Échappée familiale, 3

Échappée familiale, 3

Après une dizaine de jours avec une grosse reprise des activités, je replonge dans les moments de cette semaine d’échappée vers le presque haut de la France ! D’autant qu’aujourd’hui le vent souffle en rafales, le ciel est bien gris… ce n’est pas que le ciel était bleu, ce vendredi 9 octobre, pour notre route vers Coincy (02), mais nous avons fait quelques découvertes, sur la route vers Auxerre (que j’avais envie de découvrir, même rapidement…). En Puisaye, au hasard d’une jolie petite route, au-dessus du village de Druyes-les-Belles-Fontaines, un étonnant château-fort du Moyen Âge, construit à la fin du XIIème par les comtes de Nevers sur la colline dominant la vallée de la Druyes.

Un peu plus loin, un moulin. Inaccessible, portails verrouillés… dommage.

Vers midi, arrivée à Auxerre. Encore une ville en hauteur ! Alors nous avons programmé Cocotte pour nous amener jusqu’à la place de la Mairie, en principe centre ville de toute ville qui se respecte ! Nous sommes donc arrivés au pied de la Tour de l’Horloge. En travaux… mais en plein dans la zone piétonne, parfait pour une visite rapide du centre de la vieille ville. Et là (voilà ce que c’est quand on ne prépare pas ses visites 😉 ), nous découvrons que le lien pour la visite de la ville est… Cadet Roussel. Car ce monsieur, moqué dans la chanson pour ses excentricités, fut premier huissier audiencier au bailliage et siège présidial d’Auxerre !

Il n’y a pas que lui comme célébrité de la ville. Au hasard de notre balade, nous avons rencontré Marie Noël (poétesse), Restif de la Bretonne (écrivain), et – va savoir ! – il y en a peut-être encore d’autres ?

Vieilles maisons parfois rénovées, parfois « en l’état », ruelles en pentes, espace piétonnier, quelques enseignes préservées ou anciennes

Encore une ville qui mériterait un plus long passage, bien sûr… les bords de l’Yonne, quatre ou cinq églises, des parcs et des jardins… Nous étions tout près de la cathédrale Saint Etienne, église édifiée sur plusieurs siècles, romane, incendiée, rebâtie au XIème, à nouveau détruite puis reconstruite au XVIème, bref, beaucoup de constance pour garder cet édifice majestueux. Portails gothiques racontant plein d’histoires, vitraux magnifiques avec là aussi quelques histoires, immense nef. Et un orgue qui m’a semblé récent.

En quittant la ville, nous avons pu l’admirer depuis les bords de l’Yonne, mais malheureusement nous n’avons pu nous arrêter… c’est sur le site de l’Office de Tourisme d’Auxerre ( https://www.ot-auxerre.fr/ ) que j’ai volé cette image :

Un peu de route sous la pluie, vers Coincy.

Et nous avons enfin vu des coins de ciel bleu. Champs de betteraves à perte de vue, coteaux, forêts… Rue du Dauphin, une belle vieille maison, chaleureuse, des ami-e-s à découvrir, nouvelle halte familiale, jusqu’à dimanche !

Juste un peu de Toulouse

Juste un peu de Toulouse

Hier, mercredi, petit tour « en ville », avant d’aller au concert du soir à la Halle aux Grains. Deux petites heures, mais une bonne balade. Trop longue au gré de Solal, mais nous avons tout de même fait une jolie boucle. Départ de Saint Étienne. Je me suis contentée de la cathédrale, j’ai « zappé » les petites rues autour, ce sera pour une autre fois !

Ayant dû aller déposer un dossier à la Halle (où, du coup, j’ai discuté un moment avec Mahmoud), je « courais » un peu derrière les rendez-vous avec Magali et Solal… rue Croix Baragnon et ses boutiques de luxe, place de la Trinité et son bel hôtel napoléonien, puis rue Saint Rome, pour enfin arriver à retrouver Magali et Solal !

De là, nous voilà partis vers Fermat et les Jacobins. Désolée, vous n’aurez pas droit à la photo du fameux « palmier », j’étais un peu perplexe devant « l’installation » lumineuse du lieu. Mais j’ai bien apprécié un passage de l’explication de sa vision du lieu par l’artiste, Sarkis.

Arrêt au port de la Daurade. Nous pensions nous balader le long de Garonne, mais tout est en travaux… Et j’ai fait une découverte, je n’avais encore jamais fait attention à cette source. Pourtant, j’en ai fait des balades le long de ces quais, avec les chiens, du temps où nous habitions Toulouse ! Je me souviens même qu’une fois j’avais eu du mal à récupérer Marien qui n’avait pas résisté à l’envie de se baigner…

Nous avons opté pour un retour vers la Halle aux Grains « direct », mais tout de même, n’avons pas oublié de nous arrêter à l’Hôtel d’Assézat.

Le beau vieux cèdre de la cathédrale Saint Étienne, côté pile et côté face :

Pour terminer la journée, concert. Musique russe, Tchaïkovski / concerto pour violon et Rachmaninov / 2ème symphonie. Romantisme, virtuosité, triomphalisme, énergie, et de beaux moments de tendresse dans les mélodies…