Premier sourire de printemps

J’ai volé ce titre à Théophile Gautier. Qui mieux que lui a su conter ce mois de mars ? Qui plus est, le début du poème est tout à fait d’actualité en ce moment…

Tandis qu’à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
II repasse des collerettes
Et cisèle des boutons-d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
II s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

(…. )
Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
II dit : « Printemps, tu peux venir ! »

Bruits de tondeuses, piaillements d’oiseaux de plus en plus vifs, portes et fenêtres grand ouvertes, plus que quatre jours « pour de vrai », mais il est déjà là ! Les fleurs des églantiers vont bientôt laisser la place aux feuilles, celles des pruniers aussi, mais les fleurs de cerisier se bousculent, et en deux jours l’arbre est passé du gris hivernal au blanc printanier ! Quant aux fleurs de saison, celles annonçant vraiment le printemps, Pâques, les beaux jours, elles parsèment l’herbe sur la place, accompagnées de ces jolies fleurs étoilées, sur laquelle un jeune criquet prenait le soleil…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s