Islande, 3

105_30août_Dritvìk et DjupalonJe crois que j’ai trouvé au moins une des raisons pour lesquelles j’aime l’Islande. C’est parce que ce pays s’adapte (peut-être par force) à la Nature, alors que dans le Monde, beaucoup de pays s’efforcent d’imposer leur façon de vivre à la Nature. Alors, bien sûr, c’est en train de changer un peu : les infrastructures pour accueillir les touristes se multiplient, les routes sont plus entretenues, les sources chaudes les plus proches des grands circuits touristiques sont modernisées. Mais, heureusement ?, le pays est obligé de tenir compte des imprévus, volcans et éruptions possibles, enneigement, crues, climat. Et puis il faut bien avouer que, le pays étant assez cher, beaucoup de touristes se contentent de « l’essentiel » à découvrir, avec de courts circuits tout compris, circuits sur lesquels se concentrent les cars de grand tourisme. Quelques sites échappent encore au « tourisme de masse ». Mais quand je regarde les propositions des agences, par exemple le « grand tour de l’Islande », je reste sidérée par les tarifs. D’accord, ils ne proposent pas d’auberge de jeunesse 😉 , et les repas, au moins ceux du soir, sont inclus, mais tout de même. Oui, c’est vrai, la vie est chère en Islande, surtout si vous allez au restaurant midi et soir, si vous ne voulez que des chambres doubles avec salle de bains privative, si vous louez un 4 x 4 même si vous ne comptez pas aller dans l’intérieur du pays, et si vous ne partez pas de l’aéroport d’une grande ville ! Ceci dit, il y a beaucoup de maisons d’hôtes où vous serez logés confortablement, où parfois, le petit-déjeuner est compris, mais où vous partagerez la cuisine et la salle de bains avec d’autres voyageurs. Quant aux repas au restaurant, vous trouverez partout la soupe du jour servie avec du pain (souvent fait maison) et du beurre, des pâtisseries maison, et pourrez découvrir des plats typiques qui ne grèveront pas votre budget, si vous savez vous passer du menu « entrée-plat-dessert-vin-café »! C’est sûr, pour une bouteille de vin… Et… l’Islande étant à la mode, le pays en profite. Qui leur reprochera ? A part moi. Qui ai commencé à oser y aller en 2008. Avant, je me contentais d’en rêver, devant les photos que mon frère en rapportait (www.waysofnature.com )…

Bon, assez de bavardage, les images de ce troisième jour du circuit : le tour de Snaefellsnes, la péninsule où dort (?) le volcan du « Voyage au Centre de la Terre ». En juin 2015 j’avais découvert, grâce au Routard, une petite route qui traversait des champs de trolls (grandes étendues de rochers de lave tordus, aux formes étonnantes, recouverts de mousses aux couleurs changeant selon la saison ou même l’heure… et où, bien sûr, se cachent les trolls et les elfes). Pas question de la manquer cette fois encore. Nous n’y rencontrerons que des moutons, des cygnes sur un lac, y cueillerons des myrtilles, y ramasserons des morceaux de lave rouge ou noire, et y ferons de multiples arrêts-photo, mais en aucun cas des excès de vitesse !

Nous retrouvons la « vraie » route un peu avant Grundharfjördur, longeons de belles plages, et nous arrêtons au Centre des Sagas de ce port. Lieu de rencontre, de réunion, on peut y manger, consulter les livres, faire le tour du « musée » où sont regroupés d’anciens objets de la vie des habitants, et découvrir que le village est jumelé avec Paimpol, parce que longtemps les pêcheurs bretons ont vécu ici entre deux retours au pays…

Nous passons devant le rocher église, une belle chute d’eau, et arrivons, toujours en longeant la côte au port de Olasfsvìk (vìk = baie). Église curieuse, toute en triangles…

Mais l’heure tourne… il est temps de trouver soit un coin pour grignoter, soit un café accueillant… le temps gris, bruine intermittente, incite plutôt à l’abri ! A Rif, le café Gamla est sur la route (enfin, il faut un peu chercher… mais je me souvenais bien de la rue), et nous accueille, avec toujours autant de gentillesse. Une ancienne maison, avec encore un petit salon aux vieilles photos, mais des pièces claires, aux couleurs douces, du bois, de jolies lumières… les propriétaires-cuisinières envisagent de déménager dans le village cet hiver, espérons que l’ambiance restera aussi accueillante ! Et la cuisine aussi délicieuse. Soupe de poissons, pain frais maison… et des desserts… on aurait envie d’y passer tout l’après-midi, s’il n’y avait pas tellement de découvertes à faire encore 😉

Coup de chance : s’il bruine lorsque nous sommes sur la route, lorsque nous nous arrêtons, la pluie s’arrête aussi ! Plage de sable doré de Skardsvik, ou plage noire de Dritvìk, église elfique et cathédrale de trolls, rochers noirs ou grisés de Djùpalòn, pierres de levage et débris d’un bateau naufragé sur fond de galets noirs, phare orange de Svörtuloft et puits enterré de Fàlki (dont on dit qu’il donnait jadis de l’eau fraîche, de l’eau bénite et de la bière !), falaise aux oiseaux désertée, nous roulons au milieu de champs de lave tout autour du fameux glacier encapuchonné de nuages.

Nous terminerons ce tour de la péninsule avec un dernier arrêt en bord d’océan, à Hellnar, pour saluer Bàldùr, admirer les falaises, et regretter de ne plus avoir assez de temps devant nous pour suivre à pied le sentier qui nous mènerait à Arnarstapi…

Au dernier moment, je propose de ne pas rentrer par la « grande » route, soigneusement asphaltée, mais de couper par celle qui contourne le glacier. Panique à bord : les panneaux signalent une route difficile, avec possibilité de crevasses, bref, « mieux » qu’une route gravillonnée. Ce n’est pourtant pas une route classée F, donc nous pouvons l’emprunter… Réflexion et discussion, on y va ! Sûr, c’est pas une autoroute… mais quels paysages ! On ne verra pas le glacier, caché sous les nuages, mais par moments des éclaircies, un pan de ciel bleu, une lumière dans la plaine, les restes de neige, une grotte des chansons (encore une légende qui plane). Et soudain, alors que nous sommes arrêtées pour une énième pause photo, un 4 x 4 nous double, et un visage rieur et enthousiaste nous lance « Hey ! Nice road ! »… heu, oui, on peut le voir comme ça… j’avoue que par endroits je n’en menais pas large, espérant ne pas avoir à faire demi-tour… mais finalement, à part un coin où nous passions juste, entre un rocher et une crevasse, hormis le fait que c’était même pas une route gravillonnée, mais bel et bien en terre, nous sommes rentrées sans dommage ni dommages.

Avec même le cadeau d’une dernière image rêveuse…126_30août_route 570

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s