Me revoilà…

… pas encore tout à fait d’aplomb, mais presque ! _DSC1004_12346J’avoue que je n’ai plus 20 ans, ni même 50, et la semaine festivalière a été particulièrement fatigante. Mais que de bonheur… d’accord, d’accord, le public n’accourt encore pas en masse, mais apprécie visiblement les spectacles que nous proposons. Le temps a fini par nous faire plaisir, avec des soirées encore un peu fraîches, mais s’est bien réchauffé ensuite. 12juillet-NandiniLe ton était donné dès le début, le 12 juillet : énergie, couleur, passion : Nandini en stage Bollywood puis en avant film, et « Happy New Year » au cinéma de Grenade. (photo de Patrick Peric).

Nous avons eu la chance de pouvoir faire le concert du 13 juillet dans l’église. Le temps étant trop incertain, nous ne pouvions pas prendre le risque pour les musicien-ne-s de l’Orchestre de Chambre de Toulouse et leurs instruments (et le matériel son et lumière prêté ou loué) d’un petit coup de fraîcheur 😉 ! (merci à monsieur le Maire pour son accord enthousiaste).

Le concert du 14 juillet sur la place a entrainé le public tout autour des rives méditerranéennes, j’ai adoré la voix d’Isao, un peu voilée, mais toute en légèreté, et ces musiques venues de temps lointains, très prenantes. Deux danseuses pour les accompagner à la danse, sur trois morceaux : Dyhia et Doumélia. Pour découvrir cet ensemble, Dayazell, voici un lien : https://www.facebook.com/Dayazell/?fref=ts où vous pourrez les entendre et voir des vidéos.

Flamenco le lendemain soir, avec le Cuadro Flamenco, ma-gni-fi-que ! Et toutes les qualités : artistique, musicale, visuelle, technique… Serena De Sousa, Lola Navarro, Mariano Zamora, Leny « Flaquito », un grand merci pour cette soirée.

Une soirée Cabaret pour le samedi, avec un groupe venu de Clermont Ferrand, entrain, des danseuses au point, costumes, plumes, couleurs, chansons, notre hameau n’avait encore jamais vu ça !

Le dimanche offrait un conte dansé et en musique « la maison d’Ibrahima », mais hélas, quel dommage, à peine une vingtaine de personnes dans la petite salle du café du Burgaud cet après-midi, trop ensoleillé peut-être ? J’ai aimé l’ambiance du spectacle, l’oud, les percussions, et ce conte plein de joie et d’espoir à partager…

Sans oublier le village solidaire du samedi, pour lequel des associations avaient répondu « présent », Burkina, Madagaskar, Niger, UNESCO, Brésil, apportaient leur générosité.

Vous voyez, beaucoup de bonheur, de moments partagés, les ateliers bien-être du matin, les repas au soleil couchant, les ateliers pour les enfants, les stages de danse (pas beaucoup de monde…), le calme de Galembrun…

Cela n’a pas empêché mon genou de piquer une belle crise, à ne plus pouvoir marcher plus de 5 minutes, sinon en gardant la jambe raide… mais tout semble se remettre en place doucement, peu à peu. Et je vais pouvoir m’occuper du jardin, qui en a vraiment besoin ! La maison a retrouvé son calme, le toit tout neuf est terminé, la famille repartie chacun chez soi, et au mois d’août ce seront les amis qui passeront. De beaux moments encore en perspective !

PS : un grand merci à Patrick Peric pour son bénévolat photographique, à qui j’ai piqué quelques images pour cette page.

Mosaïques…

Musiques du pourtour méditerranéen, un voyage en Albanie, Italie, Grèce, Turquie. Chant sacré d’Orient, chant de marin, chants traditionnels. C’était dimanche 20 décembre, dans une belle salle de spectacle parisienne, la salle Pajol, dans le 18ème, à Paris. Enris Qinami, le groupe Asinora, pour les musiques et les chants. Pour l’accompagnement en danses, Doumélia, Alexia Martin, et l’atelier chorégraphique Dayma. Au départ, je voulais faire une page tranquille sur cette journée parisienne, avec Guillemette et les trois pitchounes… mais j’ai encore tellement mitraillé pendant le spectacle, que je préfère, pour commencer, vous entraîner à la suite de ces musiciens, musiciennes, chanteur et chanteuse, danseuses, dans ce magnifique voyage. Et pour les moments parisiens en famille ce sera un autre article !

Alexia avait invité Doumélia (Guillemette) à participer à ce spectacle, musiques et danses. Bon, je suis déjà une ardente défenseure de la musique vivante, j’aime la danse et les danses, mais sincèrement, rien n’égale la danse sur la musique vivante… connivence, écoute, entente, partage, l’émotion est totalement différente, et tellement plus complète ! Et là, même avec l’œil collé au viseur de l’appareil, le bonheur était vraiment au rendez-vous.

Première partie, musiques d’Albanie, avec Enris Qinami. Danse d’aujourd’hui, danse virevoltante, danse sacrée, sur des musiques et chants intemporels

Danse d’Orient, chant marin de Grèce, intense (échange magique entre Chloé et Alexia), Asinora nous a promenés autour de la Méditerranée, berceau de civilisations aujourd’hui malmenées…

… avant de nous emmener du côté des tziganes, avec Doumélia

Puis, avec humour et enthousiasme, Chloé nous a donné une recette grecque d’aubergines, auxquelles les danseuses de l’atelier Dayma ont participé avec visiblement beaucoup de joie… et que le public a dégusté avec bonheur !

