Un p’tit tour à…

… Montauban. Ce mercredi d’avril plus gris que bleu… Avec nos amis Annie et Roland, en vadrouille depuis l’Alsace, venus nous voir pour la journée. Très heureux de les revoir !

Le temps n’incitant pas à la randonnée dans notre campagne, nous sommes allés faire un tour à Montauban. Le musée Ingres, rénové, devenu musée Ingres Boudelle, ayant rouvert ses portes fin 2019 ( https://youtu.be/okq-_Vr0Xag ), période pendant laquelle les incertitudes « covidiennes » ont débuté, suivies par les contraintes sanitaires, bref, je n’y étais pas revenue. C’était l’occasion, d’autant que nos amis ne connaissaient pas la ville. Comme nous sommes arrivés dans l’après-midi déjà bien commencée, musée direct !

Nous commençons par la crypte, tout en bas de cet ancien hôtel (pour plus d’informations : https://musees-occitanie.fr/musee/musee-ingres-bourdelle/ ). Couloirs et escaliers sous des voûtes en briques, et arrivée dans la salle du Prince Noir, où une « installation » de Georges Rousse nous invite à une nouvelle vision de cette superbe salle… Mise en lumière, géométrie, espace…

Très beaux espaces réservés à Bourdelle, autre enfant du pays avec Ingres, à qui le 1er sous-sol est consacré. Juste deux photos, mais il y a vraiment des merveilles ! Bien sûr « Héraklès archer », des marbres, des bronzes, les fresques du Théâtre des Champs Élysées, Apollon, bustes de Beethoven…

Le premier étage est consacré à Ingres. Et à des artistes de son époque. Dans la plus grande salle, ce tableau plein de douceur et de charme d’une mère et ses enfants m’a beaucoup plus attirée que les compositions plus sévères que l’on connait… Une petite salle au superbe parquet marqueté nous raconte un peu de son intimité, chevalet, pinceaux, portraits et bustes d’Ingres et de sa femme. Et son violon !

Entre cette salle « Ingres intime » et la chapelle, sur le palier, deux dessins d’Ernest Pignon-Ernest (à qui une rétrospective avait été consacrée en 2007).

Une salle est réservée à des artistes contemporains brodant autour des œuvres d’Ingres…

Mais le temps passait, et le musée fermait… il restait encore quelques salles à voir, où se promener au hasard des yeux… trop tard ! Alors pour terminer cette balade montalbanaise, quelques pas dans le vieux quartier. Citations sur les vitrines, la place Nationale (ou Royale, ou de la Révolution 😉 !) toujours en travaux, les briques rouges des immeubles anciens, le coin du Crieur, les ruelles au nom amusant, les Carmes …

Décidément, le cœur du vieux Montauban réserve de jolies surprises ! Sans oublier une balade le long du Tarn. Quant au musée, d’autres visites s’imposent, afin de découvrir toutes ses salles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s