Paris, l’ailleurs est ici…

Une journée et demie à Paris… c’est toujours bon à prendre !

Signé Denise-27avr14_2329Surtout quand, une fin d’après-midi de dimanche, vous avez la possibilité d’assister à un spectacle délirant, complètement déjanté, de chanson française trèèèès humoristique, humour parfois grinçant, parfois mélancolique, spectacle porté par cinq hurluberlus qui ne reculent devant rien… Les « Signé Denise » faisaient le concert de sortie de leur premier disque. ( http://www.signedenise.com/#Bonjour.A )

Et donc ce lundi, programme défini, plan en poche, me voilà partie à la découverte : 19° arrondissement le matin, puis 13° l’après-midi. Pas de chance, le Centre 104 est fermé le lundi… j’aurais dû mieux étudier mon programme 😉

Petite pluie, en plus… mais je me console avec les reflets des trottoirs.

Et pour ce Centre que je voulais découvrir, installé dans d’anciens entrepôts de Pompes Funèbres magnifiques, je dois me contenter de la vue des statues en terre cuite depuis la grande grille d’entrée, et tant pis pour tout le reste.

Alors, je vais au hasard dans ce quartier pas spécialement beau architecturalement, mais qui cache quelques endroits accueillants, passages, petites rues où de vieilles maisonnettes se mêlent aux immeubles, avec des vestiges (peut-être) des métiers qu’elles ont abrité ?, entre deux immeubles, un plaquiste ? un marbrier ? avec dans son entrepôt une treille ombrageant un ancien abri, et ces lignes droites, arrondies, brisées, de nouveaux immeubles où pour une fois ce n’est pas moi qui fais des photos « penchées » mais les immeubles qui proposent de nouvelles perspectives ! J’aime bien aussi retrouver, sur les murs d’anciens petits immeubles, ces marques des cheminées, toutes n’ont pas été masquées, et cela donne un air de faux tag à ces vieux murs de briques…

De là, j’ai eu envie de belles maisons anciennes, d’un peu plus d’espace, et me suis dirigée vers l’île Saint Louis. Oui, pas terrible comme idée, bien « touriste de province » 😉 , mais de temps en temps, faire le tour de l’île au-dessus des quais de la Seine, c’est bien agréable. Un peu de ciel bleu pour agrémenter la balade (et faire oublier le genou qui tire de plus en plus… mais c’est bête, quand je démarre une journée dans Paris, j’ai du mal à me poser, envie toujours d’aller voir plus loin…), et le long de ce quai d’Anjou, que de belles demeures !!! Dont l’hôtel de Lauzun aux luxueux conduits de descente des gouttières (il paraît qu’on peut visiter, mais je n’ai rien vu sur place qui l’indiquait). Les boutiques de la rue Saint Louis en l’Île sont magnifiques à regarder, bien sûr, les chimères de l’hôtel Chemizot font courir l’imagination… et, au hasard des portails ouverts, décorations fastueuses ou petites cours dévoilent le quotidien des habitants de l’île, pas toujours aussi extraordinaire que les façades le laisseraient supposer !

De Saint Louis à Notre Dame, il n’y a qu’un… pont. Que j’ai franchi, mais je ne me suis pas attardée, trop de monde (oui oui, bien plus que sur l’île Saint Louis) ! J’ai pu remarquer qu’il n’y a pas que sur le pont des Arts que les cadenas s’attachent, ils se bousculent aussi sur le pont de l’Archevêché, et les graffitis se multiplient sur les parapets du jardin.

Re-métro… c’est certain, ce moyen de transport est infiniment pratique, mais qu’il est triste ! et là, j’avoue, je commençais à en avoir ras-le-bol de l’air des couloirs et des tunnels du métro. Mais pour traverser Paris, il faut avouer que c’est le plus rapide. Donc, me revoilà dans le 13°, où j’avais décidé de m’offrir un grand moment de dépaysement, en tout cas, c’était promis par les pages trouvées dans un vieux guide. Et de grand dépaysement, point ! D’abord, un lundi, beaucoup de magasins sont fermés, zut ! Ensuite, pourquoi m’attendais-je à me trouver au milieu du film « Chinatown » ? En fait de Chinatown, les immeubles ressemblaient à ceux du 19° vus le matin, bon d’accord certains étaient franchement plus hauts voire plus moches… Les toits en forme de pagodes annoncés par le guide étaient un peu ridicules quand on a vu des pagodes, même simplement en photo, il faut beaucoup d’imagination, et je vous assure que je n’en manque pas, mais je n’y ai vu que des toits vaguement « pagodés ». Une grande fresque  à côté de l’église Saint Hippolyte, proclame « De tous pays viendront tes enfants », belle prophétie pour notre capitale ! Et j’ai raté la visite de Notre-Dame-De-Chine, un peu désorientée par sa proximité avec l’église, j’ai raté le temple de l’amicale des Teochew, désorientée par les travaux sur la place, bref : circuit à revoir (et mieux planifié) pour une autre journée !

Par contre, pas de déception dans les magasins : côté décoration et maison, le kitsch le plus démentiel voisine avec de belles lignes modernes de vaisselle, côté nourriture l’amateur de découvertes exotiques est au septième ciel, les couleurs flashent, longanes, rambutans, durians, autant de noms évoquant un « ailleurs » qui, ici, n’est plus imaginaire, mais bien réel lorsque vous entendez le cliquetis des caisses à la sortie de ce paradis extraordinaire.

J’avoue ne pas avoir arpenté de long en large toute cette partie du 13°, mais après cette immersion dans l’exotisme alimentaire, j’ai fini par rencontrer un autre dépaysement. Il se trouvait dans un coin de parking, plutôt bien caché, les alentours n’en sont pas spécialement accueillants, mais lorsque vous y entrez, plus d’hésitation, vous êtes ailleurs. Et ici.

 

Une réflexion sur “Paris, l’ailleurs est ici…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s