Il arrive…

Il arrive…

Mais oui, dans à peine plus d’un mois il sera là. Et déjà la nature se prépare… Les hellébores (très discrètes cette année) terminent leur floraison :

Et dans le jardin, les premières violettes sont là !

Dans l’herbe, ces jolies petites fleurs bleues, les pâquerettes et les ficaires s’installent un peu partout. Certains arbustes fleurissent déjà, les bourgeons pointent leur nez… le printemps aurait-il pris de l’avance ?

Pas tout à fait… après trois journées plutôt agréables, le vent est de retour ce soir, et miss Météo nous promet la pluie pour cette fin de semaine. D’ailleurs, la grosse barre de nuage, tout au fond, au-dessus des collines avance inexorablement et gagne du terrain (ou du ciel 😉 )… pas de couleurs lumineuses, ce soir, en quelques minutes tout est devenu gris sombre !

Les couleurs de Toulouse…

Les couleurs de Toulouse…

009_06fév14_564Certes, Toulouse est rose… du moins c’est ainsi qu’elle est surnommée.

Mais Toulouse est aussi la cité de la violette, fleur discrète s’il en est, envahissante lorsqu’elle se sent chez elle… et dans notre jardin, il est des endroits où elle s’épanouit avec un tel bonheur qu’il est difficile de ne pas en écraser quelques fleurs ! En ce moment, elle est là, et c’est elle qui m’a invitée à vous parler un peu de sa cité… pas en historienne, je n’en suis pas capable, mais en curieuse gourmande de découvertes !

Toulouse pourrait aussi être bleue, elle qui fut un temps reine du Pastel, à la Renaissance, parée d’hôtels construits à la demande des Maîtres Pasteliers de l’époque, et dont les portails, les cours (lorsqu’un code ne les interdit pas au curieux, hélas !), offrent sculptures et décors dignes de palais… Mais voilà, on la dit rose ! A juste titre, je le reconnais bien volontiers, briques des églises, briques des vieilles maisons, briques des quais de Garonne, somptueuses au soleil couchant, c’est vrai, Toulouse ne peut que revendiquer ce surnom !

Quelle que soit la couleur qu’on veut lui donner, rouge et noire pour le rugby, bleu pour les pasteliers (fleurs jaunes, mais dont les feuilles vertes macérées donnent tous ces bleus si tendres, voir ce lien :  http://www.bleu-de-lectoure.com ), violette pour les amoureux discrets, rose pour les cartes postales à l’usage du touriste, prenez le temps de la découvrir, du cœur de la ville jusqu’aux bords de Garonne, 080_23nov10_581 des petites rues autour de Saint Étienne jusqu’aux bords du canal, levez les yeux, soyez curieux, poussez les portes lorsqu’elles le veulent bien, vous découvrirez des richesses d’architecture, des plus grandioses au plus intimes, et vous n’aurez qu’une envie, revenir !