Islande, 5

02sept17_fjords de l'ouest_2Je vais essayer d’aller plus vite… sinon, nous serons encore dans les fjords dans 2 ou 3 mois ! Ce n’est pas que je n’aimerais pas y être, « pour de vrai », en plein hiver, juste pour savoir, montagnes enneigées, lacs gelés, cascades glacées… ce doit être magnifique. Mais non, nous sommes au tout début septembre, les jours sont encore longs, et si les nuages noircissent parfois l’eau des fjords, nous avons eu aussi des fjords à l’eau aussi bleue que le ciel. Ce 1er septembre, nous remontons vers Isafjördur, et il fait beau ! La route 60 est magnifique, nous passons de montagne en montagne, nous arrêtons au bord de cascades plus bleues que le ciel,

et rencontrons bien sûr des moutons qui traversent placidement la route (à nous d’attendre…) en nous regardant droit dans les yeux !

Nous dérangeons aussi un couple de cygnes, pourtant nous avions fait le moins de bruit possible…

De belles cascades ce jour-là (mais il y en a tant…), mais la plus impressionnante est celle de Dynjandi. Un sentier caillouteux grimpe jusqu’au pied de la grande chute, pas facile, et j’appréhendais un peu, mais tout s’est bien passé. Tout le long, l’eau s’écoule de cascade en cascade après un départ majestueux, genre « voile de mariée ». Nous sommes restées un long moment sur le site, tellement c’est beau. Y compris côté fjord, d’ailleurs.

Nous suivons le fjord (devinez son nom : Dynjandifjördur, bien sûr !), traversons une péninsule, et arrivons pile à l’heure du repas à Thingeyri. Justement, les deux guides (Routard et Lonely Planet)) indiquent un café-restaurant accueillant dans ce petit village : Simbahöllin. En plus d’être agréable, on y parle français, c’est quand même plus pratique pour choisir…. même si c’est simple : soupe du jour avec ses petits pains maison (et beurre), des gaufres avec confiture de rhubarbe sauvage (spécialité des fjords de l’Ouest) maison ou cookies. Une pause parfaite.

Petit détour jusqu’à Sudureyri, où, paraît-il une boutique étonnante vend des produits artisanaux. Mais nous ne l’avons pas trouvée, et personne n’a pu nous renseigner… Photo estivale sur le port, oui, il peut faire chaud en Islande !!!!!

Nous reprenons donc le tunnel (16 km…), et arrivons à Isafjördur en milieu d’après-midi. Heureusement ! Car pour trouver notre hébergement, nous avons tourné et retourné de sens unique en sens obligatoire pendant une bonne heure. Finalement nous y arrivons. Une ancienne maison de famille, à l’intérieur étonnamment luxueux pour nous… un vrai régal ! Balade en ville (à pied !), achats, repos.

02sept17_fjords de l'ouest_1La route du lendemain est plus longue, et le temps ne s’annonce pas terrible. Mais nous n’irons pas plus haut dans cette partie de l’Islande. D’une part il n’y a pas beaucoup de routes, d’autre part il faudrait y rester plus longtemps pour découvrir en randonnant des sites magnifiques (dit-on), et surtout observer renards arctiques, phoques, baleines, oiseaux… Le lendemain, effectivement, nous avons droit à la grisaille… fjords aux eaux grises, jolie rencontre dans le petit village de Sudavìk : une cabine téléphonique – librairie,

et plus loin, au bord de la route, tranquillement installés sur des rochers et des bancs d’algues :

Une fois de plus nous traversons les terres, d’Ouest en Est cette fois,  pour l’autre côté de cette immense pince de homard, et nous arrêtons à Hòlmavìk, il pleut, nous n’en verrons pas grand chose, sinon le café-restaurant du musée de la sorcellerie ! (encore un délicieux repas, d’ailleurs).

