Lubéron et Beaujolais…

Lubéron et Beaujolais…

Une petite semaine de balades, visites chez des ami-e-s, entre Alpes de Haute Provence et Beaujolais (nouveau). Pour ne pas perdre les bonnes habitudes, nous sommes passés par la Minervoise, au lieu de suivre l’autoroute… puis traversée d’Avignon, et pour finir, un ciel tout doux avant d’arriver à Céreste.

Première pause, Céreste, au pied du Lubéron. Un petit village bien tranquille en cette arrière-saison ! D’un côté le vieux village et ses ruelles caladées souvent pentues, ses vieilles maisons, ses remparts. De l’autre, une partie plus récente, avec ses maisons grimpant dans les collines. Et la route d’Apt à Forcalquier traversant la ville. Beaucoup de balades à faire dans les environs. J’en ai décrit une sur cette page : https://bborda-silvand.blog/2019/11/25/ambiance-gothique/ , mais il y a aussi le chemin des crêtes, et pour les fans de vélo une belle route cyclable d’Apt à Forcalquier. Pour les gourmands, outre la halte chez Karine et Manu, à « La rue des biscuits », il y a un restaurant très sympa dans Céreste, les fruits confits à Apt, les fromages de chèvre à Saignon, etc etc… Sans oublier les marchés !

Le mercredi, direction Apt, où nous avons failli découvrir le musée de la Fondation Blachère ( http://www.fondationblachere.org/ ). Mais… une exposition venait de terminer, la prochaine ouvre le 5 décembre, il était entre deux expositions, donc nous nous sommes contentés du beau magasin d’artisanat Africain, et de la boutique de décorations de Noël… car la maison Blachère fournit en décorations électriques toute la France ! Si, si, allez voir sur leur site https://blachere-illumination.com/ . Comme le thème de Décembre dans https://www.facebook.com/groups/EnFranceAussi/ est « illuminations », j’ai profité de cette visite pour préparer ma participation avec quelques photos de la boutique…

Jeudi matin, départ pour Blacé, chez les amis du Beaujolais. Nous avons pris le chemin des écoliers, ou plutôt la route impériale pour commencer… un vrai régal. En plus, notre « Cocotte » (surnom du GPS) nous a fait prendre des petites routes (on se demandait parfois si elle n’était pas perdue et nous avec…), bordées d’arbres aux couleurs magnifiques (non, désolée, pas de photos, j’ai simplement regardé, et c’était bien beau). Nous avons roulé entre des champs enneigés, puis presque sous le soleil, montagnes blanches en fond, villages dans la plaine…

Mais nous avons tout de même fini par retrouver un morceau d’autoroute, pour arriver enfin à Blacé. Parce que… ben oui, 3ème jeudi de novembre = lancement du « Nouveau ».

Pas de découvertes de nouvelles caves cette année. Nous étions davantage préoccupés par la santé de Gil. Mais nous ne pouvions pas ne pas aller dire bonjour aux jumeaux du Domaine Monternot, d’autant que nous avions quelques cartons de commandes à rapporter jusqu’à Launac ;-). Photos prises à la « trop-va-vite », mais c’est pour l’ambiance… toujours aussi extraordinaire dans ce caveau !

Nous ne pouvions pas non plus manquer d’aller vérifier si la production de Yannick De Vermont à Vaux-en-Beaujolais était toujours aussi réussie ! Samedi, donc, direction Vaux-en-Beaujolais… ou Clochemerle, comme vous voulez, puisque c’est là que se situe l’action du livre « Clochemerle » de Gabriel Chevallier. Un village qui mérite bien le détour… (décors par Paul Dufour, fresques « à la manière de » Dubout, sur quelques murs et façades du village).

Dans le caveau de Yannick De Vermont, une belle statue du patron des vignerons… et nous avons pu constater que tout continuait à se passer fort bien pour ce jeune viticulteur, sympathique, engagé, et ardent défenseur des valeurs locales.

Dimanche, rassurés sur la santé de Gil, nous avons pris le chemin du retour, cette fois par l’autoroute. Traversée de l’Auvergne sans neige sur les Puys (peut-être y en avait-il sur le Sancy, mais il était tout ennuagé de gris), et nous avons repris nos activités habituelles après cette petite coupure !

Dimanche 1er décembre, à Launac, c’est le marché de Noël. L’association y sera présente, pour prendre les réservations au concert de Noël du 20 décembre, et les commandes de chocolats des retardataires…

Belle fin de novembre, peut-être à dimanche ?