Un pur moment de joie, terminé trop vite… Mais j’espère que ce n’est que le début d’une longue et belle suite de collaborations entre musiques et danses d’ici et d’ailleurs, entre musiciens et danseuses/danseurs de tous pays, unis pour prouver que la culture est universelle, que les mots liberté, égalité, fraternité ont encore un sens…

festival estival…

« Vous chantiez, j’en suis fort aise. Eh bien, dansez maintenant ! »… C’est l’été, les cigales crissent dans les acacias, et même si ce ne sont pas les mêmes que celles de Provence, c’est  bien le signe que l’été est là. Et bien souvent, qui dit été dit festival. Bon, d’accord, cette année, les festivals risquent fort d’être très (ou pas très mais un peu tout de même) perturbés. Et sincèrement, je comprends. Mais point n’est besoin d’aller courir les gros festivals pour que les vacances soient belles et bien faites côté découvertes ! Déjà, pour les familles, il est difficile, à moins d’écorner de façon honteuse son budget, de pouvoir assister à pas mal de spectacles, concerts, que ce soit du classique ou du contemporain, du théâtre ou de la musique. Mais il y a tout de même, dans nos campagnes, des festivals où tout le monde trouve sa place, en famille, en bande, entre amis, ou seul, et qui vous offrent la qualité, le plaisir des découvertes, sans vous bousculer. Tenez, cette fin de semaine, dans le superbe parc de Launac (31330), le festival Wassa’n Africa, vous parle de l’Afrique comme si vous y étiez ! Dépaysement assuré ! Et pour… des spectacles, des ateliers et jeux en accès libre ! Seuls certains stages sont payants (2 stages de percussions). Surtout n’hésitez pas à venir, c’est près de Blagnac, de Toulouse, de Montauban.

Et à partir du 14 juillet, jusqu’au 20 juillet, les danses et musiques du monde seront à l’honneur à Galembrun (31330 Launac), avec le festival « Danses pour Tous ».

Depuis 2010, le festival a grandi… Les Oignons ont participé à la première édition, puis Sarah Avril, Alexia Martin, Maria Robin, les Smocky Eyes, La Chispa, Azulenca et Marie-Soledad Del Cerro, Zou, OC 3, Gustavo Gomez, Guillemette Silvand-Baffert, Lawa Aboubacar, Samara Hilal, Antoine Depuychaffray, (et je dois certainement en oublier, qu’elles/ils me pardonnent) ont participé à ce festival.

Cette 5° édition vous propose de venir rencontrer Simona Jovic, Chahera MC, Julien Vardon, Caroline Achouri, Valérie Romanin, Esmii, Valding, Les Oignons, Ibtissem, Kamel Bala, qui vous aideront à découvrir danses du monde, derbouka…

Du lundi au samedi, danses tziganes avec Simona Jovic ( http://www.simonajovic.com ), mais aussi du lundi au dimanche, chaque après-midi vous propose une nouvelle danse : la danse Gwo Ka, la danse Kalbélia, les claquettes, les danses tribal fusion, le flamenco aux pieds nus, les danses orientales, et un stage de découverte Derbouka.

Chaque soir sera une nouvelle fête, avec des spectacles en entrée libre : deux séances de cinéma, du jazz New Orleans et claquettes, des rencontres en danses du monde, des danses et musiques tziganes, des danses orientales.

Des animations chaque jour pour les enfants (et les parents, s’ils le souhaitent !) avec Julia Bock de « Designers en herbe », des moments bien-être avec atelier de Qi Gong (S. Santa Cruz) et massages (Mon Heure à Moi). Restauration tous les jours (midi et soir le lundi 14, soir du 15 au 19, midi le 20) sur la place. Les pâtisseries des soeurs Bala, pour le plaisir des yeux et du palais, sans oublier les superbes tatouages au henné. Et bien sûr, comme chaque année le concours « Beaux-Arts », sur le thème des tziganes cette fois.

Et comme le premier jour de ce festival est le 14 juillet, ce sera un « bal trad » ce soir-là sur la place avec Valding ( http://www.myspace.com/valdingbaltrad ), bal pour lequel vous pourrez apprendre quelques danses au stage de 19 heures (1 € le stage !!!!!).

Une nouveauté cette année : deux marchés de créateurs, lundi 14 et dimanche 20 juillet, avec des artisans venus de la région, parfois d’un peu plus loin, pour exposer (et vendre) leurs créations.

Un beau festival, cette année encore !

Alors oui… nous n’avons pas un beau barnum, ni un vrai plancher de bal, quand l’orage s’invite l’eau traverse parfois la « salle »… mais nous avons le plaisir, la joie, l’envie de partager des moments conviviaux, des moments de bonne humeur, de vous faire découvrir d’autres mondes, d’autres musiques, d’autres danses, et de faire de vraies rencontres dont le souvenir réchauffera votre année… et vous reviendrez l’été prochain refaire le plein d’énergie, à Galembrun !  Ah… vous voulez davantage de précisions ? http://www.festivaldansespourtous.fr . A la semaine prochaine ?