1 kilomètre et pas plus d’1 heure !

Aujourd’hui, j’en ai eu assez du trajet maison – tour du terrain – poules du voisin, alors je suis allée un peu plus loin. Mais toujours dans les limites imposées. Même si je me demande comment, dans nos chemins au milieu des champs, il pourrait y avoir un contrôleur… Je n’ai même pas fait le kilomètre de rayon, ce sera pour une autre fois ! Pervenches sur les talus le long de la petite route, une ancienne croix du temps où on faisait encore des processions dans les villages pour les rogations (en mai, je crois), genêts et aubépine dans les broussailles et le long du sentier…

J’ai rejoint la voie de l’ancien chemin de fer, pour rattraper une autre petite route. Feuillages tout neufs dans le bois, et des pieds de consoude près des champs.

En continuant la descente (ah, oui, de ce côté du village, c’est grimpette dans tous les sens !), le chemin passe entre un champ labouré et une prairie, avant de remonter vers une route que j’ai prise sur 20 mètres, pour retrouver un autre chemin longeant un champ, celui où travaillaient des agriculteurs lundi dernier ( https://bborda-silvand.blog/2020/03/30/hiver-au-printemps/ ). Et là, surprise : plus de chemin ! la bande enherbée officiellement obligatoire a disparu… et le chemin aussi. Tout juste si, en haut, ils n’ont pas rasé le cognassier. Les chevilles et le genou ont un peu travaillé, entre les mottes de terre et le talus… Je vais encore me fendre d’un courrier de réclamation… Dans la haie, une branche cassée d’aubépine où butinaient les abeilles.

Ouf, ils sont passés au ras du cognassier, mais l’ont épargné…

Voilà, j’étais presque revenue à mon point de départ. Plus qu’une toute petite grimpette, et ça y était. Le temps, tout de même, de regarder où en étaient les orchis, « mes » orchidées sauvages, si menacées… il n’en reste que deux sortes dans ce champ en jachère depuis des années, et encore, il faut vraiment chercher. C’est peut-être un peu tôt, je reconnais.

Dans les herbes et fleurs du dernier morceau de chemin, beaucoup de butineuses. Les fleurs de saison, pâquerettes et pissenlits égaient les tapis verts.

Une autre surprise m’attendait. Mais une jolie surprise cette fois . Je vous laisse en respirer virtuellement l’odeur… Bonne soirée !

2 réflexions sur “1 kilomètre et pas plus d’1 heure !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s