Nous arriverons à notre étape du soir, Bordeyri, en fin d’après-midi, assez tôt pour apercevoir, dans les eaux noires du fjord, un phoque. La maison est tout au bord de l’eau. Sous la pluie, les rochers sont noirs, et des herbes têtues poussent au milieu des roches sur le sable noir, apportant leurs couleurs vives ou tendres. Appartement tranquille de trois chambres, les chaussons  sont fournis… Bonne nuit !

Un tour d’Islande, 8 : Vatnsnes et l’arrivée à l’Ouest

Bientôt ce tour d’Islande sera terminé… j’ai revécu ce circuit avec beaucoup de plaisir, j’ai retrouvé des émotions, des sensations vécues pendant ce voyage. Mais il n’est pas tout à fait fini !21juin15_la route du jour_7866

Nous voici donc arrivées à Hvammstangi, port de la péninsule de Vatnsnes. Le village est agréable, maisons sur la colline au-dessus du port, un café calme et coquet avec des pâtisseries maison et de bons chocolats, jolis jardins souvent décorés, lupins en pleine floraison.

Mais ce dimanche 21 juin, l’été avait décidé de se montrer tout en gris pour notre tour de la péninsule. Comme dans beaucoup d’autres ports, et même si ce n’est plus d’actualité…, le séchoir à poissons, le hangar où il semblerait que du requin soit en train de se transformer, sont installés à côté du port.

Deux figures de phoques sculptées dans du bois flotté nous rappellent que les phoques sont ici chez eux.. . même si on les chasse parfois encore ? En tout cas, les balades en bateau vers les lieux de vie des phoques paraissent assez rentable…

La route longe la côte, plages de sable noir, rochers, collines escarpées, beaucoup de petits arrêts possibles (et nous n’en avons manqué aucun !), signalés, expliqués : le lieu de rassemblement des chevaux Hamarsrétt, histoire de savoir lesquels sont à qui,

des plages et rochers où phoques et eiders cohabitent,

une belle pierre historique en mémoire aux poètes et particulièrement à Gudmundur Bergthorsson (né sur la péninsule),

Je n’ai pas su trouver le chemin menant à Hindisvìk où nous aurions pu rencontrer toute une colonie de phoques, et comme c’était marée haute Hvitserkur avait les pattes dans l’eau… mais nous avons trouvé une ferme isolée qui vendait ses pulls, mitaines, robes, bien sûr fait maison en vraie laine qui gratte…

Et nous sommes arrivés à Borgarvirkì, immense cratère transformé en forteresse vers le 9ème siècle, spectaculaire ! Du haut de ses « remparts », une vue circulaire fantastique sur l’océan et le fjord, les lacs, les montagnes de l’intérieur. Un cratère bien chaotique, roches basaltiques, où là aussi des fleurs têtues s’accrochent.

La boucle est bouclée lorsque nous revenons à la route 1, après avoir longé lacs et prairies.21juin15_péninsule de Vatnsnes_7892 Le lendemain, ce sera la fin des fjords du Nord, sous un magnifique ciel bleu, puisque à Bùdardalur (joli centre d’information – café, qui préparait une exposition sur Eric le Rouge) nous obliquerons vers la côte Ouest et Stykkisholmur, laissant pour une autre fois les fameux fjords de l’Ouest… qui d’ailleurs n’étaient peut-être pas encore tous accessibles. Laxà un peu partout sur la route-piste, bleus déclinés dans toutes les tonalités, une église blanche et rouge au milieu des prairies…

Des myriades d’îles et d’îlots dans la grande baie de Breidafjordur, que nous admirerons du haut du rocher de basalte Sùgandisey qui protège le port de Stykkisholmur.

22juin15_notre gardien à Miklaholt_7916Route vers notre hébergement pour deux nuits, que nous trouvons avec un peu de peine, et après une rencontre insolite… Hélas, lors de la traversée de la péninsule, par l’intérieur, le ciel est passé du bleu pur au gris… si la brume ne s’était pas mise de la partie, nous aurions depuis Miklaholt une vue très dégagée sur la côte, les lagunes…, mais nous serons bien gardées toute la nuit, par le labrador de la ferme !