Autour du Nouveau

Nouveau quoi ? Nouveau qui ? Mais voyons, le Beaujolais ! 19_18nov17_Troisième jeudi de novembre oblige, nous partons en Beaujolais. Voir nos amis. Et découvrir ce beau vignoble et sa production de l’année. Un château par-ci, une cave par-là, des livres et des saveurs, la mise en perce à la mairie de Villefranche-sur Saône, autant de moments festifs autour du raisin. Depuis plusieurs années maintenant, nous en avons fait une tradition nous aussi ! (j’espère que nos amis sauront nous dire, si un jour ils en ont marre de nous voir arriver…).

Bien sûr, première cave visitée, celle de ceux qui sont devenus nos copains, les jumeaux… je ne sais si je peux faire de la pub, mais après tout, c’est mon journal, alors j’ai bien le droit de nommer ce que j’aime (bien que je ne participe pas à la dégustation, je me contente de sentir…), donc, disais-je arrêt chez « les Monternot » à Blacé ( http://www.domainemonternot.com/ ) .

Passage aussi chez Claude Bernard, oui oui, lui-même ou plutôt sa maison, où « les amis de Claude Bernard » continuent à faire vivre les vignes ( http://www.agglo-villefranche.fr/musee-claude-bernard.html ) ! Et quelques nouvelles découvertes, au hasard des prospectus glissés dans la boîte à lettres des amis. A chaque arrêt, des gourmandises régionales accompagnent la dégustation des vins, saucisson cuit au gène, fromages régionaux, rosette, gratons… on aime le bien-vivre et le bel accueil, dans le Beaujolais !

Samedi, une découverte, un nouveau château, ouvert semble-t-il pour la première fois au public, avec un très beau petit parc, le château Champrenard, où la dégustation des vins a laissé perplexe nos deux goûteurs… mais, à suivre, car cela ne fait que 2 ans que le domaine a été racheté ( https://www.facebook.com/pg/chateaudechamprenard/posts/ ou https://www.twil.fr/france/beaujolais-et-lyonnais/chateau-de-champrenard.html ). Là aussi, la dégustation était accompagnée de saucisson lyonnais et grignotages, une expo photos et tableaux de Toto Pissaco (si si, pas d’erreur ! https://www.facebook.com/pissacototo ) était présentée, et j’ai craqué pour l’huile d’olive des Pouilles « Olio di serra », à la belle robe verte, proposée par une famille venue de Serracapriola… (la photo des tableaux de Toto Pissaco est de lui-même, piquée sur sa page FB, merci à lui 😉 !)

Le samedi soir, les illuminations de la mairie de Villefranche sont l’occasion d’un rappel historique des célébrités Caladoises depuis Anne de Beaujeu jusqu’à Benjamin Biolay, suivies d’un feu d’artifice (dommage, cette tour technique qui cache les 3/4 de la mairie si on n’a pas la chance d’être dans les tout premiers rangs…), et j’allais oublier le Marathon, le semi-marathon, la course des couleurs…

Beaucoup d’activités autour de cette longue fin de semaine, salon du livre, marché des saveurs, dans chaque village on trouve une animation.23755550_1548727978546344_2554290226328452037_n Au salon des livres en Beaujolais, à Arnas ( photos sur  https://www.facebook.com/salon.des.livres.en.beaujolais/ ), des rencontres agréables avec les auteurs, biographies, polars, histoire régionale, romans, histoire sociale. Sans oublier l’exposition de tableaux-photos « Urbex quarante-deux », étonnante. Bernard Pivot, Maud Tabachnik, ou auteurs moins connus, livre, revue ou BD, notre dimanche après-midi est passé bien vite ! Visuel-lhomme-qui-plantait01

Et, bien entendu, la soirée (comme toujours magnifique) « chez Paule », ( http://beaujolais-yves-bonnet.fr/WordPress3/ ou http://www.beaujolais-yves-bonnet.fr/ ), où nous avons redécouvert le livre « L’homme qui plantait des arbres » de Giono : dessin et peinture au rythme des mots ou du chant, c’était superbe.

Je n’ai pas fait beaucoup de photos, bizarrement, pendant ces quatre jours (sauf au château Champrenard, séduite par le parc…). J’ai écouté, regardé, essayé de voir autrement qu’au travers du viseur pour une fois.

Pourtant les journées sous la brume étaient plus que photogéniques, par exemple le matin de notre départ de Blacé… 33_20nov17Quant à la route, à l’aller et au retour, nous avons eu droit aux puys enneigés sous le ciel bleu. Et même les aires d’autoroutes savent être poétiques lorsqu’il fait beau ! Partis avec le brouillard, nous sommes rentrés avec le brouillard, après une route tantôt bleue et ensoleillée, tantôt grise, tantôt embrumée.

Mais sans hésiter, que la route soit grise ou ensoleillée, à l’arrivée en Beaujolais il y a l’amitié avant tout, et donc… nous reviendrons ! si vous le voulez bien…