

Côté ciel, loin, là-bas, tout au fond, les Pyrénées étaient bien ennuagées, mais au-dessus de Galembrun, ma courte balade du jour a été un régal de bleu et d’effilochée de nuages !

Grisette profitait tout à l’heure des derniers rayons de soleil avant qu’il ne disparaisse dans la grisaille revenue, mais hier soir, quel fabuleux coucher de soleil…