Islande, 9, côte Sud

_DSC0685C’est vrai que j’aurais pu, au lieu de donner des numéros, indiquer le lieu, même approximatif de ces balades en pages. Trop tard. Et donc, posant deux jours en une page, je vous propose des images de cette côte Sud de l’Islande, partie la plus courue du pays. Autant nous étions tranquilles la plupart du temps sur les routes, et avions l’impression d’être les reines de cette île, autant, dès notre arrivée sur cette partie du pays, nous retrouvons notre rang de touriste lambda ! Tout est à peu près calme pendant 75 kilomètres depuis Höfn, nous approchons doucement le Vatnajökull, entre ciel bleu et nuages.

Mais nous revenons à la réalité à Jökullsàrlòn : parkings surchargés de bus et véhicules, et le nombre de touristes correspondant… En plus, la grisaille est revenue. Moi qui ai un souvenir lumineux de mon premier passage ici, avec beaucoup beaucoup moins de monde, et du soleil, là, je suis presque déçue. Presque, seulement, car il faut reconnaître que cet endroit est assez magique, malgré tout. Icebergs bleutés ou striés de noir se baladant sur le lac… mais quel dommage, quel dommage, ces zodiacs hurlant entre les blocs de glace, polluant la surface de traces d’huile… J’espère qu’un jour l’Islande prendra conscience des dégâts causés, et freinera ces démonstrations.

Les blocs détachés du glacier glissent dans le chenal, suivant la marée, vers l’océan où ils voguent, ou s’échouent sur la plage, en centaines d’éclats dignes des plus grands verriers… Ici et là, des plumes, et même un goéland échoué sur la plage de sable noir.

Même le lac glaciaire suivant, Breidàrlòn, commence à être envahi de visiteurs pas toujours sensibles à l’environnement : le nombre de papiers, mouchoirs, jetés par terre…. mais ça, c’est un peu partout dans le pays que nous l’avons constaté, dès qu’il y a un site majeur (et comme il y en a beaucoup…). Allez, ne boudons pas notre chance, allons jusqu’au bord du lac, et profitons du glacier, des blocs de glace, des tons allant du blanc au gris, tout en douceur.

Nous passons à Svinafell, où nous dormirons le soir, déposons nos bagages, et filons pour une première balade dans le parc de Skaftafell, quelques kilomètres plus loin.

Courte balade, enfin, près de deux heures tout de même, jusqu’au lac glaciaire. Et là, nous sommes presque les seules !

D’ailleurs, le lendemain (8 septembre), nous ne croiserons que peu de marcheurs lors de notre petit circuit (environ 3 heures) jusqu’à Svartifoss puis Sjonarsker et retour par les vieilles fermes, Sel.

Arrêt pour le repas de midi à Kirkjubaejarklaustur, où nous découvrons de nouvelles variétés de pains pour accompagner notre soupe du jour 😉 et nous arrêtons à la sortie de la ville pour une courte marche dans les laves moussues, mais rassurez-vous, nous suivons un sentier bien balisé, pour ne pas abîmer le champ de lave.

Et nous partons vers Vìk, ses trolls pétrifiés, mais surtout Reynir et ses orgues basaltiques. Ciel bleu magnifique, mais malgré ça nous ne sous baignerons pas… nous aurions bien été les seules ! Plage de cailloux noirs, grottes feuilletées, et, grimpées sur ces tuyaux d’orgues de pierre, trois demoiselles « gothiques » et assez dénudées posant pour un photographe. Pour le clin d’œil, j’ai fait une photo, mais ils étaient nombreux à béer devant le groupe, au lieu de se balader sur la plage. Car ici aussi, la petite plage déserte d’il y a quelques années s’est bien adaptée, avec centre touristique, parking… j’ai eu du mal à m’y retrouver, pourtant ce n’est pas grand.

Après avoir rempli nos poches de beaux galets, nous repartons vers les prochaines découvertes, en longeant nos derniers glaciers, Myrdaljökull et Eyjafjallajökull. Deux cascades au menu, Skogafoss et Seyjalandsfoss. Skogafoss, à cette heure de l’après-midi est déjà dans l’ombre des falaises. Mais Seyjalandsfoss bénéficie du soleil de fin d’après-midi, et… nous aussi.

Le soir, nous aurons droit à un petit chalet au bord de la rivière à Hella, où l’électricité nous causera quelques petits soucis, soucis qui ne nous empêcheront pas de passer une belle nuit au calme. La suite, plus tard, mais c’est presque fini… En attendant, ici, c’est retour du soleil, et les dernières roses côtoient les premiers chrysanthèmes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s